Mine de Tasiast

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mine de Tasiast
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Ressources
Exploitant
Propriétaire
Ouverture
2008
Adresse
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Mauritanie

(Voir situation sur carte : Mauritanie)
Point carte.svg

La mine de Tasiast est une mine à ciel ouvert d'or située en Mauritanie dans la région de Inchiri, à 300 kilomètres de la capitale Nouakchott. La production commerciale a débuté en 2008[1]. Les réserves avérées de la mine étaient de 7,1 millions d'onces d'or et la production de la mine de 243 240 onces en 2017[2]

La mine, actuellement peu rentable, est en passe d'être agrandie avec un projet d'expansion en deux phases qui devrait en faire l'une de plus importantes mines d'or en Afrique[3]. La phase une du projet d'expansion devrait accroître la capacité de traitement de l'usine de 8 000 tonnes à 12 000 tonnes de minerai par jour[4]. Elle devrait être opérationnelle en juin 2018. La phase deux de ce projet devrait augmenter la capacité de traitement jusqu'à 30 000 tonnes par jour à l'horizon du troisième trimestre 2020[5] selon les informations fournies par l'entreprise. L'investissement total pour ce projet est de près d'un milliard de dollars[6].

Tasiast emploie actuellement plus de 4000 personnes travaillant pour Kinross ou pour ses sous-traitants. L'entreprise s'est lançée dans un important programme de transfert des competences et de nationalisation de sa main d'oeuvre suite à un accord signé avec le gouvernement mauritanien en 2016[7].

La mine appartenait à Red Back Mining jusqu'à ce que l'entreprise soit rachetée en août 2010 par Kinross Gold, pour 7,1 milliards de dollars[8]. L'acquisition fut controversée, et donna lieu à des dépôts de plainte en 2012 dans les juridictions de l'Ontario et de l'État de New York, accusant l'entreprise d'avoir livré de mauvaises informations pour motiver le rachat ; Kinross proposa 12,5 millions de dollars aux actionnaires canadiens et 33 millions de dollars aux actionnaires américains en échange de l'abandon des poursuites.

La SEC (Stock Exchange Commission) lança une enquête en 2014 sur les activités de Kinross dans la mine de Tasiast, suite à des accusations anonymes d'un lanceur d'alerte,[9]. L'entreprise s'est toujours montrée très reserve sur le bien-fondé de ses accusations[10]. En mars 2018, Kinross a conclu un accord avec la SEC qui abandonne les poursuites pour corruption, tout comme l'avait fait le Département de Justice américain en 2017 [11].

Kinross, reconnu pour ses actions de responsabilité sociale[12], a également développé des programmes importants, notamment le don d'équipements médicaux à près d'une quarantaine d'hôpitaux et de centres de santé dans tout le pays[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tasiast Gold Mine, Mauritania - Mining-technology.com
  2. Kinross Gold 2017 Annual Report, page 25, page 68http://2017annualreport.kinross.com/home/default.aspx
  3. « Mines : pourquoi le canadien Kinross parie à nouveau sur la Mauritanie – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 2 mai 2018)
  4. « KinrossGold », sur YouTube (consulté le 2 mai 2018)
  5. (en) « kinross », sur www.kinrosstasiast.mr (consulté le 2 mai 2018)
  6. Henry Lazenby, « Kinross to proceed with Tasiast Phase 2, Round Mountain expansion projects », Mining Weekly, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  7. « Mines : pourquoi le canadien Kinross parie à nouveau sur la Mauritanie – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 2 mai 2018)
  8. (en) In Canada, a Merger for Miners of Gold - The New York Times/AP, 2 août 2010
  9. Kinross, en Mauritanie, la malédiction de la mine d'or de Tasiast - Joan Tilouine et Xavier Monnier, Le Monde Afrique, 13 novembre 2015
  10. (en-US) Benoît Faucon, « SEC, Justice Department Investigate Corruption Allegations at Kinross Gold », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne)
  11. (en-US) Joel Schectman, « Kinross Gold settles U.S. charges related to bribe prevention in... », Reuters,‎ (lire en ligne)
  12. (en-US) « Canada's top 50 socially responsible corporations: 2015 », Macleans.ca,‎ (lire en ligne)
  13. « 1,1 milliard d’ouguiyas d’équipements médicaux offerts par TMLSA depuis 2012 | Le calame », sur www.lecalame.info (consulté le 3 mai 2018)