Mistral gagnant (confiserie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mistral gagnant.

Le Mistral gagnant était un bonbon en poudre. Il se présentait sous la forme d'un sachet en papier contenant une poudre sucrée, parfumée et pétillante sur la langue, dans lequel on insérait une « paille » en réglisse destinée à l'aspirer dans la bouche.

Une première version était vendue dans des sachets verts où le mot « GAGNANT » pouvait se trouver à l'intérieur et autorisait l'échange de l'emballage vide contre un nouveau sachet.

Au tout début des années 1960, le fabricant eut l'idée de profiter de l'électrification jusqu'à Marseille de la ligne PLM (Paris-Lyon-Marseille, puis Nice) du réseau SNCF et la mise en service de motrices électriques remplaçant les anciennes locomotives à vapeur tractant le train express "de prestige", le Mistral, pour changer le visuel de l'emballage. Les sachets devinrent alors bleu pâle et chaque face « avant » des sachets présentait une image stylisée d'une des nouvelles locomotives portant le nom Mistral.

Certains de ces sachets — vendus 10 centimes jusqu'à l'arrêt de la distribution de la friandise — permettaient d'en obtenir immédiatement un autre, gratuitement, si en face « arrière » à l'intérieur du rabat de fermeture, l'acheteur découvrait le mot « GAGNANT »[1].

Le Mistral gagnant était le successeur de l’Aspire frais, pionnier, puis du Fraisuc.

Le Fraisuc existait dans les années 1970 dans un sachet papier coloré avec une paille en plastique. Ce bonbon se nommait aussi Reine chantante. Il était vraisemblablement prévu d'y ajouter de l'eau pour obtenir une boisson gazeuse dans le sachet (ce qui n'était cependant pas dans les coutumes des écoliers).

La paille du Mistral gagnant était pré-insérée dans le sachet, qui était rectangulaire mais replié aux deux coins contigus supérieurs ; l'angle supérieur du triangle formé était percé et maintenait le tube de réglisse douce — contrairement à la réglisse du Coco Boer qui était une réglisse dure en poudre, genre Zan (marque d'Uzès déposée en 1884, et rachetée en 1987 par le confiseur allemand Haribo).

La poudre était sucrée, fruitée et légèrement acide (pour l'effet frais ou « mistral »). Le bonbon n'est plus produit aujourd'hui. L'effet acide et pétillant était dû à une composition contenant de l'acide tartrique et du sodium comme pour la limonade, avec du sucre et d'autres ingrédients (colorants, excipients, arômes…).

Une présentation dénommée « soucoupe », a ensuite vu le jour. Elle était fabriquée dans une grande gélule en pain azyme coloré, munie d'une petite paille en plastique.

Le chanteur Renaud, dans la chanson Mistral gagnant, évoque ses souvenirs d'enfance.

Au début du film En plein cœur, le personnage incarné par Gérard Lanvin évoque son enfance à travers cette confiserie, qui a été disponible dans une épicerie.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le-mistral-gagnant-de-la-chanson-de-Renaud-etait-un-bonbon.png », sur www.beekoz.fr (consulté le 20 mai 2015)