Minoru Shibuya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Minoru Shibuya
Description de cette image, également commentée ci-après
Minoru Shibuya en 1960
Naissance
Nagasaki (Japon)
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès (à 73 ans)
Profession Réalisateur
Scénariste
Films notables Ceux d'aujourd'hui
Le Christ en bronze

Minoru Shibuya (渋谷実, Shibuya Minoru?, - ) est un réalisateur japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Tokyo, Minoru Shibuya fréquente l'université Keiō mais la quitte avant d'être diplômé[1]. Il rejoint la Shōchiku en 1930 et y travaille comme assistant auprès de Yasujirō Ozu, Mikio Naruse, et Heinosuke Gosho, avant de faire ses débuts en tant que réalisateur en 1937[2]. Shibuya « travaille avec la même facilité dans la comédie et le mélodrame, [et] laisse sa marque en tant que chroniqueur ironique mais compatissant des difficultés du début de la période d'après-guerre »[3].

Un film notable est Le Radis et la carotte, supposé être le dernier film d'Ozu avant qu'il meurt. Mais comme le note le critique Chris Fujiwara, « les films de Shibuya sont à mille lieues de ceux d'Ozu : durs, parfois véhéments, imprégnés d'humour noir, qui tendent à déformer le corps humain ou à le pousser dans les tréfonds de compositions violemment modernistes »[3].

Il dirige près d'une cinquantaine de films entre 1937 et 1966[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Masao Inoue dans Dix jours dans une vie (1941)
Ryō Ikebe et Isuzu Yamada dans Ceux d'aujourd'hui (1952)

Sauf indication contraire, les titres en français se basent sur la filmographie de Minoru Shibuya dans l'ouvrage Le Cinéma japonais de Tadao Sato[5].

  • 1937 : Madame n'en saura rien (奥様に知らすべからず, Okusama ni shirasu bekarazu?)
  • 1937 : La Demande en mariage de maman (ママの縁談, Mama no endan?)
  • 1938 : La jeune fille qui fredonne (鼻唄お嬢さん, Hanauta ojōsan?)
  • 1938 : La Mère et l'enfant (母と子, Haha to ko?)
  • 1938 : Une femme chez moi (わが家に母あれ, Wagaya ni haha are?)
  • 1939 : Vent du sud (南風, Minamikaze?)
  • 1939 : Une famille nouvelle (新しき家族, Atarashiki kazoku?)
  • 1939 : Le Renard (, Kitsune?)
  • 1940 : La Résolution de la femme (女性の覚悟, Josei no kakugo?)
  • 1941 : Coutumes de Tokyo (東京の風俗, Tōkyō no fūzoku?)
  • 1941 : Dix jours dans une vie (十日間の人生, Tōkakan no jinsei?)
  • 1941 : Le Pays des cerisiers (桜の国, Sakura no kuni?)
  • 1942 : La Famille (家族, Kazoku?)
  • 1942 : Une femme (或る女, Aru onna?)
  • 1942 : La Grande Colère des spectres (幽霊大いに怒る, Yūrei ōi ni okoru?)
  • 1943 : Bombardements d'avions ennemis (敵機空襲, Tekki kūshū?) coréalisé avec Hiromasa Nomura et Kōzaburō Yoshimura
  • 1943 : Tonton (をぢさん, Ojisan?)
  • 1947 : Passion (情炎, Jōen?)
  • 1947 : La demoiselle qui s'est enfuie (飛び出したお嬢さん, Tobidashita ojōsan?)
  • 1948 : Conception (受胎, Jutai?)
  • 1948 : La Quatrième Dame (四人目の淑女, Yoninme no shukujo?)
  • 1949 : Les lèvres vermeilles n'ont toujours pas disparu (朱唇いまだ消えず, Beni imada kiezu?)
  • 1949 : Le Vrai Visage de la fleur (花の素顔, Hana no sugao?)
  • 1950 : Controverse du premier amour (初恋問答, Hatsukoi mondō?)
  • 1950 : Tohu-bohu (てんやわんや, Ten'ya wan'ya?)
  • 1951 : L'École de la liberté (自由学校, Jiyū gakkō?)
  • 1952 : Pas de consultations aujourd'hui (本日休診, Honjitsu kyūshin?)[6]
  • 1952 : Ceux d'aujourd'hui (現代人, Gendai-jin?)[7]
  • 1953 : Pêle-mêle (やつさもつさ, Yassa mossa?)
  • 1954 : Les Médailles (勲章, Kunsho?)
  • 1955 : Le Christ en bronze (青銅の基督, Seidō no Kirisuto?)[8]
  • 1956 : Traces de femmes (女の足あと, Onna no ashiato?)
  • 1957 : La Ligue des vertueux (正義派, Seigiha?)[9]
  • 1957 : Le Quartier des fous (気違い部落, Kichigai buraku?)
  • 1958 : La Saison des mauvaises femmes (悪女の季節, Akujo no kisetsu?)[10]
  • 1959 : Intrigue amoureuse embrouillée (霧ある情事, Kiri aru jōji?)
  • 1960 : Banana (バナナ, Banana?)
  • 1961 : Les Grincheuses (もず, Mozu?)[11]
  • 1961 : Un homme bon (好人好日, Kōjin kōjitsu?)[12]
  • 1962 : Au Paradis des ivrognes (酔っぱらい天国, Yopparai tengoku?)[13]
  • 1963 : Une forteresse pour nous deux (二人だけの砦, Futari dake no toride?)
  • 1964 : Une Marilyn de Tokyo (モンローのような女, Monrō no yōna onna?)
  • 1965 : Le Radis et la Carotte (大根と人参, Daikon to ninjin?)[14]
  • 1966 : Il est respectable de respecter (喜劇 仰げば尊し, Kigeki: Aogeba tōtoshi?)

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Shibuya Minoru », Nihon jinmei daijiten+Plus, Kōdansha (consulté le 23 juin 2011)
  2. « Minoru Shibuya », Moving Image Source, Museum of the Moving Image (consulté le 23 juin 2011)
  3. a et b Chris Fujiwara, « Finished Business », Moving Image Source, Museum of the Moving Image, (consulté le 23 juin 2011)
  4. (ja) « Filmographie », sur JMDB (consulté le 14 juin 2018)
  5. Tadao Satō, Le Cinéma japonais (tome II), Éditions du Centre Pompidou, , 324 p. (ISBN 2-85850-930-1), p. 281-282
  6. Pas de consultations aujourd'hui : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP
  7. a et b Ceux d'aujourd'hui - Festival de Cannes
  8. a et b Le Christ en bronze - Festival de Cannes
  9. La Ligue des vertueux : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP
  10. La Saison des mauvaises femmes : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP
  11. Les Grincheuses : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP
  12. Un homme bon : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP
  13. Au Paradis des ivrognes : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP
  14. Le Radis et la Carotte : titre français du film lors de la rétrospective "À la découverte de Minoru Shibuya" du 27 avril au 5 mai 2011 à la MCJP

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]