Minalogic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Minalogic est le pôle de compétitivité mondial des technologies du numérique, alliant la micro-nanoélectronique, l'optique-photonique et le logiciel. Le pôle couvre l'ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes et il est situé à Grenoble et à Saint-Etienne. Il a été labellisé en novembre 2005, et a reçu en octobre 2012 le Label Gold européen « Cluster Organisation Management Excellence » décerné par l’European Cluster Excellence Initiative (ECEI) [1]. Il est constitué de trois groupes de travail thématiques[2] : Micro-nanoélectronique, Photonique et Logiciel. Les technologies développées dans le cadre des projets collaboratifs de R&D du pôle trouvent des applications dans les secteurs des TIC, de la santé, l'énergie, l'usine du futur, le bâtiment, la mobilité, le sport & la montagne, et de toutes les industries intégratrices d'électronique, à la recherche de ruptures ou d'innovations technologiques.

Chiffres-clés[modifier | modifier le code]

  • Ce pôle est constitué en 2018 de près de 400 membres, dont :
    • 350 entreprises, dont 73 % de PME & ETI
    • 10 organismes de recherche et de formation
    • 10 collectivités territoriales
    • 23 organismes de développement économique et autres organisations
    • 7 investisseurs privés
  • 575 projets collaboratifs de R&D labellisés et financés [3] par l’État et les collectivités locales à hauteur de 850 millions d’euros, pour un budget global de plus de 2,1 milliards d'euros.
  • 72 projets collaboratifs de R&D finalisés, ayant généré 86 produits commercialisés ou en voie de commercialisation[4]

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 2002, la microélectronique est pour la région de Grenoble, un véritable moteur technologique et industriel, dû notamment à l’annonce de l’alliance Crolles II, sur le site de Crolles de trois des dix premiers industriels du secteur (STMicroelectronics, Philips et Motorola) pour conduire un ambitieux programme de recherche industrielle. Cette opération, qui représente le plus grand investissement industriel des dix dernières années, s’appuie sur les compétences développées dans les technologies nanométriques autour du CEA et des laboratoires de la région.

  • 12 juillet 2005 : obtention du label « pôle de compétitivité mondial » par le CIADT [5].
  • 2 juin 2006 : Inauguration du campus d'innovation Minatec sur le polygone scientifique
  • Octobre 2006 : Minalogic devient membre d'Artemis, JTI[Quoi ?] dédiée aux systèmes embarqués
  • Septembre 2007: Minalogic enregistre son 100e adhérents
  • Septembre 2008 : Minalogic devient membre d'Aeneas, relais en France de la JTI Eniac, dédiée aux micro nanotechnologies
  • Avril 2009 : Minalogic lance la première convention de mise à disposition de salariés
  • Décembre 2009 : Minalogic enregistre son 150e adhérent
  • Mars 2010 : Les clusters de nanoélectronique de Dresde et Grenoble ouvrent la voie à une coopération renforcée [6]
  • Avril 2010 : Loïc Liétar, Vice-Président de STMicroelectronics, est élu Président du Pôle de compétitivité mondial Minalogic
  • Juin 2010 : Minalogic dépasse les 100 PME adhérentes
  • Février 2011 : Minalogic accueille Jean Chabbal, nouveau Délégué Général du pôle
  • Mai 2011 : Le projet d’Institut de recherche technologique NanoElectronique (IRT Nanoelec), porté par Minalogic, le CEA et STMicroelectronics, compte parmi les 6 instituts français retenus dans le cadre de la politique des investissements d’avenir (Grand Emprunt).
  • Octobre 2011 : Minalogic dépasse les 200 adhérents.
  • Mars 2012 : Minalogic dépasse les 200 projets financés.
  • Septembre 2012 : Lancement du programme Easytech, destiné aux PME pour faciliter le transfert de technologies vers l’industrie [7]
  • Octobre 2012 : Lancement de Silicon Europe[8], premier réseau inter-clusters européen en micro-nanoélectronique, regroupant les 4 clusters DSP Valley (Belgique), Minalogic (France), HighTechNL (Pays-Bas) et Silicon Saxony (Allemagne).
  • Novembre 2013 : Minalogic accueille Isabelle Guillaume, nouvelle Déléguée Générale du pôle [9]
  • Novembre 2013 : Minalogic élargit son périmètre à l'ensemble de la filière logicielle [10]
  • Janvier 2014 : Pour la première fois, Minalogic emmène une délégation d'entreprises sur le Consumer Electronics Show, le plus important salon mondial consacré à l'innovation technologique en électronique grand public [11]
  • Avril 2015 : Minalogic fusionne avec le Pôle Optique Rhône-Alpes, et ouvre un site à Saint-Étienne
  • Mars 2016 : Minalogic reçoit pour la seconde fois le prestigieux Label Gold européen « Cluster Organisation Management Excellence »[12]
  • Mars 2017 : Minalogic ouvre un bureau à Lyon

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le pôle Minalogic accompagne ses adhérents dans leurs projets d’innovation et de croissance, afin de booster leurs objectifs de développement et de rayonnement au niveau mondial.

À ce titre, Minalogic anime et fédère, sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, les compétences des acteurs spécialisés dans la mise au point, la production et l’intégration de produits et services autour des technologies numériques. Cet écosystème de dimension mondiale est fondé à la fois sur un leadership en recherche et en innovation, et sur le rôle moteur de grands groupes au bénéfice de la croissance des start-up et PME.

L'objectif est de renforcer les bases technologiques de la micro-nanoélectronique, de la photonique et du logiciel afin de déplacer la bataille concurrentielle du terrain exclusif des coûts de production, source de délocalisations d'entreprises, vers le terrain beaucoup plus favorable de l'innovation dans les produits, de la rapidité de leur mise sur le marché et de la fréquence de renouvellement des services offerts.

En ligne avec les priorités fixées pour la phase 3.0 des pôles, Minalogic renouvelle et renforce encore son engagement à mettre sur le marché de produits et services directement issus de ses projets de R&D collaborative. Les 72 projets finalisés ont déjà généré 86 produits commercialisés ou en voie de commercialisation[4].

La compétitivité par l'innovation[modifier | modifier le code]

Face à la concurrence internationale, la stratégie de Minalogic consiste à générer de la compétitivité par l'innovation. Pour y arriver, les différents acteurs tissent entre eux des liens de partenariat autour de projets communs et novateurs. On distingue quatre types d'établissements selon leurs relations de coopération au sein de Minalogic :

  • Les établissements centraux interviennent sur plusieurs aspects : la conception du produit, et souvent la mise en commun de ressources humaines et de moyens propres. Ils recherchent des compétences et des équipements dont ils ne disposent pas en interne. Ils représentent un tiers des établissements et sont plutôt de grands fabricants de composants électroniques.
  • Les établissements concepteurs participent à des relations de coopération au sein de Minalogic uniquement autour de la conception. Ils sont fortement représentés et plutôt de petite taille, ce qui leur permet d'être réactifs.
  • Les établissements commerçants vendent le produit de la coopération et interviennent dans la conception et la réalisation du produit.
  • Les établissements qui ne coopèrent pas représentent un cinquième des établissements. Pour la moitié d'entre eux, il s'agit de petits établissements qui ont été créés récemment et qui n'ont pas encore pu établir de relation de coopération au sein de Minalogic[13].

Liste des partenaires[modifier | modifier le code]

Les 52 membres fondateurs :

Depuis, près de 350 partenaires les ont rejoints[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]