Miramont-Sensacq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miramont.
Miramont-Sensacq
Église Saint-Martin de Miramont.
Église Saint-Martin de Miramont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Chalosse Tursan
Intercommunalité Communauté de communes Chalosse Tursan
Maire
Mandat
Pascal Beaumont
2014-2020
Code postal 40320
Code commune 40185
Démographie
Gentilé Miramontois, Miramontoises
Population
municipale
350 hab. (2014 en diminution de 5,15 % par rapport à 2009)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 35′ 45″ nord, 0° 19′ 33″ ouest
Altitude Min. 111 m
Max. 221 m
Superficie 25,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Miramont-Sensacq

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Miramont-Sensacq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Miramont-Sensacq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Miramont-Sensacq

Miramont-Sensacq (en gascon : Miramont e Sensac) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département des Landes (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Tursan dans le vignoble du même nom.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Miramont-Sensacq
Mauries Latrille
Clèdes Miramont-Sensacq Saint-Agnet
Pimbo Lauret Sarron

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Bas, affluent droit du Gabas, traverse les terres de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La baronnie de Miramont était anciennement l'une des douze premières baronnies du Béarn[1].

Rattaché en 1844 à l'ancienne bastide anglaise de Miramont, le hameau de Sensacq fut jadis une baronnie dont le château conserve des ouvertures du XVIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Pascal Beaumont DVD Commerçant
.... 2008 Jean Sarramagnan RPR puis
UMP
Conseiller général du Canton de Geaune de 1979 à 2004
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2014, la commune comptait 350 habitants[Note 1], en diminution de 5,15 % par rapport à 2009 (Landes : +5,57 %).
          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 038 782 832 893 864 902 927 1 083 981
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 000 914 877 972 873 849 790 745 736
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
731 706 686 628 595 595 570 574 493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
511 478 436 395 380 366 363 363 345
2014 - - - - - - - -
350 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, on vient d'Aire-sur-l'Adour ; la prochaine commune est Pimbo, sa collégiale Saint-Barthélemy.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Miramont possède un club de rugby à XV : l'Étoile Sportive Miramontoise (ESM).

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire géographique historique et politique des Gaules et de la France ; Louis Alexandre Expilly ; L-M Tome 4 ; 1766 ; p. 753 ; Miremont.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  6. Notice no PA40000017, base Mérimée, ministère français de la Culture