Mir wëlle bleiwe wat mir sinn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Luxembourg
Cet article est une ébauche concernant le Luxembourg.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Façade de maison, rue de la Loge à Luxembourg : « Nous voulons rester ce que nous sommes »

Mir wëlle bleiwe wat mir sinn ou Mir wölle bleiwe wat mir sin (luxembourgeois pour « Nous voulons rester ce que nous sommes ») est une phrase extraite du chant De Feierwon (« Le char de feu ») du poète Michel Lentz, écrit à l'occasion de la circulation du train inaugural en gare de Luxembourg-Ville en 1859.

Le refrain, en luxembourgeois :

Kommt hier aus Frankräich, Belgie, Preisen,
Mir wellen iech ons Hémecht weisen,
Frot dir no alle Säiten hin,
Mir welle bleiwe wat mir sin.

En français:

Viens de France, de Belgique, de Prusse
Nous voulons te montrer notre patrie
Demande de tous côtés
Nous voulons rester ce que nous sommes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]