Millicent Fawcett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Millicent Fawcett
Millicent Fawcett.jpg
Portrait de Millicent Fawcett.
Biographie
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Bloomsbury, Londres
Sépulture
Golders Green Crematorium (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Millicent GarrettVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Femme politique, écrivaine, militante pour les droits des femmes, économisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Époux : Henry Fawcett
Fille : Philippa Fawcett
Père
Newson Garrett (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Louisa Dunnell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Elizabeth Garrett Anderson
Agnes Garrett (en)
Samuel Garrett (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Henry Fawcett (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
J. Malcolm Fawcett (en)
Philippa FawcettVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Distinction
Archives conservées par
Institut Atria pour l'histoire des femmes (en)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Electoral Disabilities of Women (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Millicent Fawcett, née Garrett le à Aldeburgh dans le Suffolk et morte le à Bloomsbury (Londres), est une femme politique, écrivaine et militante féministe britannique. Elle fait partie du mouvement suffragiste, dans lequel elle adopte une position modérée par le biais d'une réforme de la loi (en) et s'attache à promouvoir l'éducation des femmes.

De 1897 à 1919, elle a dirigé la plus grande association britannique de défense des droits des femmes, la National Union of Women's Suffrage Societies (NUWSS)[2], expliquant : « Je ne peux pas dire que je suis devenue suffragette. Je l'ai toujours été, depuis le moment où j'ai été assez âgée pour penser aux principes d'un gouvernement représentatif »[3]. Elle a essayé de promouvoir l'accès des femmes aux études supérieures, en tant que gouverneure du Bedford College, à Londres et en cofondant le Newnham College à Cambridge, en 1875[4]. En 2018, un siècle après la loi sur la représentation du peuple, elle est la première femme honorée par une statue sur Parliament Square.

Biographie[modifier | modifier le code]

Millicent Garrett Fawcett avec Henry Fawcett vers 1880.

Millicent Garrett Fawcett est née le 11 juin 1847 à Aldeburgh. Ses parents sont Newson Garrett (1812-1893), un homme d'affaires de la ville voisine de Leiston, et Louisa (née Dunnell, 1813-1903). Elle était la huitième de leurs dix enfants[4].

Millicent Garrett naît dans une famille libérale qui lui assure une éducation complète. Sa sœur, Elizabeth Garrett commence des études de médecine à Londres en 1859 et devient la première femme médecin britannique[5]. Elle présente son amie Emily Davies à sa sœur. C'est à ce moment-là que les trois jeunes femmes décidèrent de faire carrière dans des domaines différents afin d'élargir les droits des femmes. Elizabeth Garrett choisit la médecine, Emily Davies l'éducation et Millicent Fawcett la politique[6].

Millicent fait la connaissance chez sa sœur de John Stuart Mill, philosophe libéral qui milite pour le droit des femmes, en 1865. Celui-ci la présente à Henry Fawcett, député libéral qui devient plus tard Postmaster General dans le second gouvernement de William Gladstone. Ils se marient en 1867[5] et ont une fille, Philippa Fawcett, enseignante à la Birkbeck, Université de Londres.

Henry Fawcett est atteint de cécité et Millicent lui sert d'assistante, ce qui lui permet de participer à des réunions et d'acquérir une connaissance du monde politique[5]. Alors qu'elle se rend à la police pour déclarer la perte de son sac, on lui indique que le véritable propriétaire du sac selon la loi est son mari. Cette mésaventure la décide à s'engager pour les droits des femmes[7].

Elle milite pour l'obtention du droit de vote des femmes, puis s'investit dans la vie scientifique et politique après la mort de son époux, en 1884. Elle prend part, en 1871, à la fondation du Newnham College à Cambridge[5]. Elle fonde en 1903 la principale organisation du mouvement suffragiste, la National Union of Women's Suffrage Societies (NUWSS), dont elle devient la présidente[8]. La NUWSS organise la Great Pilgrimage (en), une grande marche pour le droit de vote des femmes en 1913 en direction de Hyde Park, à Londres[9],[10]. Elle quitte son poste en 1919, une année après l'obtention du droit de vote aux femmes âgées de plus de 30 ans[5].

Blue Plaque sur la maison de Gower Street où Fawcett habitait et mourut.

En , le gouvernement britannique la nomme à la tête de la Fawcett Commission, qui enquête sur les conditions de vie dans les camps de concentration institués par Lord Kitchener pendant la seconde guerre des Boers de 1899-1902 en Afrique du Sud. Elle produit un rapport jugé complaisant pour la gestion des camps par l'administration britannique[5].

Elle meurt chez elle, au 2 Gower Street, dans le quartier londonien de Bloomsbury, le [5].

Militantisme[modifier | modifier le code]

Discours de Millicent Fawcett à Hyde Park en 1913 à Londres durant la marche pour le suffrage.

L'engagement militant de Millicent Fawcett était relativement modéré en comparaison des actions coups de poing de la famille Pankhurst et de la Women's Social and Political Union (WSPU). Elle pensait que leur attitude leur aliénait la reconnaissance de nombreux députés et du grand public[11].

Dans les années 1870, Millicent Fawcett s'est également élevée contre les Contagious Deseases Acts, qui imposaient aux prostituées des villes portuaires et des environs des bases militaires un dépistage obligatoire d'éventuelles maladies vénériennes et les condamnaient en cas de test positif à des séjours en hôpital pouvant aller jusqu'à un an. Le refus du dépistage était également passible d'emprisonnement, bien que ce dernier consistait en un examen invasif et douloureux, et les clients qui contaminaient les prostituées n'encouraient quant à eux absolument rien. Ces lois finirent par être abrogées en 1886 en partie grâce à l'action de Millicent Fawcett[4].

Lors de la Première Guerre mondiale, la NUWSS refuse de participer à l'effort de guerre, contrairement à d'autres mouvements comme la WSPU, car un certain nombre de ses membres étaient pacifistes. Fawcett, bien que n'étant pas elle-même pacifiste, n'impliqua pas son organisation, de peur que de nouvelles scissions en son sein entraînent une baisse des aides financières allouées par le gouvernement. Ainsi, la NUWSS se contenta de continuer sa campagne pour l'obtention du droit de vote pour les femmes, tout en pointant du doigt l'importance du travail fourni par les femmes durant le conflit.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Statue de Millicent Fawcett sur le Parliament Square à Londres.
  • 1925 : Dame grand-croix de l'ordre de l'Empire britannique
  • Le Millicent Fawcett Hall de Westminster est inauguré l'année de sa mort pour permettre aux femmes de débattre des grands problèmes auxquels elles sont confrontées dans la société.
  • La Fawcett Society, organisation féministe britannique s'attachant à établir l'égalité hommes/femmes, est nommée en son honneur.
  • En 2018, une statue est érigée en son honneur sur le Parliament Square (Londres)[12],[13],[14],[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1870 : Political Economy for Beginners[15].
  • 1872 : Essays and Lectures on Social and Political Subjects (avec Henry Fawcett)[16].
  • 1872 : Electoral Disabilities of Women: a lecture
  • 1874 : Tales in Political Economy[17]
  • 1875 : Janet Doncaster, a novel, set in her birthplace of Aldeburgh, Suffolk[18]
  • 1889 : Some Eminent Women of our Times: short biographical sketches[19].
  • 1895 : Life of Her Majesty, Queen Victoria[20].
  • 1901 : Life of the Right Hon. Sir William Molesworth[21].
  • 1905 : Five Famous French Women[22]
  • 1912 : Millicent Garrett, Dame Fawcett, Women's suffrage : a short history of a great movement, T.C. & E.C. Jack, (ISBN 0-9542632-4-3 et 978-0-9542632-4-9, OCLC 55033280, lire en ligne)[23].
  • 1920 : The Women's Victory and After: Personal reminiscences, 1911–1918 [24]
  • 1924 : Millicent Garrett, Dame Fawcett, What I remember, Hyperion Press, (ISBN 0-88355-261-2 et 978-0-88355-261-2, OCLC 1530931, lire en ligne)[25].
  • 1926 : Easter in Palestine, 1921-1922[26].
  • 1927 : Josephine Butler: her work and principles and their meaning for the twentieth century (written with Ethel M. Turner).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « http://hdl.handle.net/11653/arch54 » (consulté le )
  2. (en) « Who was Millicent Fawcett and how did she change women's voting rights forever? », sur The Independent, (consulté le )
  3. (en-GB) Izzy Lyons, « How Millicent Fawcett and Ethel Smyth helped women win the vote », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  4. a b et c (en) « Fawcett, Dame Millicent Garrett [née Millicent Garrett] (1847–1929), leader of the constitutional women's suffrage movement and author », sur Oxford Dictionary of National Biography (DOI 10.1093/ref:odnb/9780198614128.001.0001/odnb-9780198614128-e-33096;jsessionid=ca009aac7369284075e7587148bda6b6, consulté le )
  5. a b c d e f et g Encyclopædia Universalis, « MILLICENT FAWCETT », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  6. Louisa Garrett Anderson, Elizabeth garrett anderson., Cambridge Univ Press, (ISBN 1-108-07928-8 et 978-1-108-07928-0, OCLC 900179850, lire en ligne)
  7. « BLOG - Les révolutions féministes qui se cachent derrière chaque tendance de la mode », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  8. « Il y a 100 ans, les suffragettes remportaient leur lutte », sur Le Devoir (consulté le )
  9. a et b « Millicent Fawcett - Women's Suffrage Resources », sur www.suffrageresources.org.uk (consulté le )
  10. (en-GB) The National Archives, « The National Archives - The 1913 Suffrage Pilgrimage: peaceful protest and local disorder », sur The National Archives blog, (consulté le )
  11. Sophia A. Van Wingerden, The women's suffrage movement in Britain, 1866-1928, Macmillan Press, (ISBN 0-312-21853-2, 978-0-312-21853-9 et 0-333-66911-8, OCLC 40269538, lire en ligne)
  12. (en-US) « Millicent Fawcett: Courage calls to courage everywhere », sur Politics.co.uk, (consulté le )
  13. (en-GB) « Millicent Fawcett statue gets Parliament Square go ahead », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. (en) Smithsonian Magazine et Brigit Katz, « London's Parliament Square Will Get Its First Statue of a Woman », sur Smithsonian Magazine (consulté le )
  15. Millicent Garrett University of California Libraries, Political economy for beginners, London, Macmillan and Co., (lire en ligne)
  16. Henry University of California Libraries et Millicent Garrett Fawcett, Essays and lectures on social and political subjects, London : Macmillan and co., (lire en ligne)
  17. Millicent Garrett Oxford University, Tales in political economy, London, Macmillan, (lire en ligne)
  18. (en) Oxford University, Janet Doncaster, (lire en ligne)
  19. Millicent Garrett University of California Libraries, Some eminent women of our times : short biographical sketches, London ; New York : Macmillan, (lire en ligne)
  20. Millicent Garrett Harvard University, Life of Her Majesty Queen Victoria, Boston, Roberts brothers, (lire en ligne)
  21. Millicent Garrett Cornell University Library, Life of the Right. Hon. Sir William Molesworth, bart., M.P., F.R.S., London, Macmillan and co., ltd.; New York, Macmillan co., (lire en ligne)
  22. Millicent Garrett Robarts - University of Toronto, Five famous French women, London, Cassell, (lire en ligne)
  23. Millicent Garrett Robarts - University of Toronto, Women's suffrage; a short history of a great movement, London, Jack, [1912?] (lire en ligne)
  24. Millicent Garrett Gerstein - University of Toronto, The women's victory - and after : personal reminiscences, 1911-1918, London : Sidgwick, (lire en ligne)
  25. Millicent Garrett Fawcett, What I remember, T. Fisher Unwin, London, (lire en ligne)
  26. (en-US) « Easter in Palestine, 1921-1922 », sur bahai-library.com (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]