Minga (association)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minga.

L'association Minga est une fédération d'acteurs engagés dans une réflexion et des initiatives pour promouvoir un commerce et une économie plus équitable.

Le siège de l'association est situé à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Par ailleurs, Minga est également le nom d'une tradition sud-américaine de travail collectif. Le nom de l'association n'est pas sans rapport avec cette tradition.

Composition[modifier | modifier le code]

Elle regroupe des citoyens, associations et entreprises qui participent à des démarches et des initiatives pour une économie équitable. À ce titre, il s'agit à la fois d'une organisation professionnelle, défendant l'intérêt de ses membres, et une organisation politique participant aux débats sur la place de ses actes économiques en relation avec certains enjeux tels que la souveraineté alimentaire, la rémunération du travail ou la protection de l'environnement.

Minga regroupe des PME, TPE ou des associations officiant dans tous types d'activités (importation, vente en gros, vente détail, prestation de service...) et secteurs d'activités (restauration, alimentaire, artisanat, tourisme, textile...). Des structures économiques telles que Ardelaine, Karawan, Saldac, Andines, sont membres. Des membres individuels et des associations (associations de consommateurs, AMAP, ...) sont également parties prenantes de Minga.

Conception de l'économie équitable selon Minga[modifier | modifier le code]

L’association a une conception de l'économie équitable comprise comme une démarche qui inclut tous les domaines d’activité (produits, services, culture, etc) et toutes les régions du monde. Pour Minga l’objectif est avant tout d'envisager les perspectives pour rendre possible l’équité de tous les travailleurs qui interviennent dans une filière : du producteur à l’acheteur final, en passant par le transporteur, le transformateur, les prestataires et les commerçants. Cette fédération a également été créée dans le but de mieux tenir compte des préoccupations des commerçants dans le "commerce équitable" pour qu'il reste un objet de débat ouvert sur la société[1], afin qu'il soit mieux intégré dans le reste de l'économie [2].

Activités[modifier | modifier le code]

L'association déploie son activité dans différents domaines : participation à des travaux et à des débats sur l'équité dans les transactions commerciales, sensibilisation et aide aux filières du commerce équitable. Depuis 2006, l'association a mis en place un centre de ressources avec un fonds documentaire sur l'économie et l'équité destiné à aider les porteurs de projet et les étudiants dans leurs recherches. L'association est coorganisatrice du Salon Equitexpo et du Printemps pour une économie équitable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "En 1999, le souci de cohésion des « acteurs » du commerce équitable interdisait tout débat sur la manière dont les uns et les autres assumaient leurs engagements professionnels. Se revendiquer commerçant était suspect de déviance. Le fait de tirer un revenu de son travail de commerçant était considéré comme une spoliation pris sur le revenu des producteurs. Le commerce équitable était considéré avant tout comme une démarche altruiste, pas étonnant que le terme de commerçant soit inexistant dans la littérature abordant le sujet du commerce équitable. Devenu un dogme il ne souffrait aucune discussion et, isolés, les acteurs commerçants (détaillants, importateurs) n’avaient ni le temps, ni les moyens de faire valoir un point de vue différent. Minga est née pour que le commerce équitable reste un objet de débat ouvert sur la société."http://www.casi-bretagne.org/productions/Document%20Collectif%20CE%20Bretagne%20%20-.pdf
  2. Selon l'association Minga "dans une société de plus en plus inéquitable, cette recherche d’un maximum d’équité dans les échanges (...) ne peut être qu’une démarche qui tend vers. Et non pas un secteur à part, élitiste et excluant, où tout autre échange ou tout autre commerçant seraient inéquitables ! "http://www.casi-bretagne.org/productions/Document%20Collectif%20CE%20Bretagne%20%20-.pdf