Mingus (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mingus.
Mingus
Album de Joni Mitchell
Sortie
Enregistré 19781979
Durée 37:20
Genre Jazz rock
Producteur Joni Mitchell
Label Asylum Records

Albums de Joni Mitchell

Mingus

Compilation des critiques
Périodique Note
AllMusic 3.5 étoiles sur 5[1]
Robert Christgau C+[2]
Pitchfork Media 5,5/10[3]
Rolling Stone 3 étoiles sur 5[4]

Mingus est le dixième album studio de Joni Mitchell, sorti le .

L'album est dédié à la mémoire de Charles Mingus, décédé le . Il constitue d'ailleurs le dernier projet musical du contrebassiste. Joni Mitchell est accompagnée par des musiciens de jazz de renom comme Jaco Pastorius, Wayne Shorter ou encore Herbie Hancock.

Cet album est assez expérimental, incluant du jazz minimaliste, des guitares acoustiques dont les cordes vibrent à la limite de la saturation en surjouant avec le médiator (plectre), apparaissent aussi des hurlement de loups dans The Wolf That Lives in Lindsey. Toutes les paroles sont de Joni Mitchell. La musique de quatre titres est de Charles Mingus, trois d'entre eux étant de nouvelles compositions, le quatrième étant un hommage au saxophoniste Lester Young déjà présent dans son album de 1959, Mingus Ah Um, Goodbye Pork Pie Hat, et pour lequel Joni Mitchell a écrit les paroles.

Comme pour l'album précédent, Don Juan's Reckless Daughter, Mitchell a engagé les membres du groupe de jazz fusion Weather Report, notamment le bassiste Jaco Pastorius. Mingus marque les premières retrouvailles en studio du saxophoniste Wayne Shooter et du pianiste Herbie Hancock depuis leur enregistrement commun de Native Dancer, album de Wayne Shooter, sorti en et auquel participait également Milton Nascimento.

Cet album est parsemé de dialogues enregistrés, appelés « raps », fournis par Sue Graham Mingus, dont un scat chanté entre Joni et Charles, puis Charles et Sue se chamaillant à propos de son âge lors de sa fête d'anniversaire. Dans Funeral, Mingus et d'autres discutent à propos du temps qu'il lui reste à vivre et comment se dérouleront ses funérailles. Il fait référence à la Vedanta Society et affirme que « I'm going to cut Duke [Ellington]! » (Je vais dépasser Duke (en âge)). God Must Be a Boogie Man, ayant été composé deux jours après sa mort, est le seul morceau que Mingus n'a pas écouté, Joni Mitchell suggère dans les notes internes de l'album que Mingus l'aurait trouvé hilarant.

La pochette de l'album présente des peintures de Mitchell et Mingus. L'album s'est classé 3e au Top Jazz Albums et 17e au Billboard 200[5].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons sont écrites et composées par Joni Mitchell, sauf mention contraire. 

Face A
No Titre Auteur(s) Durée
1. Happy Birthday 1975 (Rap) Joni Mitchell, Mildred J. Hill 0:57
2. God Must Be a Boogie Man 4:35
3. Funeral (Rap) 1:07
4. A Chair in the Sky Joni Mitchell, Charles Mingus 6:42
5. The Wolf That Lives in Lindsey 6:35
Face B
No Titre Auteur(s) Durée
1. I's a Muggin' (Rap) 0:07
2. Sweet Sucker Dance Joni Mitchell, Charles Mingus 8:04
3. Coin in the Pocket (Rap) 0:11
4. The Dry Cleaner from Des Moines Joni Mitchell, Charles Mingus 3:21
5. Lucky (Rap) 0:03
6. Goodbye Pork Pie Hat Joni Mitchell, Charles Mingus 5:37

Personnel[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Joni Mitchell Mingus Review », AllMusic (consulté le 13 octobre 2015)
  2. (en) « Joni Mitchell Mingus Review », Robert Christgau (consulté le 13 octobre 2015)
  3. (en) « Joni Mitchell Mingus Review », Pitchfork Media (consulté le 13 octobre 2015)
  4. (en) « Joni Mitchell Mingus Review », Rolling Stone (consulté le 13 octobre 2015)
  5. (en) « Joni Mitchell Mingus Awards », AllMusic (consulté le 13 octobre 2015)