Min (909-945)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Min
Min 閩

909–945

Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la chine au début de la période des cinq dynasties et des dix royaumes
Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Changle
Langue Chinois médiéval, Proto-Min
Religion Bouddhisme, Taoïsme, Confucianisme, Religion traditionnelle chinoise
Histoire et événements
909 Wang Shenzhi s'auto-proclame Prince de Min
933 Wang Yanjun s'auto-proclame Empereur
943 Le Yin déclare son indépendance, partition de fait du Min
945 Conquête du Yin et du Min par les Tang du Sud, en dehors de quelques territoires situés au nord qui sont annexés par le Wuyue
Prince
909–925 Wang Shenzhi
925–926 Wang Yanhan
926 - 933 Wang Yanjun
Empereur
933 - 935 Wang Yanjun
935 - 939 Wang Jipeng
939 - 944 Wang Yanxi
(943) - 945 Wang Yanzheng

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le royaume de Min (chinois :  ; chinois simplifié : 闽国 ; chinois traditionnel : 閩國 ; pinyin : Mǐn) est l'un des Dix Royaumes qui dominent le sud de la Chine pendant la Période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes. Il existe de 909 à 945 et se situe dans une région montagneuse recouvrant la plus grande partie de l'actuelle province du Fujian province de Chine. Il est fondé par Wang Shenzhi, qui établit sa capitale dans la ville de Fuzhou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Après avoir combattu sous les ordres de Wang Xu (en)[1], le chef d'une révolte paysanne, Wang Chao (en) se débarrasse de ce dernier et prend le contrôle du circuit de Fujian pour son propre compte[1]. Une fois établit, il fait allégeance à la dynastie Tang, qui le récompense en publiant un décret le nommant officiellement gouverneur de ce circuit en 893[2]. Ce même décret rebaptise ce circuit Weiwu (威武) et nomme Wang Shenzhi (en), le frère cadet de Chao, gouverneur adjoint[2]. Selon les chroniques historiques chinoises, Chao se révèle un excellent gestionnaire, ce qui lui vaut d’être promu jiedushi, soit gouverneur militaire, en 896[2]. Il profite peu de temps de cette promotion, car il tombe malade en 897 et meurt en 898. Contrairement aux usages en vigueur à l'époque, il ne laisse pas son poste à un de ses fils, mais désigne Wang Shenzhi comme successeur[3]. Après quelques hésitations, Shenzi accepte et la Cour des Tang n'a pas d'autre choix que de le nommer officiellement jiedushi[3]. En 909, soit deux ans après l'effondrement de la dynastie Tang, Shenzhi s'auto-proclame prince de Min et fonde le royaume de Min[3].

Premières années[modifier | modifier le code]

À peine monté sur le trône, le nouveau prince impose un style de gouvernement très personnel. Vivant de manière frugale, il porte souvent des chaussures de chanvre et vit dans une demeure aux dimensions relativement modestes. Il assouplit les sanctions du Code Tang et pratique des taux d'imposition bas[4]. Selon les chroniques historiques chinoises, cette politique permet de remplir les caisses de l'état, tout en assurant le calme et la prospérité du royaume[4].

Mais, en plus de sa politique intérieure, Shenzi doit gérer une situation géopolitique compliquée. Si le royaume de WuYue, au nord, est assez calme, le Wu, à l'ouest, et les Han du Sud, au sud, sont plus turbulents. Sans compter qu'il doit se positionner par rapport à la nouvelle dynastie des Liang postérieurs, qui a renversé les Tang et se pose en successeur des anciens maitres de la chine. Concernant les Liang, Shenzi s'est reconnu comme étant leur vassal dés 907[4] et lorsqu'il s'auto-proclame Prince, il n'a aucun mal à ce que son titre soit reconnu officiellement par ses nouveaux suzerains[4]. Dans le même temps, il rompt toute relation diplomatique avec le Wu, qui ne reconnaît pas la légitimité des Liang[4]., En 916, il donne sa fille en mariage au prince du Wuyue, ce qui détend les relations diplomatiques entre les deux royaumes[5]. En 923, les Liang postérieurs sont renversés par Li Cunxu, qui fonde la dynastie des Tang postérieurs[6]. Prenant acte de ce changement, Wang Shenzi se reconnaît vassal des nouveaux maîtres du nord de la Chine, qui le couvrent de titres prestigieux en retour[7]. A contrario, les relations avec les Han du Sud restent conflictuelles et en 924, Shenzi doit repousser une tentative d'invasion du Min par ces derniers[8].

Shenzi meurt en 925 et c'est son fils Wang Yanhan (en) qui lui succède[9].

Les successeurs[modifier | modifier le code]

À peine arrivé au pouvoir, Yanhan doit mater la rébellion de Chen Ben (陳本), le gouverneur du Zhou de Ting (汀州)[9]. Si, au début, il se comporte en parfait vassal des Tang postérieurs, Yanhan profite de l'instabilité politique qui règne dans le nord pour s'auto-proclamer roi en 926 et prendre ainsi ses distances avec ses suzerains[10]. Il se met à agir de façon arrogante et suffisante et traite ses frères de manière distante. Finalement, son règne s'achéve au bout de quelques mois, quand ses frères le tuent et que l'un d'entre eux, Wang Yanjun (en), monte sur le trône[10].

Le nouveau roi se met à promouvoir le bouddhisme,incitant les gens à devenir moines[11], sans pour autant rejeter le taoïsme car il se fait moine taoïste, le temps d'une retraite spirituelle, entre 931 et 932, après qu'un de ses conseillers lui ait promis qu'une telle retraite ferait de lui un empereur pendant 60 ans[11]. Cependant, sa santé précaire nourri les ambitions de ses frères et il est même obligé d'affronter et tuer l'un d'entre eux, nommé Wang Yanbing, en 931, pour rester au pouvoir[11]. Si, au début, Yanjun tente de normaliser les relations avec les Tang postérieurs, il devient rapidement arrogant et, voyant que certaines de ses exigences restent lettre morte, il arrête de leur verser un tribut et se proclame empereur en 933[11]. Arrogant, mais pas stupide, il connaît bien la faiblesse militaire de son royaume et tente malgré tout de conserver des relations assez cordiales avec ses voisins[12]. Après un règne agité, marqué par un style de vie très fastueux, il meurt dans son palais en 935, victime d'un coup d'état perpétré par son fils Wang Jipeng (en), qui monte sur le trône[13].

Le premier geste de Jipeng est de renoncer au titre d'empereur et de se présenter comme un vassal et simple jiedushi à la Cour des Tang postérieurs[13]. Ces derniers acceptent ce nouveau dirigeant qui donne l'impression de rentrer dans le rang, même si, dans les faits, Jipeng garde le train de vie et le style de gouvernement d'un empereur[13]. Ainsi, il n'hésite pas à accorder des amnisties générales qui sont, normalement, un privilège du gouvernement central[13]. Tombant dans les mêmes travers que ses prédécesseurs, Jipeng devient arrogant, se lance dans un politique de construction de palais encore plus fastueux que ce de son père et se choisi un favoris, nommé Chen Shouyuan, qui devient son bras-droit de facto [13]. Pour financer son train de vie, il multiplie les taxes diverses[14]. En termes de relations étrangères, lorsque les Tang sont renversés par la dynastie des Jin postérieurs, il contacte ces derniers en leur envoyant une lettre où il demande implicitement à traiter d'égal à égal avec les nouveaux dirigeants du nord. Lorsque ces derniers refusent, tout aussi implicitement, en lui octroyant un "simple" titre de roi, il rompt toutes les relations diplomatiques avec eux et arrête de leur verser un tribut[15]. Son règne s'achève comme il a commencé, par un coup d'État organisé en 939 par son oncle Wang Yanxi (en)[15],[16].

Le règne de Yanxi commence comme celui de son neveu faire la paix avec ses voisins du nord, en envoyant une lettre aux Jin postérieurs, où il se présente comme un simple vassal et accepte le titre de roi que ces derniers avaient octroyé à son prédécesseur[17]. Mais, comme le précédent souverain de Min, s'il fait mine de rentrer dans le rang, il continue de vivre et d'agir comme un empereur de Chine[17]. Une fois son pouvoir affirmé, le nouveau roi du Min devient arrogant, licencieux, cruel et méfiant envers les autres membres du clan impérial Wang[17]. Ainsi, quand son frère cadet Wang Yanzheng lui écrit pour lui suggérer d'adopter une conduite plus en adéquation avec son rang, Yanxi le prend très mal et met son frère sous surveillance. En 940, lassé d’être traité ainsi, Yanzheng se révolte, ce qui marque le début d'une guerre civile et fratricide. Très vite, les Tang du Sud se mêlent de la situation et proposent leur médiation. Si les hostilités semblent cesser, en réalité les deux frères reculent pour mieux sauter, chacun rassemblant ses forces avant d'affronter l'autre. Fin 941, Wang Yanxi s'auto-proclame empereur et offre à Yanzheng le titre de Prince de Fusha pour l’apaiser[17]. Vaine tentative, car les hostilités reprennent et petit, à petit, Yanzheng prend l'avantage sur son aîné, au point de se proclamer empereur de Yin à l'automne 943[18].

Fondation du royaume de Yin et chute de Min[modifier | modifier le code]

En agissant ainsi, Wang Yanzheng fait donc sécession et fonde son propre État, qui englobe tout le nord du Fujian. Cet acte ne met pas fin aux hostilités, qui continuent de plus belle. Pendant ce temps, au sud, Wang Yanxi se prive de tous les soutiens les uns après les autres, par sa conduite de plus en plus autocratique et violente. Finalement, il est assassiné le 8 avril 944 par Zhu Wenjin (en) et Lian Chongyu (en), deux de ses proches qui craignaient un peu plus chaque jour d'être tués par leur empereur[19]. Après le meurtre de Yanxi, Zhu et Lian massacrent méthodiquement tous les membres du clan Wang, y compris l'épouse et le prince héritier du défunt[19],[20].

Zhu Wenjin s’auto-proclame empereur de Min et tente d’asseoir son pouvoir en mettant fin aux mesures les plus controversées de Yanxi : il arrête le somptueux programme de construction de palais lancé par le défunt, libère les très nombreuses femmes qui avaient été intégrées de force dans le harem impérial[19]... Au nord, Wang Yanzheng ne reconnaît aucune légitimité au nouvel empereur et continue la guerre, cherchant, en vain, à s'emparer de la capitale[19]. Le conflit s'enlise, jusqu’à ce que les Tang du Sud ne décident de profiter de la situation et lancent au début de l'an 945 une expédition militaire dans le but d'envahir et annexer le Min et le Yin. Wu Chengyi (吳成義), un général au service de Yanzheng, décide de tirer profit de la situation en répandant une rumeur voulant que les Tang viennent en fait aider les troupes du Yin[19]. Le résultat ne se fait pas attendre, les défections dans les rangs du Min se multiplient, jusqu'à ce qu'un groupe de gardes du palais capturent et tuent Zhu Wenjin ainsi que Lian Chongyu, avant d'ouvrir les portes de la ville aux troupes de Chengyi[19].

Wang Yanzheng gagne donc la guerre et devient le souverain du Min réunifié, mais très provisoirement car l'invasion des Tang du Sud continue. Après une série de défaites, la capitale du Min tombe le 2 octobre 945 et Yanzheng se rend aux troupes ennemies, marquant ainsi la fin des royaumes de Min et de Yin[21].

Extension territoriale du royaume de Min[modifier | modifier le code]

La capitale du Royaume de Min se situe à Changle, qui porte maintenant le nom de Fuzhou. Pour l'essentiel, le territoire du royaume recouvre celui de l'actuelle province du Fujian, dans le sud-est de la Chine.

Administration[modifier | modifier le code]

Le territoire du royaume de Min est relativement isolé et accidenté, ce qui entraîne une prospérité et un développement économique moindre que dans les autres royaumes du sud de la Chine. La Cour de Min a tenté d'attirer des érudits pour essayer de construire un système bureaucratique et fiscal efficace, afin de mettre Min au même niveau que ses voisins. Le commerce maritime se développe au cours de cette période, la mer étant la voie de communication la plus rapide et la plus sûre entre le royaume et le reste de la Chine. Ce développement ouvre la voie à un accroissement du commerce maritime au niveau régional, qui va se poursuivre pendant les siècles suivants.

Souverains de Min[modifier | modifier le code]

Souverains du royaume de Min entre 909 et 945. Liste incluant ceux du Yin (943–945))
Noms de Temple ( Miao Hao 廟號) Noms Posthumes ( Shi Hao 諡號 ) Noms Personnels Dates des règnes Noms d’ères (Nian Hao 年號) et leurs dates
Tàizǔ (太祖) Zhōngyì Wáng (忠懿王) Wáng Shěnzhī (王審知) 909–925 Aucune ère proclamée
Aucun Aucun Wáng Yánhàn (王延翰) 925–926 Aucune ère proclamée
Hùizōng (惠宗) Qísù Míngxiào Huángdì (齊肅明孝皇帝) Wáng Yànjūn (王延鈞) 926–935 Lóngqǐ (龍啟) 933–935

Yǒnghé (永和) 935

Kāngzōng (康宗) Le nom choisit est tellement long et compliqué, qu'il n'est jamais utilisé pour désigner ce souverain Wáng Jìpéng (王繼鵬) 935–939 Tōngwén (通文) 936–939
Jǐngzōng (景宗) Le nom choisit est tellement long et compliqué, qu'il n'est jamais utilisé pour désigner ce souverain Wáng Yánxī (王延羲) 939–944 Yǒnglóng (永隆) 939–944
Aucun Aucun Zhū Wénjìn (朱文進) 944–945 Aucune ère proclamée
Aucun Tiāndé Dì (天德帝)[22] Wáng Yánzhèng (王延政) 943–945 Tiāndé (天德) 943–945

Arbre généalogique des souverains du Min[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
Wang Nin 王恁
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wang Chao 王潮
b.846-d.898
 
Wang Shenzhi 王審知 b.862–d.925
Tàizǔ 太祖
r.909-925
 
Wang Shengui
王審邽
b.858-d.904
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wang Yanhan 王延翰
r.925-926; d.927
 
Wang Yanjun 王延鈞 d.935
Huìzōng 惠宗
r.927-935
 
Wang Yanxi 王延羲 d.944
Jǐngzōng (景宗)
r.939-944
 
Wang Yanzheng 王延政 d.951
Tiande (天德帝)
r.943-945
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Wang Jipeng 王繼鵬 d.939
Kāngzōng (康宗)
r.935-939

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Zizhi Tongjian, vol. 256.
  2. a b et c Zizhi Tongjian, vol. 260.
  3. a b et c Zizhi Tongjian, vol. 261.
  4. a b c d et e Zizhi Tongjian, vol. 267.
  5. Zizhi Tongjian, vol. 269.
  6. Zizhi Tongjian, vol. 272.
  7. Annales des Printemps et Automnes des Dix Royaumes (十國春秋), vol. 90.
  8. Zizhi Tongjian, vol. 273.
  9. a et b Zizhi Tongjian, vol. 274.
  10. a et b Zizhi Tongjian, vol. 275.
  11. a b c et d Zizhi Tongjian, vol. 277.
  12. Zizhi Tongjian, vol. 278.
  13. a b c d et e Zizhi Tongjian, vol. 279.
  14. Zizhi Tongjian, vol. 281.
  15. a et b Zizhi Tongjian, vol. 282.
  16. Le coup d'État qui s'achève par la chute de Wang Chang commence durant la nuit du 29 août 939. selon le Zizhi Tongjian, il s'enfuit, est capturé et tué, sans plus de précisions sur la date exacte, mais la manière dont cela est raconté laisse supposer que tout s'est produit durant cette nuit
  17. a b c et d Zizhi Tongjian, vol. 282.
  18. Zizhi Tongjian, vol. 283.
  19. a b c d e et f Zizhi Tongjian, vol. 284.
  20. Annales des Printemps et Automnes des Dix Royaumes, vol. 94.
  21. Zizhi Tongjian, vol. 285.
  22. Ce Shi Hao est utilisé pour désigner Yanzheng aussi bien comme empereur du Yin que comme empereur du Min

Bibliographie[modifier | modifier le code]