Mitar Subotić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mitar Subotić
Surnom Suba
Naissance
Novi Sad (République fédérative socialiste de Yougoslavie)
Décès (à 38 ans)
São Paulo (Brésil)
Activité principale Compositeur, musicien
Activités annexes Producteur
Genre musical rock expérimental, ambient, musique électronique, bossa nova
Instruments Claviers, piano, synthétiseur
Années actives 1982-1999
Labels PGP RTB, ''M'' Produkcija Radio Novog Sada, Ziriguiboom, SSR Records, Six Degrees Records

Mitar Subotić, dit Suba (en serbe : Митар Суботић Суба) (Novi Sad, - São Paulo, ) est un compositeur et musicien serbe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'académie de musique de l'Université de Novi Sad où il apprend l'orchestration et la composition, il s'intéresse aux possibilités offertes par la musique électronique et suit à Belgrade les cours du saxophoniste Paul Pignon.

Il signe en 1983 ses premiers titres sous le pseudonyme de Rex Ilusivii qui sont diffusés de manière anonyme par Radio Novi Sad (en). Il devient alors en Yougoslavie un des pionniers de la musique électronique, devient connu par sa fusion de la musique électronique et des berceuses populaires yougoslaves et obtient même, à son arrivée à Paris en 1986 une bourse du Fonds international pour la promotion de la culture par l'UNESCO[1].

Réputé dans toute l'Europe pour ses enregistrements, il part, obtenant une bourse d'étude de São Paulo, au Brésil poursuivre sa carrière. Il y devient très célèbre et compose pour la radio, la télévision, le théâtre etc. Il collabore alors avec des stars brésiliennes comme Katia B, Cibelle, Taciana, Bebel Gilberto, Arnaldo Antunes, Marina Lima, Marisa Monte, João Donato, João Parayba ou Mestre Ambrósio.

Il devient aussi le producteur de Hermeto Pascoal ou d'Edson Cordeiro, parmi de nombreux autres.

Plusieurs de ses albums sont encensés par la critique lorsqu'il meurt asphyxié, après la soirée d'inauguration de son nouvel album São Paulo Confessions en 1999 dans l'incendie de son atelier en tentant de sauver ses enregistrements.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 2000 est fondé l'Institut à but non lucratif Suba et, depuis 2008, une scène du Festival EXIT porte son nom.

En janvier 2012, un parc de Novi Sad a été baptisé en son honneur.

Son album São Paulo Confessions entre en 2008 parmi les 1001 Albums You Must Hear Before You Die.

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bogomir Mijatović, NS rockopedija, novosadska rock scena 1963-2003, 2005 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Angela Pilchak, Contemporary Musicians : Profiles of the People in Music, 2005, p.46
  • Petar Janjatović, Ex Yu Rock enciklopedija 1960-2006, 2006
  • Chris McGowan, Ricardo Pessanha, The Brazilian sound: samba, bossa nova, 2008, p.78

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie, Flammarion, 2006, p.565

Liens externes[modifier | modifier le code]