Mirion Malle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mirion Malle
Mirion Malle - 2018.jpg
Mirion Malle en 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Mirion Malle, née le [1] en Charente-Maritime, est une autrice et dessinatrice de bande dessinée française vivant à Montréal. Elle se fait connaître grâce à son blog BD féministe Commando Culotte où elle expose, à partir de 2011, son quotidien, avant de se consacrer aux clichés concernant la représentation des femmes et des minorités dans les films et les séries télévisées[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mirion Malle commence le lycée en filière scientifique pour finalement passer son bac littéraire tout en suivant les classes européennes. Elle continue ensuite en hypokhâgne et khâgne option théâtre à Toulouse, puis valide sa licence d'études théâtrales à la Sorbonne de Paris. Elle continue avec trois ans d'étude à l'École supérieure des arts Saint-Luc, à Bruxelles, en classe de bande dessinée. Elle poursuit un master de sociologie et anthropologie avec une spécialité en genre[3],[4]. Durant cette période, elle y analyse la question du genre chez les scénaristes de séries télévisées et nourrit sur son blog Commando Culotte qu'elle maintient depuis 2013[5].

En 2016, après la polémique qui fait rage au sein du 9e art à la suite de la publication de la liste des 30 auteurs sélectionnés pour l’obtention du Grand Prix du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême[6], Mirion Malle entre dans le collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme[7].

Son travail sur Commando Culotte connaît la popularité grâce à son contenu féministe qui explore la culture populaire et les tropes du patriarcat avec humour et pédagogie. En 2016, en découle un livre publié aux éditions Ankama dans la collection Label 619[8],[9].

En 2018, elle publie La Ligue des Super Féministes[10] aux éditions La Ville Brûle, un ouvrage grand public au ton accessible qui revient sur les principaux concepts autour des discriminations de genre[11].

En , elle publie C'est comme ça que je disparais aux éditions La Ville Brûle[12], une œuvre fictionnelle parlant de la dépression et du mal-être d'une jeune femme vivant à Montréal.

En avril 2022, elle publie son second roman graphique, Adieu triste amour aux éditions La ville brûle.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mirion Malle est ouvertement lesbienne[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. BNF 16713178
  2. Juliette Geenens, « L'impunité des hommes célèbres dénoncée dans une mini-BD », Konbini France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Abonne-toi à la Pause Culotte : le meilleur de madmoiZelle à grignoter chaque jour ! », madmoiZelle.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Philippe MAGNERON, « Malle, Mirion - Bibliographie, BD, photo, biographie », sur www.bedetheque.com (consulté le )
  5. « Cinq plumes à suivre à Angoulême en 2016 », Libération,‎
  6. « Festival d’Angoulême, la parité malgré eux », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Mirion Malle : “Le travail des femmes est constamment mis de côté” », sur Barbi(e)turix !! (consulté le )
  8. « « Commando Culotte », de Mirion Malle. », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Mirion Malle - Les Inrocks », sur Les Inrocks (consulté le )
  10. a et b « BD jeunesse : La Ligue des Super Féministes, Mirion Malle », Télérama,‎ (lire en ligne).
  11. Benjamin Roure, « La Ligue des super féministes », sur BoDoï, (consulté le )
  12. Pauline Le Gall, « Dans sa nouvelle BD, Mirion Malle parle avec justesse et émotion de la dépression », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)/
  13. [vidéo] Mirion Malle : « C’est fatigant d’être sur ses gardes tout le temps » | Les Gens Qui Doutent #47, YouTube.
  14. Mathilde Guegan, « Cher corps », sur BoDoï, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kareen Janselme, « Mirion Malle : " En BD, le féminisme n’est plus un gros mot " », L'Humanité,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]