Minangkabau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Minangkabau
Urang Minang (مينڠكاباو)
Description de cette image, également commentée ci-après

Mariage

Populations significatives par région
Drapeau de l'Indonésie Indonésie 6 462 713
Drapeau de la Malaisie Malaisie 891 000
Population totale 8 000 000
Autres
Langues Indonésien
Malais
Minangkabau
Religions Sunnisme
Ethnies liées Malais

Les Minangkabau ou Minangkabao (en arabe : مينڠكاباو, Urang Minang, d'après la capitale provinciale) sont un groupe ethnique habitant en Indonésie[1] :

Environ 3 millions d’entre eux sont installés dans les villes d’Indonésie et de Malaisie où ils occupent souvent des fonctions importantes.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L'étymologie populaire fait provenir le nom Minangkabau des mots minang ("victorieux") et kabau ("buffle"). Selon la légende, ce nom proviendrait d’une dispute entre les Minangkabau et un prince voisin du Majapahit. Pour éviter une bataille, le peuple avait proposé de faire se battre à mort deux buffles, chacun représentant une des parties. Le prince amena le plus grand et agressif des buffles, mais les Minangkabau rusèrent en amenant un bébé buffle affamé, dont les cornes avaient été taillées de manière à être aussi aiguisées que des lames de couteau. Voyant le buffle adulte au milieu du champ, le bébé courut vers lui espérant du lait. Le grand buffle, ne voyant aucune menace de la part du bébé, ne lui prêta pas attention, cherchant un adversaire à sa mesure. Quand le bébé fouilla en cherchant une éventuelle mamelle, il blessa mortellement le buffle et apporta la victoire au peuple Minangkabau.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le palais de Pagaruyung, avant sa destruction par le feu en février 2007.

Le profil des toitures des grandes maisons traditionnelles de l’ouest de Sumatra dites « Rumah Gadang » ( « grande maison » en minangkabau) représentent la courbe ascendante des cornes de buffles.

Ce style se retrouve dans les mosquées traditionnelles minangkabau, qui présentent en outre le toit à plusieurs étages qu'on retrouve également dans les temples balinais.

Organisation familiale[modifier | modifier le code]

Costume traditionnel
Le village traditionnel de Pariangan

Les Minangkabau est la plus grande société matrilinéaire au monde[2]. Les femmes sont propriétaires de la terre, des biens immobiliers et mobiliers[3],[4]. et les transmettent à leurs filles[5]. Les hommes n'ayant rien, ils sont contraints d'émigrer (merantau) s'ils veulent faire fortune. Toutefois, leur devoir est de faire profiter le village de leur réussite et ils s’occupent de la religion et des affaires politiques.

Les enfants portent le nom de clan (suku) de leur mère. L'homme qui en a la responsabilité n'est pas le père, mais l'oncle maternel (mamak). Pour le mariage, c'est la famille de la fille qui vient demander la main du garçon. En cas de divorce, la femme garde les enfants (la loi islamique rappelle aux Minangkabau que « la mère mérite trois fois plus de respect que le père »[réf. nécessaire])[6].

À l'âge de 7 ans, les jeunes garçons quittent traditionnellement la maison pour aller vivre dans une maison commune (surau), aussi devenue maison de prière et une sorte de centre social où l’on apprend les enseignements religieux et culturels (de l'adat). Les adolescents sont encouragés à quitter leur ville natale pour apprendre des écoles ou des expériences hors de leur communauté natale de manière à y revenir adulte enrichi d’un savoir et d’une sagesse utile pour leur famille et la société et leur « nagari » (ville natale) où ils deviendront membre du « conseil des oncles ».

L’État malais du Negeri Sembilan est encore très influencé par la culture minang.

Au XVe siècle, des Minangkabau, attirés par les possibilités qu'offrait la prospérité du royaume de Malacca, s'installent dans sur la péninsule Malaise. Ils y fonderont l'État de Negeri Sembilan.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue minangkabau est désormais classée dans le groupe dit "malais" des langues malaïques de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes. Elle compte environ 8 millions de locuteurs.

Le tableau ci-dessous permet une comparaison entre quelques langues para-malaises, l'indonésien et le français :

Pekal apo lawik liek kucing lalui ulah kehas manis lutuik
Minangkabau apo lauiʔ liaiʔ/caliaʔ kuciang pai ula kareh manih lutuiʔ
Mukomuko apo laut liek kucieng paing ula kaqeh manih lutut
Urak lawoi' nama lawoiʔ lihaiʔ mi'aw pi ulal kras maneh lutoiʔ
                 
Indonésien apa laut lihat kucing pergi ular keras manis lutut
Français quoi mer voir chat partir serpent dur sucré genou

Religion[modifier | modifier le code]

Mosquée minagkabau traditionnelle

La religion traditionnelle a été remplacée par le sunnisme. L' adat (droit coutumier) reste en même temps en vigueur. Les Minang considèrent traditionnellement qu'être Minang implique d'être musulman, mais il y a des cas de conversion de Minang au christianisme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pays Minangkabau a été le lieu de la Guerre des Padri de 1821 à 1837. Probablement en raison de leur culture qui insiste sur l'importance des études, ce groupe est surreprésenté dans les domaines culturels et politiques en Indonésie, avec beaucoup de ministres Minang, un premier ministre féminin, des négociants réputés, ainsi que d’illustres poètes, écrivains, hommes d'État et de religion. Ils ont été au centre de la lutte indonésienne pour l'indépendance et sont généralement bilingues.

La langue Minangkabau comprend beaucoup de mots utilisés en Malaisie, mais prononcés différemment, et utilisés avec une grammaire différente, non comprise par les Malais.

Le tourisme normal et le tourisme culturel se sont développés dans l’ouest de Sumatra, profitant d’une tradition culinaire minang appréciée, richement épicée, diffusée dans toute l’Indonésie par les « restaurants padang ». Rendang, Soto Padang (soupe), Sate Padang et Dendeng Balado (bœuf en sauce pimentée).

Une forme de théâtre typique est dite « Randai », associant drames, théâtre, chants, danse et le Silat, forme locale d’arts martiaux.

Arts traditionnels minangkabau[modifier | modifier le code]

Un Randai exécuté dans une école de Padang Panjang
Saluang, musique traditionnelle
  • Randai ; théâtre traditionnel incluant musique, danse et drame
  • Saluang Jo Dendang (« flute de bambou et chant »)
  • Talempong (gong/carillon)
  • Tari Payung (« danse à l’ombrelle »)
  • Tari Indang, danse traditionnelle
  • Pidato Adat (ou Sambah Manyambah ), discours solennels cérémonieux.
  • Silek, un art martial.

Artisanat[modifier | modifier le code]

  • Tissage, broderie
  • Bois découpé
  • Bijouterie (or, argent) notamment travaillée en filigrane et grains.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rurmidar Reibaud, Parlons Minangkabau (Sumatra), L'Harmattan, 2004 (ISBN 978-2747577625)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Profit, Nora Trisna, femme en pays Minang, 2010 [7].
  • Patrick Profit, Un monde, des femmes, 2014[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]