Miral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Miral est un film de Julian Schnabel d'après le roman homonyme[1] de Rula Jebreal (cf. infra). Il a été présenté le à la Mostra de Venise 2010[2] et est sorti en France le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le récit se déroule de 1947 à 1993, et retrace la vie de trois femmes arabes de Palestine : Hind Husseini (cf. infra), une humaniste d'une grande famille de Jérusalem dévouée à la cause des orphelins palestiniens, ainsi que Nadia, une femme du peuple et sa fille Miral.

Le film présente Hind Husseini (Hiam Abbass) lors de la réception de Noël 1947 donnée par la colonie américaine de Jérusalem. Son destin change après le Plan de partage de la Palestine et la création de l'état d'Israël, en 1948 : se rendant à son travail, elle rencontre un jour 55 orphelins palestiniens dans la rue, venus de villages dévastés, notamment Deir Yassine. Elle décide de les prendre en charge, leur offrant nourriture et abri. En huit mois le nombre des orphelins passe de 55 à presque 900 et l'orphelinat « Dar Al-Tifel Institute[3] » est fondé.

Le film évoque ensuite la période postérieure à la Guerre des Six jours (1967) à travers la vie de Nadia, que l'on voit quitter sa famille après avoir été violée par le mari de sa mère ; elle mène une vie instable aux contact des Israéliens et est condamnée à 6 mois de prison pour insultes. Là elle fait la connaissance d'une militante condamnée pour terrorisme qui demande à un proche de l'épouser. Mais Nadia ne parvient pas à se stabiliser, bien qu'elle ait un enfant, le personnage éponyme du film, Miral, née en 1973. Nadia finit par se suicider par noyade.

À la suite de la mort de Nadia, le père de Miral[4] met sa fille de 7 ans en pension dans l'institution de Hind Husseini. À l'époque de la première Intifada, les élèves de l'institution sont envoyées enseigner dans les camps de réfugiés privés de leurs instituteurs. Miral (Freida Pinto), qui a 17 ans, prend conscience du drame de son peuple et participe au mouvement. La meilleure amie de Miral est tuée au cours d'une manifestation. Miral se heurte avec Hind Husseini qui ne veut pas que l'institution puisse être impliquée dans des activités anti-israéliennes. Elle entre cependant en contact avec des militants palestiniens et fréquente un des responsables de l'OLP, Hani. Elle est impliquée dans un attentat (matériel) organisé par Hani et est arrêtée pendant 24 heures par la police israélienne, mais étant citoyenne d'Israël[5], est relâchée faute de charge catégorique. Il en résulte cependant des suspicions des militants palestiniens à son encontre.

Au moment où se déroulent les négociations d'Oslo en 1992-93, elle et Hani sont sur des positions favorables aux accords. Hani, dénoncé comme un traître, est exécuté par des militants radicaux. Miral se met un moment à l'abri dans sa famille à Haïfa, où son cousin envisage d'épouser une Israélienne juive avec laquelle Miral devient amie. De retour à Jérusalem, elle reçoit d'Hind Husseini la proposition de partir faire des études en Italie, ce qu'elle accepte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Réalisation : Julian Schnabel
  • Scénario : Rula Jebreal, d'après son roman
  • Photographie : Eric Gauthier
  • Montage : Juliette Welfling
  • Direction musicale : Julian Schnabel
  • Supervision musicale : My Melody
  • Décor : Yoel Herzberg
  • Costumes : Walid Mawed
  • Production : François-Xavier Decraene, Jon Kilik
  • Sociétés de production : Pathé, Eran Riklis Productions, Eagle Pictures, India Take One Productions
  • Pays de production : France, Israël, Italie, Inde
  • Genre : Drame
  • Durée : 112 minutes
  • Date de sortie : Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

L'actrice Freida Pinto, pour la présentation du film au TIFF 2010.
Source et légende : Version française (V. F.) sur le site d’AlterEgo (la société de doublage[6])

Autour du film[modifier | modifier le code]

Hind al-Husseini[modifier | modifier le code]

Hind al-Husseini (en), née le 25 avril 1916, décédée le 13 septembre 1994, appartient à une grande famille arabe de Jérusalem, comme son cousin Abd al-Kader al-Husseini (1907-1948).

Dans les années 1930, elle fait des études d’éducatrice et joue un rôle dans des organisations d’étudiants, ainsi que dans l’Union des femmes arabes. Dans les années après la guerre, elle dirige un organisme charitable, la Social Work Endeavour Society.

En avril 1948, elle prend en charge 55 orphelins de Deir Yassin, d’abord dans deux pièces louées par son organisation, puis dans un couvent, puis, après le cessez-le-feu, dans la maison familiale, qui devient Dar al-Tifl al-Arabi (la maison des enfants arabes).

En 1982, Hind al-Husseini ajoute au Dar al-Tifl une institution pour l’enseignement supérieur féminin : Hind al-Husseini College for Women.

Rula Jebreal[modifier | modifier le code]

Le film et le roman sont largement autobiographiques, la vie de Miral retrace celle de Rula Jebreal.

Rula Jebreal est née en 1973 à Haïfa ; elle est à l'origine de nationalité israélienne (arabe), et a par la suite acquis la nationalité italienne[7].

À la suite du suicide de sa mère, elle devient en 1978 élève du Dar al-Tifl ; en 1993, elle part en Italie poursuivre ses études, grâce à une bourse du gouvernement italien pour étudiants en médecine. Elle s’inscrit à l’université de Bologne, mais ne mène pas ses études médicales jusqu’au bout. Elle reprend des études de journalisme et commence à travailler pour la presse en 1997, d’abord dans le domaine social, puis dans celui des affaires internationales, notamment sur le conflit israélo-palestinien. En 2003, elle entre à la télévision et s’installe à Rome en 2004. Sa compétence professionnelle a été reconnue par plusieurs prix depuis 2004, mais elle est en conflit avec les milieux berlusconistes : en 2006, elle a même été l’objet d'allusions racistes de la part du ministre Roberto Calderoli[8].

Elle a publié trois livres : les romans Miral[9] et La Promise d’Assouan[10], et un ouvrage d’entretiens Divieto di soggiorno[11] concernant les immigrés en Italie.

Relativement au conflit israélo-palestinien, elle assume la position "deux peuples, deux Etats" avec une alliance israélo-palestinienne contre les extrémistes religieux[12] ; elle agit aussi pour la réalisation du droit à l'éducation des Palestiniennes.

Autres sources
  • Entretien de Rula Jebreal sur France 24[2]
  • Entretien pour OH ! Editions[3]
  • Entretien sur Public Sénat (début 2010)[4] (minutes 26 à 32)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. OH! Editions, avril 2010.
  2. (en) « Venezia 67 », labiennale.org, (consulté le 29 juillet 2010)
  3. Dar al-Tifel signifie : la maison des enfants.
  4. À la fin du film, Miral apprendra qu'il n'est pas son père biologique.
  5. Comme au même âge, Rula Jebreal
  6. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Alterego75.fr, consulté le 15 juin 2013
  7. Naturalisation, selon la page italienne ; selon l'entretien de Public Sénat (2010), elle a toujours la nationalité israélienne (double nationalité ?)
  8. Voir aussi, à titre d'exemple, le site berlusconiste qui lui reproche, entre autres choses, de cacher sa nationalité israélienne et tous les avantages que lui a procurés Israël, de ne pas savoir parler italien, etc.[1]
  9. La strada dei fiori di Miral, Rizzoli, 2004
  10. Altal Editions, 2007, traduit de La sposa di Assuan, Rizzoli, 2005
  11. (Interdit de séjour) Rizzoli, 2007
  12. Entretien sur Public Sénat, 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]