Groupe Mirabaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mirabaud et Cie)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mirabaud.
Groupe Mirabaud
upright=Article à illustrer Entreprise
Industrie
Bancaire
Fondation
Forme juridique
Siège social
Effectifs
700 (2015)[1],[2]
Services
Site web

Mirabaud est un groupe bancaire et financier international basé à Genève. Fondé en 1819, il s'est développé au fil du temps pour constituer le troisième groupe bancaire privé genevois[3],[4].

Dirigé par quatre associés, Mirabaud propose des services financiers et des conseils à une clientèle internationale, privée et institutionnelle, dans les domaines de la gestion de fortune, la gestion d'actifs, et le courtage[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mirabaud et Cie, Banquiers privés à Genève, a été fondé en 1819 à Genève et est l’un des plus anciens établissements bancaires de Suisse[6]. Entreprise familiale, Mirabaud est devenu un groupe de dimension internationale qui a activement participé à l’élaboration et à l’essor du système bancaire helvétique[7].

Aujourd’hui membre de la Bourse suisse, Mirabaud est à l’origine de la création à Genève, en 1857, de la première Bourse de valeurs du pays[8]

Dès 1973, Mirabaud devient le pionnier de la gestion alternative en Suisse[9], et lance avec succès le premier fonds spécialisé sur le marché américain en compagnie d’autres investisseurs européens. En 1985, Mirabaud initie son développement international en ouvrant son premier bureau à l’étranger, à Montréal. S’ensuit en 1990 le renforcement de sa présence historique à Londres[8]

Cette croissance du réseau international se poursuit avec l’ouverture en 1997 d’un premier bureau sur le continent asiatique, à Hong Kong. L’année suivante, le Groupe consolide son développement sur le marché suisse en ouvrant une succursale à Zurich, première place financière du pays.

En 2001, Mirabaud renforce sa ligne de métier dédiée à la gestion institutionnelle, Mirabaud Asset Management, en accroissant ses équipes de Genève et de Londres notamment. La même année, le Groupe crée LPP Gestion SA qui regroupe ses compétences et son expertise dans le domaine des services de gestion du passif aux caisses de pension[10]

2003 et les années qui suivent permettent le déploiement et le renforcement de la présence du Groupe en Europe, en Suisse et au Moyen-Orient avec l’ouverture de la filiale de Paris, le rapprochement avec la Banque Jenni & Cie à Bâle en 2004 et la création d’une banque à Dubaï, en 2007[8],[11].

En 2010, Mirabaud entre dans le capital du groupe espagnol Venture Finanzas puis intègre cette société au sein du Groupe et poursuit son implantation stratégique en Espagne, à Madrid puis à Barcelone, Valence et à Séville dans ses trois lignes de métier : la gestion de fortune, la gestion d'actifs, ainsi que le courtage[12].

En 2011, Mirabaud regroupe au Luxembourg ses activités liées aux fonds de placement en y établissant une société de gestion sous le nom de Mirabaud Asset Management (Europe) SA. Une nouvelle banque (Mirabaud & Cie (Europe) SA) la suivra en janvier 2014, et un an plus tard le Groupe annonce avoir obtenu une licence bancaire en France et en Espagne[13]

En 2014, la structure juridique du groupe Mirabaud évolue: les différentes activités du Groupe sont chapeautées par Mirabaud SCA, société en commandite par actions de droit suisse[14],[15]. Le groupe publie pour la première fois ses résultats financiers[16].

Activités[modifier | modifier le code]

Le siège de Mirabaud est situé à Genève, en Suisse, mais le Groupe compte des bureaux à Genève, Bâle et Zurich, en Europe (Londres, Paris, Madrid, Barcelone, Valence, Luxembourg, Milan et Séville) et dans le reste du monde (Montréal, Hong Kong et Dubaï)[17],[18]. Ses activités se regroupent autour de trois pôles principaux: gestion de fortune, gestion d'actifs, et courtage[5].

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, Mirabaud est le principal sponsor du Bol d'or, la plus importante régate en eau douce d'Europe et qui se tient chaque année sur le Lac Léman[19],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roland Rossier, « Les taux négatifs pénalisent une banque genevoise », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  2. « Mirabaud veut s’étendre en Europe », 24heures,‎ (lire en ligne)
  3. Frédéric Lelièvre, « Mirabaud, la mutation au pas de charge », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. « Mirabaud & Cie SA », ABPS,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Mirabaud Gestion souhaite se renforcer auprès des investisseurs institutionnels », sur latribune.fr (consulté le 11 janvier 2016)
  6. Pierre-Alexandre Sallier, « La banque Mirabaud se plaint du franc fort », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  7. « Six siècles d’activités bancaires à Genève », Journal de Genève,‎ (lire en ligne)
  8. a, b et c « Mirabaud & Cie: La consécration par la pierre », PME Magazine,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Citywire sube el rating a tres gestores de Mirabaud AM », sur fundsociety.com, (consulté le 17 mai 2016)
  10. « Promoteurs de la FCDE », FCDE Prévoyance,‎ (lire en ligne)
  11. « Mirabaud Asset Management se développe à Dubai », Finance Corner,‎ (lire en ligne)
  12. (es) « Mirabaud y Venture Finanzas apuestan por la banca privada », sur finanzas.com, (consulté le 26 septembre 2016)
  13. Roland Rossier, « Mirabaud veut s’étendre en Europe », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  14. « Changement de structure à la banque Mirabaud », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  15. « La banque privée Mirabaud devient une société en commandite », RTS,‎ (lire en ligne)
  16. « Lombard Odier et Mirabaud publient leurs premiers résultats », Hebdo,‎ (lire en ligne)
  17. « Mirabaud annonce un bénéfice net de 17,5 millions », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  18. « Bénéfice semestriel en hausse pour Mirabaud », La Liberté,‎ (lire en ligne)
  19. Chantal Mathez de Senger, « Les banquiers privés mettent les voiles », Bilan,‎ (lire en ligne)
  20. « Pourquoi la banque Mirabaud soutient le bol d'Or », Mon change,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]