Modèles réduits de la Bastille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'un des modèles réduits de la Bastille, exposé au musée Carnavalet à Paris.
L'un des modèles réduits de la Bastille, exposé au musée Carnavalet à Paris.

Les modèles réduits de la Bastille sont un ensemble de maquettes de la forteresse parisienne de la Bastille, réalisées par Pierre-François Palloy entre 1789 et 1790 dans les pierres résultant de sa démolition.

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite de la prise de la Bastille le , l'entrepreneur Pierre-François Palloy décide de se charger de la démolition de la forteresse (il en obtient l'autorisation officielle dès le 16 juillet). Le chantier dure jusqu'au  ; les pierres de la Bastille sont réutilisées dans plusieurs chantiers, principalement celui du pont de la Concorde. Palloy convertit également une partie des matériaux en souvenirs et produits dérivés : pierres provenant des cachots[1],[2], médailles fabriquées à partir des chaînes[3], etc., lançant ainsi une mode des représentations de l'événement[3].

Après la création des départements à la fin 1789, Palloy décide de fabriquer des maquettes de la Bastille dans les pierres de la forteresse, à destination des 83 nouveaux chefs-lieux. Il monte un atelier dédié à ces modèles réduits, tout d'abord taillés en pierre, puis fabriqués en série par moulage d'un aggloméré de poudre de pierre et de mortier[4]. Les maquettes sont offertes aux départements à la fin de l'année 1790, apportées avec d'autres produits dérivés par un « apôtre de la Liberté » (une association créée par Palloy lui-même) qui prononce un discours lors de leur réception[3],[4]. Des modèles sont également offerts aux ministres, à Louis XVI et à des personnalités étrangères, comme Georges Washington (son exemplaire est exposé dans son domaine : Mount Vernon)[5]. Les modèles réduits mesurent environ 40 cm de hauteur, pour 100 cm de longueur et 60 cm de profondeur.

Les maquettes sont présentées au public lors des fêtes patriotiques[6] et contribuent à transformer la prise de la Bastille en mythe républicain et en symbole de la liberté[3].

Modèles subsistants[modifier | modifier le code]

Parmi les modèles réduits subsistants :

subsistants :

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Babelon, Les maquettes et les pierres de la Bastille. Récolement des souvenirs lapidaires provenant de l'activité du patriote Pallo, La Gazette des archives, [10].

Références[modifier | modifier le code]