MindGeek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

MindGeek
logo de MindGeek

Création 2004
Fondateurs Fabian Thylmann
Personnages clés Feras Antoon
David Marmorstein Tassillo
Forme juridique ConglomératVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Luxembourg
Direction Feras Antoon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Feras Antoon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Pornographie
Produits Production et distribution de films pornographiques
Distribution numérique
Streaming
Publicité en ligne
Site web www.mindgeek.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 460 millions de $ (2015)

MindGeek est une entreprise de services internet spécialisée dans la pornographie, juridiquement basée à Luxembourg[1].

Selon l'enquête du journaliste Maxime Bergeron dans le documentaire "Montréal XXX" réalisé par Frédéric Nassif, Mindgeek serait la plus grande entreprise du monde de l'industrie pornographique et serait établie principalement à Montréal[2].

Elle a également des bureaux à Hambourg, Londres, Los Angeles, Miami, Houston et Nicosie[3].

MindGeek est propriétaire de nombreux sites pornographiques dont Pornhub, RedTube et Youporn. et 75% de tous les pornos Internet. Le groupe détient également les studios de production Brazzers, Digital Playground, Men.com et Sean Cody[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990 Fabian Thylmann a créé NATS (Next-Generation Affiliate Tracking Software) qu'il a utilisé pour faire de la publicité à teneur pornographique sur différents sites internet[5]. En 2006 Thylmann vend ses parts dans l'entreprise et rachète le site Privat Amateure. Entre 2006 et 2010, Thylmann rachète trois autres sites : MyDirtyHobby, Webcams et Xtube[6].

Acquisition de Mansef et Webcams[modifier | modifier le code]

En mars 2010, Fabian Thylmann rachète les entreprises dans Mansef et Inerhub, propriétaires de Brazzers et Pornhub.

Il change alors le nom de l'entreprise en Manwin (le nom de domaine Manwin.com ayant été enregistré trois ans plus tôt)[1]. La même année, Thylmann rachète le site WebCams.com.

Investissement de Colbeck Capital[modifier | modifier le code]

Mike South, journaliste, dévoile en 2013 que l'entreprise Manwin a obtenu un financement de 168 millions de dollars de la part de Fortress Investment Group. Cet investissement fait partie d'une série d'investissements de la part de Colbeck Capital[7].

La naissance de MindGeek[modifier | modifier le code]

L'entreprise MindGeek naît en octobre 2013 après que Thylmann a vendu ses parts dans Manwin : Manwin devient alors MindGeek. Le changement de nom est décidé lors de la fusion entre Manwin et le groupe RedTube.

Soupçons de délit d'initié[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En mars 2013 plusieurs salariés de MindGeek ont été entendus dans le cadre d'une enquête de l’Autorité des marchés financiers du Québec concernant le PDG de l'entreprise de jeux-vidéo Amaya Inc pour délit d'initié. Plusieurs salariés de MindGeek ont été accusés d'avoir bénéficié d'une fuite d'informations mais n'ont pas été reconnus comme faisant partie des principaux acteurs de l'affaire.

Principaux sites de MindGeek[modifier | modifier le code]

Alexa rank[8]
(25 February 2017)
Domain
40 pornhub.com
194 redtube.com
236 youporn.com

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Benjamin Wallace, « The Geek-Kings of Smut » [archive du ], sur New York Magazine, 30 janvier2011 (consulté le 17 novembre 2017), p. 5
  2. Porno: Montréal au coeur d'une industrie qui brasse des milliards - lapresse.ca
  3. « MindGeek (page d'accueil) » [archive du ], sur mindgeek.com, MindGeek (consulté le 17 novembre 2017)
  4. David Auerbach, « Vampire Porn » [archive du ], sur Slate, (consulté le 17 novembre 2017)
  5. Emma Reynolds, « 'King of Porn' arrested on charges of avoiding paying tax on the £60million profits from his online sex empire » [archive du ], sur Daily Mail Online, (consulté le 17 novembre 2017)
  6. Uwe Buse, « Harnessing the Internet: The German Porn King's Revolutionary Model » [archive du ], sur Spiegel Online International, (consulté le 17 novembre 2017)
  7. « Bulk Alexa rank checker », BulkSeoTools.com Bulk Alexa Rank Checker, (consulté le 27 avril 2016)