Modèles économiques des logiciels open source

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les logiciels open source sont largement utilisé aussi bien comme des applications indépendantes que comme des composants d'applications non Open Source.  De nombreux fournisseurs de logiciels indépendants ("Independent Software Resellers" ou ISV), revendeurs à valeur ajoutée ("Value-Added Resellers" ou VAR), le matériel et les fournisseurs (Oem ou ODMs) utilisent des infrastructures Open Source, des modules et des bibliothèques au sein de leurs produits propriétaires et commerciaux[1]. D'un point de vue client, la capacité à utiliser les technologies ouvertes à titre commercial est particulièrement important. En couvrant éventuellement le risque juridique liés par exemple à l'indemnisation de droit d'auteur ou de violation de brevet, il est en effet possible de bénéficie de logiciels d'une qualité souvent équivalente ou supérieure aux applications commerciales d'éditeurs non Open Source, et de garanties professionnelles de support, en évitant les problématiques classiques d'enfermement et en contrôlant sa propre feuille de route. 

Financement[modifier | modifier le code]

Contrairement à beaucoup de composants soumis à des licences traditionnelles, les logiciels Open Source sont distribués librement, gratuitement, sur le web comme sur des supports physiques. Du fait que les développeurs de ces logiciels ne peuvent imposer à chaque utilisateur de payer des droits d'usage, un certain nombre de modèles alternatifs de développement  et de financement de projets ont émergé. 

Un exemple de ces modèles de financement est celui d'un logiciel développé dans le cadre d'un projet d'assistance technique ou de conseil pour un ou plusieurs clients qui le réclament. Ces clients paient des développeurs afin que ceux-ci développent le logiciel en question de manière conforme à leurs besoins et peuvent également guider étroitement les travaux de ces programmeurs.

Si les deux parties en conviennent, les logiciels en résultant peuvent alors être publiés sous une licence open source afin de favoriser une adoption subséquente par des tiers.

Cet accord peut réduire les coûts de financement supportés par les clients. En outre, les développeurs originels (ou des consultants indépendants) peuvent facturer des prestations telles que la formation, l'intégration, le support technique, ou d'autres développements spécifiques dans le cas où d'autres clients intéressés viendraient à utiliser le logiciel après sa publication originelle.

Il existe également des systèmes de récompenses pour soutenir le développement de logiciels open source, tel que le Summer of Code de Google[2].

Une autre approche de financement consiste à fournir le logiciel gratuitement, mais de vendre des licences d'usage restrictives pour des extensions propriétaires telles que des librairies de données. Par exemple, un programme open source de CAO pourrait requérir des parties de librairies qui sont vendues par souscription ou sur la base d'un paiement forfaitaire. Les logiciels open source peuvent aussi avoir pour objet la promotion commerciale des matériels spécifiques avec lesquels ceux-ci interopèrent, par exemple le logiciel de téléphonie Asterisk développé par le fabricant de matériels de téléphonie pour PC Digium, ou encore la plate-forme de robotique Robot Operating System (ROS) de Willow Garage et les laboratoires d'intelligence artificielle de Stanford. De nombreux projets open source ont débuté comme des projets de recherche au sein d'universités, comme projets personnels d'étudiants ou de professeurs, ou comme des outils pour aider la recherche scientifique. L'influence des université et des instituts de recherche sur l'open source est manifeste au vu du nombre de projets nommés d'après les institutions qui les hébergent, ainsi par exemple BSD Unix, CMU Common Lisp, ou HTTPd du NCSA qui a évolué pour devenir Apache.

Des entreprises peuvent employer des développeurs pour travailler sur des projets open source utiles à leur infrastructure : dans ce cas, le projet n'est pas développé comme produit destiné à la vente mais comme une sorte de commodité partagée. Un correctif de bug ou une solution à une difficulté logicielle, écrits par un développeur à l'instigation de son employeur ou bien spontanément pour simplifier son travail, peut être publié comme une contribution open source sans que cela entraîne un coût pour l'entreprise[3]. Un projet plus important comme le noyau Linux pourrait avoir des contributeurs développeurs de nombreuses entreprises qui l'utilisent et en dépendent, tout comme des contributeurs amateurs passionnés ou chercheurs.

Une nouvelle approche de financement pour les projets open source est le financement participatif, organisé via des plate-formes web telles que Kickstarter, Indiegogo, Bountysource ou encore Ulule en France[4].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Les logiciels open source peuvent être vendus et utilisés à des fins commerciales en général. Les applications open source ont également fait partie de l'industrie du logiciel depuis un bon moment[1],[5]. Bien que la commercialisation ou le financement de projets logiciels open source soit possible, ceux-ci sont considérés comme difficile[6].

Comme plusieurs licences libres stipulent que les auteurs d'œuvres dérivées doivent les distribuer sous une licence open source copyleft, les ISV et VAR ont dû développer de nouveaux mécanismes légaux et techniques afin d'accomplir leurs objectifs commerciaux[7] dans la mesure où nombre de mécanismes traditionnels ne sont plus directement applicables.

Le bon sens traditionnel en affaires suggère que les méthodes, patrimoine, et propriété intellectuelle d'une entreprise devraient demeurer inconnus des concurrents sur le marché (secret des affaires) afin de maximiser le temps pendant lequel un nouveau produit est commercialisé de manière à en tirer un bénéfice[8]. Le développement de logiciels open source minimise l'efficacité de cette tactique: le développement du produit est habituellement réalisé publiquement, permettant à des projets concurrents ou à des clones d'incorporer de nouvelles fonctionnalités ou des améliorations dès que le dépôt des sources public est mis à jour, ainsi que l'autorisent la plupart des licences open source. Également dans le domaine des matériels informatiques, un fabricant de matériel qui fournit des drivers gratuits et open source révèle nécessairement ses connaissances sur les détails d'implémentation à ses concurrents, qui pourraient exploiter ces savoirs afin de rattraper leur retard technique.

Approches[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs types de modèles d'affaires destinés à rendre profitable l'usage de logiciels libres ou pour en financer le développement. Figurant ci-après sont présentées des approches commerciales licites dans le contexte du logiciel libre et des licences libres[9]. L'acceptabilité de ces approches dans l'écosystème des logiciels libres peut varier. Certaines approches sont recommandées (comme la fourniture de services payants), d'autres sont acceptées, d'autres encore sont controversées voire considérées comme contraires à l'éthique par les communautés des logiciels libres.

Double licence[modifier | modifier le code]

Article principal : Licence multiple.

Le mécanisme de la double licence consiste à proposer le logiciel à la fois sous une licence libre et à des conditions propriétaires distinctes. La version propriétaire peut ainsi être vendue pour financer le développement continu de la version libre gratuite[10]. Les clients peuvent ainsi être attirés par la version libre et gratuite du logiciel, et ensuite se voir proposer une montée de gamme vers une version "entreprise" payante. De surcroît, les clients seront ainsi informés des logiciels et offres open source dans le portefeuille de l'entreprise, mais vont générer des revenus via les autres produits et solutions propriétaires, y compris via les services et contrats de support technique payants. Un exemple populaire est la base de données MySQL d'Oracle, qui est publiée à la fois sous une licence propriétaire payante et sous la licence GNU/GPL v2 [11]. Un autre exemple est la licence Sleepycat. Armin Ronarcher, développeur de Flask, a déclaré que la licence GNU Affero GPL v3 était un "succès terrible" comme "vecteur de double licence payante", et a noté que MongoDB, RethinkDB, OpenERP, SugarCRM et WURFL utilisent cette licence précisément dans cet objectif[12].

Vente de services professionnels[modifier | modifier le code]

Le retour sur capitaux des coûts investis dans les logiciels open source peuvent également provenir de la vente de services, tels que la fourniture de formations, de support technique ou de prestations conseil, plutôt que de la vente du logiciel lui-même[13],[14].

Une autre possibilité est d'offrir un logiciel open source seulement sous sa forme de code source, tout en ne fournissant des exécutables binaires que pour les clients payant, et en proposant un service commercial de compilation et d'empaquetage du logiciel. Aussi, la fourniture de biens physiques tels que des supports d'installation (par exemple, DVD) peut constituer un tel service commercial.

Les entreprises open source qui exploitent ce modèle économique avec succès sont, par exemple, RedHat et IBM[15]. Un exemple plus spécifique est celui de la société Revolution Analytics.

Vente de marchandise estampillée par une marque[modifier | modifier le code]

Des organisations open source telles que la fondation Mozilla[16] et la fondation Wikimedia[17] vendent des marchandises marquées de logotypes telles que des t-shirts et des mugs. Cela peut également être considéré comme un service rendu à la communauté des utilisateurs.

Vente de certificats et d'usage de marque[modifier | modifier le code]

Article principal : Franchise (réseau commercial).

Une autre approche de financement a été initiée par Moodle, un système de gestion de l'apprentissage et plate-forme communautaire[18],[19]. Son modèle d'affaires est basé autour d'un réseau de partenaires commerciaux[20] qui sont certifiés et dès lors autorisés à utiliser le nom et le logo Moodle[21], et en échange reversent un part de leurs revenus au Trust Moodle, qui finance le développement du cœur du logiciel[22].

Vente de logiciel comme service (Software as a Service)[modifier | modifier le code]

La vente de souscriptions à des clients pour des comptes en ligne et des accès distants à des serveurs est une manière de réaliser un profit basé sur le logiciel open source. On trouve également la combinaison de logiciels clients avec un service, appelé "logiciel plus service". Fournir des services d'informatique infonuagique (cloud computing) ou software as a service (SaaS) sans publier le logiciel open source lui-même, ni sous forme exécutable ni sous forme de source, est conforme à la plupart des licences open source (sauf la licence Affero GPL).

En raison de son manque de libertés logicielles, Richard Stallman qualifie les offres infonuagiques d'"intrinsèquement mauvaises", tout en relevant leur licéité[23],[24]. La FSF désigne le cas d'usage du côté serveur sans publication du logiciel open source comme le "ASP loophole" (lacune ASP) dans la GPLv2 et encourage par conséquent l'usage de la licence GNU Affero General Public License qui a comblé cette lacune en 2002[25],[26]. En 2007, la FSF a envisagé d'inclure les stipulations spécifiques de la licence GNU Affero GPLv1 dans la licence GNU GPLv3, mais a fini par décider de conserver une distinction entre ces licences[27].

Partenariats avec des organismes de financement[modifier | modifier le code]

D'autres modèles économiques sont basés sur des partenariats avec d'autres entreprises. Les gouvernements, les universités, les entreprises et les organisations non gouvernementales peuvent procéder à des développements en interne ou encore faire appel à des prestataires pour faire des modifications spécifiques à usage interne, avant de publier le code en résultant sous une licence open source. Certaines organisations soutiennent le développement de logiciels open source via des subventions ou des bourses, à l'instar de l'initiative Google Summer of Code lancée en 2005[28].

Dons volontaires[modifier | modifier le code]

Article principal : Donationware.

D'autres expériences ont eu lieu par des développeurs indépendants pour financer le développement de logiciels open source via des dons pilotés directement par les utilisateurs, par exemple, Illumination Software Creator en 2012[29]. De 2011 à 2016, SourceForge a permis aux utilisateurs de faire des dons aux projets hébergés qui ont choisi de recevoir des dons[30]. Les systèmes de micro-paiement par Internet comme PayPal, flattr, et Bitcoin favorisent cette approche.

Il existe également de grandes campagnes de dons. En 2004, la Fondation Mozilla a mené une campagne de collecte de fonds pour soutenir le lancement du navigateur web de Firefox 1.0. La fondation a ensuite acheté deux pages de publicité dans l'édition du New York Times du 16 décembre 2004 pour y présenter la liste des noms de ses milliers de bienfaiteurs[31],[32].

Précommandes / financement participatif[modifier | modifier le code]

Production participative[modifier | modifier le code]

Financement par la publicité[modifier | modifier le code]

Vente d'extensions propriétaires optionnelles[modifier | modifier le code]

Article principal : Open core.

Certaines entreprises vendent des extensions, modules, plugins ou add-ons propriétaires mais optionnels à un produit logiciel open source. Il peut s'agir d'une approche "conforme à la licence" de nombreuses licences open source si cette opération technique est réalisée avec assez de vigilance. Par exemple, mélanger du code propriétaire et du code open source dans des bibliothèques liées statiquement ou compiler tout le code ensemble dans un produit logiciel pourrait violer les licences open source, tandis que les conserver séparés par des interfaces et des bibilothèques liées dynamiquement est souvent conforme à la licence.

Cette approche est une variante du modèle d'affaires freemium. Le logiciel propriétaire peut être conçu pour permettre aux clients de tirer un avantage supérieur de leurs données, infrastructure ou plate-forme, par exemple, les faire fonctionner plus efficacement, mieux les gérer, mieux les sécuriser. À titre d'illustration, on trouve les logiciels propriétaires IBM pour GNU/Linux, où IBM contribue à l'écosystème open source de GNU/Linux, mais crée et fournit (aux clients payants d'IBM) des logiciels de base de données, des middleware, et d'autres logiciels qui fonctionnent sur le socle open source. D'autres exemples de produits propriétaires crées sur un socle open source sont notamment Red Hat Enterprise Linux et les logiciels de Cloudera basés sur Apache Hadoop. Certaines entreprises semblent réinvestir une partie de leurs bénéfices financiers dus à la vente de logiciels propriétaires dans l'infrastructure open source[33].

Quelques entreprises, telles que Digium, vendent des matériels électroniques propriétaires mais optionnels, contrôlés par un produit logiciel open source[34].

Vente de composants propriétaires indispensables d'un produit logiciel[modifier | modifier le code]

Une variante de l'approche ci-dessus consiste à garder propriétaires des données et contenus indispensables (par exemple les fichiers audio, graphiques, et modèle artistiques d'un jeu vidéo) d'un produit logiciel tout en libérant le code source. Bien que cette approche soit compatible avec la plupart des licences open source, les clients et/ou consommateurs doivent acheter le contenu afin de disposer d'un logiciel complet et fonctionnel[35]. Des licences restrictives peuvent en outre s'appliquer au contenu, ce qui empêche la redistribution ou la revente du logiciel complet.

Des exemples de logiciels de jeux vidéo développé sur des socles open source sont par exemple Steel Storm, dont la moteur est sous licence GNU GPLv2 tandis que les créations graphiques sont sous licence CC-BY-NC-SA 3.0[36], et Frogatto & Friends dont le moteur original est open source[37], mais qui est commercialisé via ses ressources et contenus [38] pour iPhone, BlackBerry et MacOS[39]. D'autres exemples sont notamment Arx Fatalis (par Arkane Studios)[40] et Catacomb 3-D (by Flat Rock Software)[41] dont le code source est ouvert au public postérieurement à leur publication, mais dont les ressources artistiques et les binaires sont encore vendus sur gog.com sous forme de distribution numérique[42].

Ceci est conforme aux principes défendus par la FSF et Richard Stallman, qui ont indiqué que pour l'art ou le divertissement, les libertés logicielles ne sont pas requises ni même importantes[43].

Vente de systèmes de mise à jour propriétaires[modifier | modifier le code]

Une autre variante du modèle d'affaires ci-dessus, utilisé notamment pour des logiciels traitant beaucoup de données ou dont l'architecture est centrée sur la gestion de données, est le fait de conserver chaque version du logiciel sous une licence open source, mais de s'abstenir de publier les scripts de mise à jour d'une version n à une version n+1.

Les utilisateurs peuvent encore déployer et faire fonctionner le logiciel open source. Cependant, toute mise à jour à une version supérieure impose à l'utilisateur :

  • soit d'exporter la totalité des données, installer la nouvelle version, puis réimporter les données dans cette nouvelle version ;
  • soit de souscrire à un service fermé ou d'acquérir un système de mises à jour sous licence propriétaire ;
  • soit d'étudier le code source des deux versions et de recréer lui-même les scripts requis.

Cette pratique n'est pas conforme aux principes des logiciels libres tels que défendus par la FSF. Richard Stallman condamne cette pratique et l'appelle "piège diachronique" ("diachronically trapped software")[44].

Redistribution sous licence propriétaire[modifier | modifier le code]

Si un produit logiciel utilise uniquement des logiciels et des logiciels open source régis par une licence de logiciel libre permissive, une autre entreprise peut redistribuer le logiciel obtenu produit sous une licence propriétaire et le vendre sans le code source ou les libertés logicielles[45]. Par exemple, Apple Inc. est un fervent utilisateur de cette approche et exploite le code source et les logiciels de projets open source. Par exemple, le BSD Unix système d'exploitation noyau (sous licence BSD) a été utilisé dans ordinateurs Mac de la société Apple qui ont été vendus comme des produits exclusifs[46].

Obfuscation de code source[modifier | modifier le code]

Publication en open source retardée[modifier | modifier le code]

Publication en open source en fin de cycle de vie[modifier | modifier le code]

Logiciel libre et économie[modifier | modifier le code]

Selon Yochai Benkler, Professeur Berkman à l'entreprise d'Études Juridiques à la faculté de Droit de Harvard, le logiciel libre est la partie la plus visible d'une nouvelle économie de production par des pairs, basée sur des communs, d'information, connaissances et de biens culturels. À titre d'exemple, il cite plusieurs projets de logiciels libres, y compris des logiciels à la fois libres et open source[47].

Cette nouvelle économie est déjà en cours de développement. Dans le but de commercialiser des logiciels libres, de nombreuses entreprises, Google étant le plus réussi, évoluent vers un modèle économique de logiciel publicitaire. Dans un tel modèle, la seule façon d'augmenter les recettes est rendre cette publicité plus rentable. Facebook a récemment reçu des critiques pour son emploi de nouvelles méthodes de pistage[48].

Cette nouvelle économie n'est pas sans alternatives. Les App Stores d'Apple sont populaires auprès des utilisateurs et développeurs. La Free Software Foundation considère les App Stores d'Apple incompatibles avec la licence GNU GPL et s'est plainte de ce qu'Apple viole la GPL avec les conditions d'utilisation d'iTunes[49]. Plutôt que de changer ces conditions d'utilisation afin de les rendre compatibles avec la licence GNU GPL, Apple a supprimé les produits sous licence GPL de ses App Stores[50]. Les auteurs de VLC Media Player, l'un des programmes sous licence GNU GPL au cœur de ces plaintes, ont commencé la transition de la licence de leur programme de la GNU GPL vers les licences LGPL et MPL[51],[52].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dr. Karl Michael Popp et Ralf Meyer, Profit from Software Ecosystems: Business Models, Ecosystems and Partnerships in the Software Industry, Norderstedt, Germany, Books on Demand, (ISBN 9783839169834, lire en ligne)
  2. Bruce Byfield, « Google's Summer of Code concludes », linux.com, (consulté le 18 juin 2016) : « DiBona said that the SOC was designed to benefit everyone involved in it. Students had the chance to work on real projects, rather than academic ones, and to get paid while gaining experience and making contacts. FOSS projects benefited from getting new code and having the chance to recruit new developers. »
  3. Ursula Holtgrewe, « Articulating the Speed(s) of the Internet: The Case of Open Source/Free Software », Time & Society, vol. 13,‎ , p. 129–146 (DOI 10.1177/0961463X04040750)
  4. « Bountysource Raises $1.1 Million for the First Crowdfunding Platform for Open-Source Software Projects », sur Yahoo Finance, Marketwired, (consulté le 18 juin 2016)
  5. David A. Wheeler, « F/LOSS is Commercial Software », sur Technology Innovation Management Review, Talent First Network, (consulté le 18 juin 2016)
  6.  (). Richard Stallman (S20E10)Jupiter Broadcasting. La scène se produit à 0:53:46. “I'm not going to claim that I got a way to make it easier to raise money to pay people who write free software. We all know, that to some extent there are ways to do that, but we all know that they are limited, they are not as broad as we would like.”
  7. (en) Dr. Karl Michael Popp, Best Practices for commercial use of open source software, Norderstedt, Germany, Books on Demand, (ISBN 978-3738619096)
  8. (en) S. Donovan, « Patent, copyright and trade secret protection for software », IEEE Potentials, vol. 13, no 3,‎ , p. 20 (ISSN 0278-6648, DOI 10.1109/45.310923) :

    « Essentially there are only three ways to protect computer software under the law: patent it, register a copyright for it, or keep it as a trade secret. »

  9. Dr. Karl Michael Popp, Best Practices for commercial use of open source software, Norderstedt, Germany, Books on Demand, (ISBN 978-3738619096)
  10. Jean Solatan, Advances in software economics: A reader on business models and Partner Ecosystems in the software industry, Norderstedt, Germany, BOD, (ISBN 978-3-8448-0405-8)
  11. « Commercial License for OEMs, ISVs and VARs », sur MySQL.com, Oracle, (consulté le 18 juin 2016) : « Oracle makes its MySQL database server and MySQL Client Libraries available under both the GPL and a commercial license. As a result, developers who use or distribute open source applications under the GPL can use the GPL-licensed MySQL software, and OEMs, ISVs and VARs that do not want to combine or distribute the MySQL software with their own commercial software under a GPL license can purchase a commercial license. », Q4: What is Oracle's dual license model for MySQL software?
  12. Armin Ronacher, « Licensing in a Post Copyright World », sur Armin Ronacher's Thoughts and Writings, (consulté le 18 juin 2016) : « The AGPLv3 was a terrible success, especially among the startup community that found the perfect base license to make dual licensing with a commercial license feasible. MongoDB, RethinkDB, OpenERP, SugarCRM as well as WURFL all now utilize the AGPLv3 as a vehicle for dual commercial licensing. The AGPLv3 makes that generally easy to accomplish as the original copyright author has the rights to make a commercial license possible but nobody who receives the sourcecode itself through the APLv3 inherits that right. I am not sure if that was the intended use of the license, but that's at least what it's definitely being used for now. », What Changed in 2007
  13. Jack M. Germain, « FOSS in the Enterprise: To Pay or Not to Pay? », sur LinuxInsider, ECT News Network, Inc., (consulté le 18 juin 2016)
  14. Paul Rubens, « 6 Reasons to Pay for Open Source Software », sur CIO, CXO Media Inc., (consulté le 18 juin 2016) : « Open source software is free to download, modify and use, but that doesn't mean it's not worth paying for sometimes. If you're using open source software in a commercial, enterprise capacity, here are six reasons why you should pay for free software. »
  15. Robert McMillan, « Red Hat Becomes Open Source’s First $1 Billion Baby », Wired,‎ (lire en ligne) :

    « Other companies have made big money selling Linux — Intel, IBM, Dell, and others have used it as a way to sell hardware and support services — but Red Hat has managed the tricky business of building a software platform that big businesses will pay for. »

  16. Gervase Markham, « Mozilla Foundation Open Letter Orders Unofficial Mozilla Merchandise Sellers to Stop, Legal Action Hinted », sur MozillaZine, (consulté le 18 juin 2016)
  17. « Wikipedia Store », Wikimedia Foundation, (consulté le 18 juin 2016)
  18. Samantha Gartner, « Moodle will always be an open source project », sur opensource.com, (consulté le 18 juin 2016)
  19. Martin Dougiamas, « Moodle: a case study in sustainability », sur OSS Watch, University of Oxford, (consulté le 18 juin 2016)
  20. « How do the Moodle Partners work? » [archive du ], sur Moodle, (consulté le 18 juin 2016)
  21. « The Moodle Trademark », sur Moodle, (consulté le 18 juin 2016)
  22. Steve Kolowich, « Blackboard's Open-Source Pivot », sur Inside Higher Ed, (consulté le 18 juin 2016)
  23. Rani Molla, « Hacktivist Richard Stallman takes on proprietary software, SaaS and open source », sur Gigaom, Knowingly, Inc., (consulté le 18 juin 2016) : « He (...) claims software as a service (SaaS) is inherently bad because your information goes through a server beyond your control and that server can add additional software when it likes. »
  24. Bobbie Johnson, « Cloud computing is a trap, warns GNU founder Richard Stallman », The Guardian,‎ (lire en ligne) :

    « Web-based programs like Google's Gmail will force people to buy into locked, proprietary systems that will cost more and more over time, according to the free software campaigner »

  25. « Licenses », sur GNU Project, Free Software Foundation (consulté le 18 juin 2016) : « We recommend that people consider using the GNU AGPL for any software which will commonly be run over a network. », The GNU Affero General Public License
  26. Michael Tiemann, « GNU Affero GPL version 3 and the "ASP loophole" », Open Source Initiative, (consulté le 18 juin 2016)
  27. « Frequently Asked Questions about the GNU Licenses », sur GNU Project, Free Software Foundation, (consulté le 18 juin 2016), Why did you decide to write the GNU Affero GPLv3 as a separate license?
  28. Bruce Byfield, « Google's Summer of Code concludes », linux.com, (consulté le 18 juin 2016) : « DiBona said that the SOC was designed to benefit everyone involved in it. Students had the chance to work on real projects, rather than academic ones, and to get paid while gaining experience and making contacts. FOSS projects benefited from getting new code and having the chance to recruit new developers. »
  29. Joey-Elijah Sneddon, « Will You Help Change The Way Open-Source Apps are Funded? », OMGUbuntu, (consulté le 8 août 2013) : « Lunduke is pledging to open-source and distribute his portfolio of hitherto paid software – which includes the Linux distro management simulator Linux Tycoon - for free, under the GPL, if he can reach a donation-driven funding goal of $4000/m. Reaching this goal, Lunduke says, 'will provide proof for others, who would also like to move their software businesses to be open source, that it is doable.' »
  30. Elizabeth Naramore, « SourceForge.net Donation System », sur SourceForge, Slashdot Media,
  31. Mozilla Foundation, « Mozilla Foundation Places Two-Page Advocacy Ad in the New York Times », (consulté le 15 juin 2010)
  32. Ingrid Marson, « New York Times runs Firefox ad », cnet.com, (consulté le 12 août 2013) : « Fans of the Mozilla Foundation's Firefox browser who funded an advertisement in The New York Times will finally get to see their names in print on Thursday. »
  33. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées OlsonStanford
  34. Modèle:Cite av media
  35. « TTimo/doom3.gpl », GitHub, (consulté le 10 août 2013) : « Doom 3 GPL source release [...] This source release does not contain any game data, the game data is still covered by the original EULA and must be obeyed as usual. »
  36. « STEEL STORM EPISODE 1 LIMITED USER SOFTWARE LICENSE AGREEMENT », steel-storm.com (consulté le 10 août 2013) : « For the purpose of this Agreement, the Art Assets include pk3 archive inside of 'steelstorm/gamedata/' folder that contain two-dimensional and three-dimensional works of graphic art, photographs, prints and art reproductions, maps, charts, diagrams, models, and technical drawings, sound effects and musical arrangements, documentation and tutorial videos, and are licensed under Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported license. The Engine, which includes Windows, Linux and Mac binaries, and the Engine's source code, are licensed under GNU GPL v2 license. »
  37. Kristina Simpson, « LICENCE », sur anura-engine - GitHub, (consulté le 10 octobre 2015)
  38. frogatto, « License », sur GitHub : « CC-BY 3.0 LICENSE [...] assets under copyright »
  39. Iwan Gabovitch, « Humble Indie Bundle's Source Releases »,  : « Another game which is commercial (on iDevices) and has FOSS code and closed art [...] is Frogatto. »
  40. Nick, « Arx Fatalis source code, patch released! », bethblog.com, (consulté le 10 août 2011)
  41. Michael Larabel, « id Software's Softdisk Open-Sources Some Really Old Games », Phoronix, (consulté le 6 juin 2014)
  42. Tom Ohle, « Straight out of the Dungeon, Arx Fatalis invades GOG.com », sur Develop-Online.net, Varsovie, Pologne,
  43. Richard Stallman, « On-line education is using a flawed Creative Commons license », stallman.org, (consulté le 10 août 2013) : « In my view, nonfree licenses that permit sharing are ok for works of art/entertainment, or that present some party's viewpoint (such as this article itself). Those works aren't meant for doing a practical job, so the argument about the users' control does not apply. Thus, I do not object if they are published with the CC-BY-NC-ND license, which allows only noncommercial redistribution of exact copies. »
  44. (en) « gnu.org », sur www.gnu.org
  45. Bruce Montague, « Why you should use a BSD style license for your Open Source Project - GPL Advantages and Disadvantages », FreeBSD, (consulté le 28 novembre 2015) : « In contrast to the GPL, which is designed to prevent the proprietary commercialization of Open Source code, the BSD license places minimal restrictions on future behavior. This allows BSD code to remain Open Source or become integrated into commercial solutions, as a project's or company's needs change. In other words, the BSD license does not become a legal time-bomb at any point in the development process. In addition, since the BSD license does not come with the legal complexity of the GPL or LGPL licenses, it allows developers and companies to spend their time creating and promoting good code rather than worrying if that code violates licensing. »
  46. Andy Oram, « How Free Software Contributed to the Success of Steve Jobs and Apple », radar.oreilly.com, (consulté le 10 août 2013) : « the BSD license allowed Apple to keep its changes proprietary »
  47. Yochai Benkler, « Freedom in the Commons: Towards a Political Economy of Information », Duke Law Journal, vol. 52, no 6,‎ (lire en ligne)
  48. (en) Dina ElBoghdady, « Facebook tracking prompts calls for FTC investigation », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  49. (en) Jacqui Cheng, « VLC for iOS vanishes 2 months after eruption of GPL dispute », Ars Technica,‎ (lire en ligne)
  50. Steven Vaughan-Nichols, « No GPL Apps for Apple's App Store » (consulté le 23 octobre 2011)
  51. « Changing the VLC engine license to LGPL » (consulté le 23 octobre 2011)
  52. (en) Casey Johnston, « VLC media player returns to the iOS App Store after 30-month hiatus », Ars Technica,‎ (lire en ligne)