Miroir en bronze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Miroir étrusque incisé avec le jugement de Pâris, IVe - IIIe siècle av. J.-C. (musée du Louvre)

Les miroirs en bronze sont les prédécesseurs des miroirs en verre modernes. Ce type de miroir a été trouvé par les archéologues parmi les assemblages des élites sociales de différentes cultures, de l'Italie étrusque à la Chine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Miroir en bronze de la dynastie Ming portant des symboles célestes

Le travail du cuivre au Chalcolithique, avec la fusion du minerai, l'alliage et la soudure, est transformé par la découverte du bronze, alliage de cuivre et d'étain : une basse teneur en étain donne un matériau tendre, utilisé pour fabriquer des épingles de toilette où la malléabilité et la souplesse sont recherchées ; un alliage comportant environ 88-90 % de cuivre et 8-10 % d'étain donne des épées fonctionnelles ; au-delà de 15 % d'étain, le matériau est dur et cassant : à 25 % d'étain, c'est un matériau gris presque blanc dur et cassant, poli pour donner des miroirs en bronze[1].

Égypte[modifier | modifier le code]

Des miroirs en bronze poli ou en cuivre sont façonnés par les Égyptiens à partir de 2900 avant notre ère[2].

Civilisation de la vallée de l'Indus[modifier | modifier le code]

Dans la civilisation de la vallée de l'Indus, la fabrication de miroirs en bronze remonte à la période entre 2800 et 2500 avant notre ère[3].

Chine[modifier | modifier le code]

Un miroir en bronze de l'âge de fer (120-80 avant notre ère) trouvé à St Keverne (en) en Angleterre

Des miroirs en bronze ont été produits en Chine depuis la période néolithique jusqu'à la dynastie Qing, quand le miroir occidental en verre est importé en Chine.

Ces miroirs en bronze sont généralement circulaires, avec un côté poli brillant pour donner un reflet et le verso avec des dessins. Ils ont souvent un bouton au centre pour pouvoir être attachés aux vêtements. Certains des premiers exemples de miroirs en bronze chinois appartiennent à la culture de Qijia néolithique autour de 2000 avant notre ère. Cependant, jusqu'à la période des Royaumes combattants, les miroirs de bronze ne sont pas communs puisque seulement une vingtaine ont été découverts. Durant la période des Royaumes combattants, les miroirs deviennent particulièrement populaires. C'est au cours de la dynastie Han et l'introduction du miroir TLV que les miroirs commencent à être produits en masse. Les miroirs Han et Tang sont considérés comme les plus avancés techniquement.

Les miroirs de bronze restent populaires pendant toute la dynastie Song mais perdent ensuite progressivement de leur popularité et cessent d'être produits après l'arrivée des miroirs occidentaux durant les dynasties Ming et Qing.

Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, des miroirs en bronze de l'âge du bronze ont été mis au jour en différents endroits dont la Grande-Bretagne et l'Italie. Un exemple notable en est le Birdlip mirror. Les miroirs étrusques sont produits du milieu du VIe siècle au IIe siècle. Des miroirs celtes sont produits en Grande-Bretagne jusqu'à la conquête romaine.

Japon[modifier | modifier le code]

On relève la présence du style Shinju-kyo dans certaines provinces.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Pierre Rama, Jacques Berthelot, Le bronze d'art et ses techniques, H. Vial, , p. 20.
  2. Z. Y. Saad, The Excavations at Helwan. Art and Civilization in the First and Second Egyptian Dynasties, University of Oklahoma Press, Oklahoma 1969, p. 54.
  3. Richard Corson, Fashions in Makeup: From Ancient to Modern Times, 1972, (ISBN 0-7206-0431-1), p. 32.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • B. Schweig, « Mirrors », Antiquity, Vol. 15 (1941), pp. 257–268.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :