Miss Ming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Miss Ming
Description de cette image, également commentée ci-après

Candy Ming en décembre 2015

Nom de naissance Candy Ming
Surnom Candy Rainbow
Naissance (26 ans)
Dieppe, Seine-Maritime, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Poétesse, actrice, plasticienne et chanteuse
Films notables Mammuth, Le Grand Soir, Henri, L'Hermine
Site internet http://www.missming.net/

Miss Ming, de son vrai nom Candy Ming, également connue sous le pseudonyme Candy Rainbow, est une actrice, plasticienne, écrivaine et chanteuse française, née le à Dieppe le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Benoît Delépine la rencontre par hasard sur une plage, en 2005, alors qu'elle lit des poèmes à haute voix. Il la suit alors de près, et l'ouvre au monde de Groland. Le premier livre de Miss Ming en porte la marque[2].

Devenue ambassadrice virtuelle du Groland, elle invente le personnage de Grogirl, héroïne pure de Groland, ou de la Marianne grolandaise.

Elle réalise divers films d'animation et clips pour ses productions musicales et pour d'autres musiciens, dont l'ambiance est volontairement absurde, bricolée et enfantine par le mélange des matières et des techniques. Elle écrit des chansons pour son avatar Candy Rainbow[3].

C'est alors qu'en 2008, Benoit Delépine et Gustave Kervern lui demandent un jour dans un café à Amiens d'incarner Jenyfer dans Louise-Michel aux côtes de Yolande Moreau et de Bouli Lanners.

Elle interprète par la suite Solange, la nièce de Serge Pillardosse (joué par Gérard Depardieu), dans le film Mammuth de Benoit Delépine et de Gustave Kervern en 2010.

Elle crée ensuite une Société protectrice des artistes abandonnés (SPAA) avec ses filles, Lizzy Popolini, Cassiopée Ming et Oranne Ming, aux côtés de Michael D'Amour (ancien membre du groupe Les Skalopes), Fabien Cauchy et d'autres partenaires[4]. Elle en est la porte-parole[4].

Daniel Metge lui offre en 2011, un rôle principal, Laurie, dans Mon amoureux avec Salomé Stévenin et Grégory Givernaud qui la révèle comme meilleure interprétation féminine internationale[5].

En 2012, elle écrit son premier court-métrage réel Déferlente en le réalisant avec Zoé Delépine et Winifrey Bandera Guzman grâce au soutien de No Money Production de Benoit Delépine et Gustabe de Kervern.

Yolande Moreau écrit Henri son deuxième film en tant que réalisatrice en pensant à Candy Ming pour incarner le premier rôle féminin principal, Rosette. Son interprétation est remarquée dans plusieurs festivals et consacrée comme "prix flambeau de l'humanité"[6].

En 2014, Christian Vincent remarque ses multiples rôles et lui offre le rôle de Jessica Marton, mère victime face à son mari Martial Beclin interprété par Victor Pontenovo dans l'Hermine aux côtés de Fabrice Lucchini et de Sidse Babett Knusen[7].

Par la suite, en 2015-2016, Nicolas Bellenchombre et Cédric Tanguy engage Candy Ming pour interpréter l'un des trois rôles principaux dans leur film The Last Chance Road aux côtés de Marianne Garcia, Albert Delpy, Fabienne Thibeault[8].

Candy Ming est également doctorante en arts plastiques.[1]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 2008 : La Nostalgie, publiée dans le journal Les Adex.
  • 2008 - Credo Quia Absurdum, éditions Mécanique Populaire.
  • 2010 : Farfelade, éditions Mécanique Populaire.
  • 2013 : Effronterie (Manifeste Impertinent de Gustave de Kervern), éditions Autrement.
  • 2014 : Feuilles, Pluie, Sel, éditions Hypallage.
  • 2016 : La Désencyclopédie du Groland, atome tome 1, éditions Société Protectrice des artistes abandonnés.
  • 2017 : Place des Héros, avec Fabien Cauchy, Jacques Flament Editions.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Miss Ming avec Gustave Kervern, lors d'une avant-première de Mammuth en 2010.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

  • 2006  : Salamalekum, clip d'après les illustrations de Lore Barges, avec Dragibus, diffusé sur Les Films faits à la maison, Canal+.
  • 2006 : Inu, clip d'après les illustrations de Mami Chan.
  • 2007 : Hé Ho Lapin gris, clip avec Klimperei.
  • 2008 : Qui a attrapé, clip karaoké sous le nom de Candy Rainbow, RDC studios, diffusé sur Canal+ et sélectionné sur Créa+.
  • 2009 : Branlage ibérique, clip karaoké sous le nom de Candy Rainbow, RDC studios, diffusé sur Canal+ et sélectionné sur Créa+.
  • 2010 : Santa-Dog, clip avec le groupe The Residents.
  • 2010 : Montre-moi, clip karaoké sous le nom de Candy Rainbow, RDC studios.
  • 2010 : Nearest Star, clip d'après les illustrations de Mike Langlie, pour TWINK.
  • 2010 : Hoppity Jones, clip d'après les illustrations de Mike Langlie, pour TWINK.
  • 2012 : Les Allumettes, clip karaoké avec Klimperei.
  • 2016 : Nous les femmes, clip karaoké avec Cassiopée Ming pour Candy Rainbow et Michael D'Amour (ex-Les Skalopes).
  • 2017 : Pain au chocolat, clip karaoké avec Marianne Grolandaise, famille Nazbrock, théâtre à bout de bras pour Candy Rainbow et Michael D'Amour (ex-Les Skalopes).

Musique[modifier | modifier le code]

Miss Ming[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Credo Quia Absrdum, groupe Miss Ming et sa Chandelle Magique, livre-CD, éd. Mécanique populaire.
  • 2015 : Fifteen Flies in the Marmelade, reprise de The Legendary Pink Dots, groupe Miss Ming et sa Chandelle Magique, Compilation Créatio Ex Materia 1 - Escape Deluxe Limited Edition

Candy Rainbow[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Sucre d'orge, album de 5 titres, Qui a attrapé, Branlage ibérique, Montre-Moi, Na Né Fé, RDC studi
  • 2014 : Candy Rainbow et le Kumquat", album de trois titres, Poisson d'avril, Sophie la girafe, Tané, Vahiné, Les Improductibles.
  • 2016 :
    • "Candy Rainbow et Yann Def", Le Monde, Société Protectrice des Artistes Abandonnés.
    • Le Temps des Cerises avec la voix du cœur, Société Protectrice des artistes abandonnés production.
    • Mon p'tit poulet, avec la prière du poulet, Société Protectrice des artistes abandonnés production.
  • 2017 :
    • Nous les femmes, Candy Rainbow et Michael D'Amour, ex-Les Skalopes, Société Protectrice des artistes abandonnés production.
    • Pain au chocolat, Candy Rainbow et Michael D'Amour, ex-Les Skalopes, Société Protectrice des artistes abandonnés production.

Radio[modifier | modifier le code]

  • Le Coup de cœur de Miss Ming depuis 2016.
  • 2016 :
    • Soirée subversive de Grenay, sur Radio Univers.
    • Poésie Dch'nord, dédiée à Benoît Delépine et à Gustave de Kervern, du 25 avril au 1er mai à 20h00, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Séverine à la Réserve naturelle, du 2 mai au 8 mai 2016 à 20h00, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Catherine Jacob, du 23 mai au 29 mai 2016 à 20h00, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Brexit, du 23 mai au 29 mai 2016 à 20h00, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Marianne, Armistice du 11 novembre 1918, du 7 novembre au 13 novembre à 20h00, la poésie de la semaine sur RADIO87
  • 2017 :
    • Renaud, du 26 février 2017 au 5 mars 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Art sans artifice, du 13 avril 2017 au 20 avril 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Thomas Fersen, du 30 avril 2017 au 7 mai 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Joli mois de mai, du 25 mai 2017 au 1er mai 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Yolande Moreau, du 17 juin 2017 au 24 juin 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Mireille Darc, du 28 août au 4 septembre 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Jan Bucquoy, du 27 septembre 2017 au 4 octobre 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Le rat décroché, à partir du 8 octobre 2017, la poésie de la semaine sur RADIO87
    • Interview par Julien Smarties le 11 septembre sur Dynamic Radio, Paris.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2001 : second « prix de scénario » pour Histoire de Mollusque, Sèvres.[réf. nécessaire]
  • 2002 : second « prix de scénario » pour Bicyclette à Saint-Étienne.[réf. nécessaire]
  • 2003 : second « prix de la poésie » pour Promenades en Picardie à Mers-les-Bains.[réf. nécessaire]
  • 2004 : troisième « prix de la nouvelle » pour La Mesure de Meuh Sûre à Sèvres.[réf. nécessaire]
  • 2007 : prix « mention spéciale du jury », Hé Ho Lapin gris de Candy Ming, musique de Klimperei, au cinéma l'Archipel à Paris.[réf. nécessaire]
  • 2012 : « meilleure performance dans un court métrage en prises de vue réelles » dans Mon amoureux, au festival de courts métrages de Toronto[5].
  • 2012 : prix du Jury, « mention spéciale prix d'interprétation féminine », Laurie dans Mon amoureux, Festival Jean-Carmet à Moulins[10].
  • 2012 : « prix d'interprétation féminine » et « Grand Prix FYA », Fes'Yves Arts, Etel pour Mon amoureux[11].
  • 2012 : nommée au « prix international du meilleur court-métrage » de Toulouse pour Déferlente[6].
  • 2013 : « prix meilleur espoir féminin », Rosette dans Henri, Festival des avants-premières de Cosne-sur-Loire.[réf. nécessaire]
  • 2014 : « prix « unique » coup de cœur des lumières », flambeau de l'humanité, Rosette dans Henri, Paris[12].
  • 2014 : nommée pour le « Prix Lumières du meilleur espoir féminin » dans Henri[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Miss Ming sur l’Internet Movie Database
  2. Camille Raad, « Candy Ming, une jolie fée qui brille sur grand écran et sous le ciel de Liévin », sur m.lavoixdunord.fr, .
  3. Lady Ming, « Miss Ming » (version du 1 novembre 2014 sur l'Internet Archive), sur cinefriends.com.
  4. a et b Briac Trébert, « Miss Ming. Artiste laissée sur le carreau, sacré numéro », Côté Caen,‎ (lire en ligne).
  5. a, b et c (en) Miss Ming sur l’Internet Movie Database (Consultée le 10 mai 2016).
  6. a et b « Prix et nominations de Miss Ming », sur allociné.fr (consulté le 8 novembre 2016)
  7. AlloCine, « Candy Ming », sur AlloCiné (consulté le 6 juillet 2017)
  8. « Martigny : le film Last chance road en tournage au Mille-Club », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne)
  9. Tristanah, « Miss Ming », sur baie-des-artistes.com, .
  10. « Palmarès Festival Jean Carmet 2012 : Compétition jeune espoir », sur cinebocage.com,
  11. « http://festyvesarts.fr/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur festyvesart.fr (consulté le 31 mars 2016)
  12. « Miss Ming » (version du 6 juillet 2015 sur l'Internet Archive), sur annonaypremierfilm.org.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :