Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ministère de l'Enseignement.
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Logo de l'organisation

Création 1936 : sous-secrétariat à la Recherche scientifique
1954 : secrétariat d’État à la Recherche scientifique et au progrès technique
1959 : ministère de la Recherche scientifique
1981 : ministère de la Recherche et de la Technologie
1993 : ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Type Ministère français
Siège 1, rue Descartes
Paris 5e (depuis 1981)
Coordonnées 48° 50′ 51″ N 2° 20′ 56″ E / 48.847452, 2.3487748° 50′ 51″ N 2° 20′ 56″ E / 48.847452, 2.34877
Budget 23,05 milliards d'euros (2015)[1]
Personnes clés Jean-Pierre Chevènement
Hubert Curien
Valérie Pécresse
Site web http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) est l'administration publique française chargée de préparer et mettre en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines de l'enseignement supérieur, de la recherche, de la technologie et de l'espace. Il est dirigé par le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Ce ministère a existé entre 1993 et 1995, puis entre 2007 et 2014. Il y eut parfois aussi des portefeuilles de ministre de la Recherche.

Depuis avril 2014, l'administration de l'enseignement supérieur et de la recherche est rattachée au ministère de l'Éducation nationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le ministère regroupe deux attributions qui faisaient historiquement partie du ministère de l'Éducation nationale. Le gouvernement du Front populaire comprenait, en 1936, un sous-secrétariat d'État à la Recherche scientifique auprès du ministre de l'Éducation nationale, mais ce sous-secrétariat d'État disparaît dès juin 1937. Sous le gouvernement de Pierre Mendès France, à partir de 1954, il existe dans certains gouvernements un secrétariat d'État auprès de la présidence du Conseil pour la recherche scientifique et le progrès technique[2].

Un ministère de la Recherche scientifique de plein exercice apparaît dans le gouvernement Michel Debré. Dès lors, la recherche apparaît dans plusieurs gouvernements dans l'intitulé d'un ministère ou d'un ministère délégué, accompagnée des « questions atomiques et spatiales » ou regroupée avec l'industrie ou l'enseignement supérieur.

Le secrétariat d'État autonome aux Universités apparaît dans le gouvernement Jacques Chirac (1) en 1974 avant de devenir un ministère à part entière en 1978 dans le gouvernement Raymond Barre (3). À partir de 1981, l'enseignement supérieur est à nouveau rattaché à l'éducation nationale, tout en ayant une certaine autonomie dans le cadre d'un ministère délégué ou d'un secrétariat d'État. Un ministère de l’Enseignement supérieur de la Recherche est créé pour la première fois en 1993, au sein du gouvernement d’Édouard Balladur. Il est re-créé en 2007 dans les gouvernements de François Fillon et maintenu dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault, de 2012 au 31 mars 2014.

Organisation depuis avril 2014[modifier | modifier le code]

La direction générale de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle et la direction générale de la recherche et de l'innovation sont situés rue Descartes à Paris, dans les anciens locaux de l’École polytechnique.

Il n’existe plus de ministère de l’enseignement supérieur à proprement parler depuis avril 2014, quand le gouvernement Manuel Valls recréée le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Depuis le 26 août 2014, dans le gouvernement Manuel Valls (2), Najat Vallaud-Belkacem est la ministre de l’Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[3].

Geneviève Fioraso, qui était ministre de plein exercice dans les gouvernements Ayrault, est secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du 9 avril 2014 au 5 mars 2015[4],[3],[5].

Elle est remplacée par Thierry Mandon le .

Établissements publics sous tutelle[modifier | modifier le code]

Les établissements publics nationaux suivants, classés par ordre alphabétique, sont placés sous la tutelle du ministre chargé de l’enseignement supérieur, éventuellement en lien avec un ou plusieurs autres ministères :

Budget[modifier | modifier le code]

  • 2012, 2013, 2014, 2015 : approximativement 23 milliards d'euros (Enseignement supérieur : 12,79 milliards d'euros ; Vie étudiante : 2,5 milliards d'euros ; Recherche publique : 7,76 milliards d'euros)

Recherche publique[modifier | modifier le code]

En 2014, les dotations aux organismes de recherche (EPST : CNRS, INSERM, etc.) représentent plus des 2/3 du budget de la recherche publique : 5,3 milliards d'euros. Le reste se répartit entre la recherche spatiale civile (1,43 milliards), le soutien à la recherche (754 millions) et les contributions aux organisations scientifiques internationales (278 millions)[6].

À ces enveloppes s'ajoutent 726 millions hors-budget qui ont été versés en 2014 dans le cadre des investissements d'avenir et bénéficieront notamment aux programmes Equipex (équipements d'excellence), Labex (laboratoires d'excellence), Idex et instituts hospitalo-universitaires) (IHU).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Décrets d'attribution[modifier | modifier le code]

Décrets d'organisation[modifier | modifier le code]