Mischaël Modrikamen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mischaël Modrikamen en 2015

Mischaël Modrikamen (né à Charleroi, le )[1] est un avocat et un homme politique belge. Comme avocat, il se fait connaître en défendant collectivement des actionnaires minoritaires, notamment ceux de la banque Fortis dans le contexte du Fortisgate en 2008.

En novembre 2009, il crée un nouveau parti politique, le Parti populaire, qui "s’affiche sans complexe à la droite de l’échiquier politique"[2]. Il fait campagne comme tête de liste de ce parti à la chambre pour l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde aux élections législatives fédérales belges de 2010, mais il n'est pas élu. Il fait régulièrement parler de lui en Belgique par des déclarations ou actions de choc, décrites par ses détracteurs comme « réactionnaires » et « populistes »[3].

En soutien à son activité politique, il reprend en octobre 2010 le titre de presse socialiste Le Peuple[4]. Puis en mars 2016, il annonce qu’il reprend le titre de l'hebdomadaire Pourquoi pas ?[5].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mischaël Modrikamen est originaire de Couillet où il passe son enfance. Il est scolarisé à l’école primaire de Couillet, puis à l'Athénée de Charleroi (Solvay) et ensuite à l’Athénée Jules Destrée à Marcinelle, avant d'aller suivre des études de Droit à l'Université libre de Bruxelles[6]. Son père, Marcel Modrikamen, ancien résistant, échevin socialiste à Couillet, président du syndicat SETCa et président de la Fédération des Mutualités socialistes de Charleroi, fait l'objet le d'une tentative d'assassinat par arme à feu. Il décédera 4 ans plus tard[7],[8].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En tant qu'avocat, il se spécialise en contentieux bancaire et représente à plusieurs reprises collectivement des petits épargnant ou des actionnaires minoritaires. Il est également l'avocat du groupe de presse IPM, éditeur des quotidiens La Libre Belgique et La Dernière Heure[9].

Ainsi en 1998, il obtient de la CGER et d'autres intermédiaires financiers le remboursement de 600 millions de francs belges, lesquels avaient placé auprès des petits épargnants des euro-obligations subordonnées de l'assureur canadien Confederation Life (en) belges en les informant insuffisamment des risques encourus[10].

En 1999, il représente, en parallèle avec le cabinet Deminor, les coopérateurs de la banque CERA dans l'affaire de sa fusion avec la KREDIETBANK, pour lesquels une indemnisation de 100 milliards de francs belges est obtenue[11],[12].

En 2001, il mène pour la Communauté juive les négociations qui aboutiront en 2002 à la restitution, par les banques, les assurances et l’Etat belge, de plus de 100 millions d'euros aux survivants des déportations nazies[13],[14].

En 2008, il entame un combat fort médiatisé pour la défense d'actionnaires de le banque Fortis[15] lors de l'affaire du Fortisgate, laquelle aboutit en 2008 à la démission du gouvernement Leterme[7].

En avril 2013, il devient l'avocat du météorologue Luc Trullemans, suite à la suspension des fonctions que ce dernier occupait à RTL-TVI / Bel RTL pour avoir publié sur Facebook un texte jugé raciste par sa direction[16]. Il obtient la condamnation de RTL Belgium pour calomnie et diffamation[17].

Deux livres lui ont été consacrés : "Fortis jusqu’au bout" (traduit en néerlandais sous le titre « Fortis tot de laatste snik »), qu'il publie en collaboration avec Charles Bricman[18], et une biographie en néerlandais publiée en 2009 par Filip Michiels sous le titre « Modrikamen recht door zee » (« Modrikamen droit devant »)[19].

Engagement au sein de la communauté juive[modifier | modifier le code]

De 2000 à 2003, il est président de la Communauté israélite libérale de Belgique[20].

Au début des années 2000, il est l'avocat de la communauté juive dans les négociations sur les biens spoliés sous l'occupation[13].

Dans une tribune libre publiée par La Libre Belgique en 2002, il met en garde contre les dangers de la démilitarisation, ainsi que de l'islamisme qu’il estime mener à un retour de l’antisémitisme. Selon lui, "Oxfam se déconsidère en appelant au boycott des produits israéliens"[21].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Le , il annonce pour le 26 novembre 2009 la création d'un nouveau parti politique, fondé par lui-même et Rudy Aernoudt, ex-fondateur du parti LiDé, sur les modèles du Partido Popular espagnol et de l'UMP française : le Parti populaire (PP) (en néerlandais Personenpartij). D'emblée, le PP "s’affiche sans complexe à la droite de l’échiquier politique et mise sur deux axes de positionnement pour attirer deux segments électoraux – une posture ultra-libérale sur les questions socio-économiques et un positionnement très ambivalent sur les questions d’immigration et de sécurité – et, d’une manière générale, sur une posture se voulant à contre-courant du « vent dominant »"[2].

Malgré un score inférieur à 2 % à l'échelle fédérale[22], le PP obtient un mandat de député à la Chambre des représentants de Belgique par l'élection de Laurent Louis. À la suite de multiples conflits inter-personnels, de nombreux membres et responsables du PP en sont exclus, dont Rudy Aernoudt en août 2010 et Laurent Louis en janvier 2011.

Dans un entretien donné à l'Echo en juillet 2011, Modrikamen dit "s'inscrire dans le mouvement du FN français", estimant que "ce n'est plus l’extrême droite, critiquable, mais une droite qui s'assume avec un côté populaire"[23]. Dans le même temps, la position du PP sur le plan institutionnel évolue rapidement d'une conception unitariste vers une conception confédéraliste de l'État Belge[24],[2].

En février 2016, Manuel Abramowicz du site RésistanceS et Jean Faniel, directeur du CRISP, estiment que dans une vidéo récemment publiée par Modrikamen[25], son discours "a basculé à l’extrême droite"[26]. Peu après, Pascal Delwit, professeur de science politique à l’ULB, estime que "le PP se radicalise à droite de la droite", sans entrer dans l’extrême droite car il lui "manque l’autre facette d’un parti d’extrême droite, le nationalisme organiciste"[27].

Modrikamen est également le vice-président de l’ADDE (Alliance pour la démocratie directe en Europe) regroupant des partis favorables à la démocratie directe et eurosceptiques (PP, UKIP, VNL (nl), Debout la France…). Dans ce cadre, il prend en juillet 2015 la parole à Washington devant la Heritage Foundation, une fondation américaine qui promeut des politiques publiques conservatrices sur les principes de la libre entreprise, du gouvernement limité, de la liberté individuelle, des valeurs traditionnelles américaines et d’une défense nationale forte[28].

Éditeur de médias[modifier | modifier le code]

En soutien à son activité politique, Modrikamen repend en octobre 2010 le titre du défunt quotidien socialiste Le Peuple pour en faire un quotidien digital « "libéral", "conservateur sur les valeurs" et "en rupture avec le politiquement correct" »[4],[29]. En mars 2016, annonce qu’il reprend le titre de l'ancien magazine politique plutôt satirique Pourquoi pas ?, tombé en désuétude, pour en faire un hebdomadaire internet « avec des articles plus “magazine” et plus socio-économiques » que Le Peuple[5].

Inculpation[modifier | modifier le code]

Président du conseil d'administration de la société Donaldson, les circonstances ayant entouré la faillite de celle-ci lui valent une inculpation pour faux et blanchiment le 25 mars 2010. Il rétorque par le dépôt d'une plainte contre X pour « dénonciations calomnieuses », estimant que cette inculpation serait uniquement destinée à nuire à son engagement politique[30],[31],[32],[33]. En février 2016, le Parquet annonce qu'il demande un réquisitoire de non lieu dans ce dossier[34].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. LES TÊTES DE LISTE DU PARTI POPULAIRE DANS LE HAINAUT, sur le site web du Parti populaire (PP).
  2. a, b et c Le parti populaire (pp) par Pascal Delwit
  3. Nicolas Baygert, « De quel populisme parlons-nous ? », La Libre Belgique, 30 décembre 2009.
  4. a et b Mischael Modrikamen a lancé sa version du journal "Le Peuple", Le Vif, 13 décembre 2010
  5. a et b Modrikamen s’empare du titre de presse «Pourquoi pas?», par David Coppi, Le Soir, 2 mars 2016 - scan de la version papier complète
  6. L'avocat qui fait vaciller l'État belge est carolo, par Philippe Boudart, La Nouvelle Gazette, 16 décembre 2008
  7. a et b L’homme qui a fait tomber Leterme, par Joan CONDIJTS, Le Soir,
  8. Il avait présidé l'Institut Gailly - Décès de M. Modrikamen, par Olivier Collot, Le Soir, 9 juin 1995
  9. P.-F.L., « La saga de "L'Écho" rebondit », La Libre Belgique, 20 septembre 2005.
  10. Une saga juridico-financière qui rebondit - Le dossier Confederation Life colle à la CGER, Patrick Van Campenhout, Le Soir, 11 avril 1997
  11. Pas de vache sacrée pour Modrikamen, par Roland PLANCHAR, La Libre, 29 avril 2009
  12. Le groupe KBC condamné à indemniser ses coopérateurs, Le Soir, 10 décembre 1999
  13. a et b Paul Vaute, « Le monde juif à l'assaut des banques », par Paul Vaute, La Libre Belgique, 18 juin 2002.
  14. L'accord est conclu avec les banques, par Paul Vaute, La Libre Belgique, 4 juillet 2002.
  15. Modrikamen réclame 5 milliards à BNP Paribas, La Libre, Agence Belga, 05 octobre 2013
  16. Trullemans choisit Modrikamen pour le défendre en justice La Libre Belgique en ligne, 30 avril 2013
  17. RTL Belgium condamnée à 1€ de dommages et intérêts à Luc Trullemans, Sudinfo, le 30 Décembre 2013
  18. Fortis, Jusqu'au Bout by Mischael Modrikamen, Charles Bricman
  19. Modrikamen recht door zee : revue en néerlandais
  20. Communauté israélite libérale de Belgique », Moniteur belge, 13 juillet 2000 - Lien mort.
  21. Mischaël Modrikamen, Notre démocratie et ses ennemis, par Mischaël Modrikamen, La Libre Belgique, 24 novembre 2002.
  22. CHAMBRE : RÉSULTATS DES LISTES aux élections fédérales de 2010
  23. Modrikamen dans le sillage de Le Pen, La Libre, 16 juillet 2011
  24. Jean-Benoît Pilet, Emilie van Haute et Pascal Delwit, Les partis politiques en Belgique, Bruxelles, Éditions de l'Université, coll. « Science politique », (ISBN 978-2-8004-1514-7), p. 269-275
  25. Vidéo intitulée : "Belgique, l’heure du choix, le discours vérité de Modrikamen", par Mischaël Modrikamen, Le Peuple, 1 février 2016
  26. Modrikamen (PP) a basculé à l’extrême droite, Stéphane Tassin et François Brabant, La Libre Belgique, 10 février 2016
  27. Le PP se radicalise à la droite de la droite, interview de Pascal Delwit, Le Soir, 2 mars 2016, colonne de droite
  28. Mischaël Modrikamen à Washington devant un think tank prestigieux, brusselsstar, le 15 juillet 2015
  29. Mischaël Modrikamen relance la version numérique du journal "Le peuple", site de la RTBF, 26 mars 2013
  30. Belga, « Modrikamen inculpé par le juge Claise », La Libre Belgique, 26 mars 2010.
  31. « Me Modrikamen inculpé par le juge d'instruction Claise », Trends-Tendances, 26 mars 2010.
  32. « Modrikamen entendu par la justice : "On veut nuire à mon engagement politique !" », Trends-Tendances, 24 mars 2010.
  33. « Élections 2010 : en savoir plus sur le PP et son président Modrikamen », RTL-TVI, 19 mai 2010.
  34. http://www.dhnet.be/actu/faits/modrikamen-le-parquet-veut-le-non-lieu-56b8d7c03570b1fc11018fc4