Miysis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Miysis
Divinité égyptienne
Caractéristiques
Nom en hiéroglyphes
U1V28W14S29
Translittération Hannig Mȝḥs
Représentation Lion
Culte
Région de culte Égypte antique
Temple(s) Léontopolis

Miysis[1] est un dieu de la mythologie égyptienne.

Miysis est un dieu de la guerre, successeur de Sekhmet lors du Nouvel empire, qui lutte aux côtés de chaque nuit contre le serpent Apophis. Fils de Bastet, la déesse féline, on le représente sous les traits d'un prince à tête de lion. Il est le premier dieu à être apparu lors du Nouvel empire.

Dieu de Léontopolis (l'actuelle Tel Moqdam), on élevait dans son temple un lion vivant, symbole du dieu, qui était enterré dans une nécropole toute proche.

Il est parfois assimilé au dieu Sopdou.

Attributs[modifier | modifier le code]

Successeur de Sekhmet dans le rôle de dieu de la guerre, Miysis est également le gardien et seigneur des horizons. Il est celui qui aide à combattre Apophis chaque nuit et est également le protecteur du pharaon lors des batailles. Durant la gouvernance grecque sur l’Égypte, on lui a attribué la capacité de Sekhmet de commander aux vents et aux tempêtes.

Dans ses représentations courantes, il est montré debout, portant une épée ou un couteau et il peut parfois être montré couronné de l'atef ou du disque solaire et prend par moment l'apparence d'un lion dévorant un captif.

Origine[modifier | modifier le code]

Les égyptologues retracent l'origine de Miysis à la domination nubienne, sa présence étant une potentielle assimilation d'une divinité nubienne durant le Nouvel empire, les deux civilisations ayant été extrêmement proches déjà par le passé. Durant la dominance grecque de la région, il a par la suite été attesté d'un temple de Miyis dans l'annexe d'un temple de Sekhmet auparavant attribuée à la déesse chatte Bastet dans la cité de Léontopolis.

Il y a une analogie évidente entre la déesse guerrière Sekhmet et Miyis dont il est le pendant masculin et successeur dans la lutte contre les ennemis de l’Égypte.

Phonologie[modifier | modifier le code]

On peut également voir une analogie phonétique entre Mahes et Mars et Arès, respectivement les dieux romains et grecs de la guerre.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ou Maahes, Mahes, Miôs