Min Li Marti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Min Li Marti
Illustration.
Portrait de Min Li Marti (2016)
Fonctions
Conseillère nationale
En fonction depuis le
Législature 50e (2015-2019)
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Berne (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti socialiste suisse
Conjoint Balthasar Glättli
Profession Journaliste
Éditrice

Min Li Marti, née le à Berne, est une personnalité politique suisse membre du parti socialiste, éditrice et rédactrice en chef de l'hebdomadaire de gauche P.S. Elle siège depuis 2015 au Conseil National.

Biographie et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Min Li Marti a grandi à Olten. Elle est la fille d’une réfugiée chinoise. En 1995, elle s’est établie à Zurich où elle a fini en 2000 des études de sociologie, de sciences de la communication ainsi que d’Histoire sociale et économique. Elle a ensuite suivi une formation complémentaire en communication d’entreprise au sein de l’Institut suisse de relations publiques, d’écriture de scénarios chez Focal ainsi qu’en leadership et gestion du changement à la Haute école zurichoise en sciences appliquées.

Marti a essentiellement travaillé dans les domaines du cinéma et des campagnes de communication. En 2004, elle fut co-fondatrice de la société de production Das Kollektiv für audiovisuelle Werke GmbH, qui a réalisé des films tels que Guru: Bhagwan, his Secretary and his Bodyguard de Sabine Gisiger et Beat Häner. Marti a été active lors de la votation sur la Fondation zurichoise pour le cinéma et a conseillé, lors de leurs campagnes électorales, des politiciens zurichois tels que Elmar Ledergerber, Martin Graf et Ruth Genner. De 2000 à 2004, elle fut la Secrétaire du Parti socialiste zurichois pour lequel elle fut responsable de la campagne pour les élections cantonales. De 2008 à 2010, elle a dirigé les campagnes du Syndicat du service public (SSP) dont elle était secrétaire générale. Min Li Marti et Andrea Sprecher sont devenus co-directeurs de la communication du PS suisse et ont organisé, avec un budget d’environ un million et demi de francs, les élections fédérales de 2011. De 2012 à 2015,  Marti a travaillé comme  senior consultant pour le forum de campagne vert et de gauche ainsi que pour l’agence de communication haemmerlischaefer contemporary communications.

Marti s’est fait connaitre du grand public comme journaliste du quotidien gratuit 20 minutes. Depuis fin 2014, elle dirige en tant qu’éditrice et rédactrice en chef le quotidien de gauche P.S. qu’elle a obtenu de son prédécesseur Koni Loepfe contre une tasse de café.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

La carrière politique de Marti a commencé au sein de l’Association des étudiants de l’université de Zurich (VSUZH), marquée à gauche. En 2002, elle est élue au Conseil municipal de Zurich dans les Kreis 4 et 5. Elle y a dirigé la fraction socialiste à partir de 2009 ainsi que la commission transpartisane. De 2004 à 2009, elle fut membre de la direction du PS de la ville de Zurich. Désireuse de se porter candidate à l’exécutif municipal, elle est battue d’une voix par Raphael Golta lors d’une consultation interne. Lors des élections au Conseil national du 18 octobre 2015, Min Li Marti occupe la huitième place de la liste cantonale zurichoise du parti socialiste et est élue. Elle abandonne alors son mandat municipal zurichois en novembre 2015.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Min Li Marti vit avec son époux, le Conseiller national vert Balthasar Glättli, à Höngg. Elle représente une jeune génération de la social-démocratie, marquée par le milieu des bars illégaux zurichois et familière des questions de pop culture. Ainsi, elle a co-édité en 1999 l’anthologie «Sex Drugs Rock’n’Roll. 30 Kurzgeschichten» puis de la collection de courts métrages «Züri Gschnätzlets» en 2003.

En 2012, le magazine Schweiz am Sonntag a décerné à Min Li Marti le titre de plus influente communicante sur les réseaux sociaux de tous les politiciens suisses communaux et locaux.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]