Milk Tea Alliance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Drapeau de la Milk Tea Alliance créé par des internautes : la couleur de gauche représente le thé au lait thaïlandais, le thé au lait de Hong Kong au milieu et à droite le thé aux perles taïwanais[1].

La Milk Tea Alliance est un mouvement de solidarité démocratique en ligne composé de netizens de Hong Kong, de Taïwan, de Thaïlande et du Myanmar[2],[3],[4]. Il a commencé comme un mème Internet, créé en réponse à la présence accrue de trolls chinois et de commentateurs nationalistes sur les médias sociaux[5],[6], puis a évolué en un mouvement de protestation transnational prônant la démocratie et les droits de l'homme.

Contexte[modifier | modifier le code]

En , l'acteur thaïlandais Vachirawit Chivaaree, star de 2gether (une série télévisée thaïlandaise également populaire en Chine), republie une image sur Twitter qui décrivait Hong Kong comme un pays. Son message suscite des réactions négatives de la part des internautes chinois, qui l'attaque et appellent au boycott de sa série. Il s'est excusé et a retiré l'image, mais les internautes chinois ont découvert un message de sa petite amie, le mannequin Weeraya « New » Sukaram, datant de 2017 et insinuant que Taïwan était un pays indépendant. Les attaques se sont poursuivies, avec des insultes visant divers aspects de la Thaïlande, notamment le roi et le premier ministre[7],[8]. L'ambassade de Chine à Bangkok a publié une longue déclaration sur Facebook condamnant les critiques et une féroce bataille numérique s'est ensuivie entre les internautes thaïlandais et l'ambassade de Chine. Les internautes thaïlandais, sur les réseaux sociaux, défendent Chivaaree, puis leurs attaques se transforment en critiques plus généralisées de la Chine, lançant une guerre sur Twitter avec le hashtag #nnevvy. En Thaïlande, le soutien à la lutte de Hong Kong et Taïwan contre l'influence chinoise unifie les groupes disparates de manifestants pro-démocratie, le sentiment anti-Pékin devenant une partie de leur base anti-autoritaire[9],[10].

Les utilisateurs de Twitter à Taiwan et à Hong Kong ont rapidement rejoint les utilisateurs thaïlandais dans ce que The Daily Telegraph a appelé « un moment rare de solidarité régionale »[11]. Le média OZY (en) décrit la Milk Tea Alliance qui s'attaque au parti des 50 centimes comme « l'armée de volontaires d'Asie se soulevant contre les trolls Internet chinois »[12].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le thé au lait est considéré comme un symbole de solidarité anti-chinoise par les Asiatiques du Sud-Est car, dans de nombreux pays d'Asie du Sud-Est, le thé est historiquement consommé avec du lait, alors qu'en Chine, ce n'est pas le cas[13]. Le thé aux perles taïwanais, le thé au lait hongkongais et le thé thaï sont toutes des variantes locales de thé au lait avec de fortes similitudes[2],[10].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Carte de la Milk Tea Alliance (l'Inde est également considérée dans certains cas comme « membre » de l'alliance).

Au cours des mois suivants la Milk Tea Alliance se transforme, d'un mème anti-Pékin à un « mouvement de protestation sans chef poussant au changement à travers l'Asie du Sud-Est »[9].

  • À la suite des escarmouches Chine-Inde de 2020, l'Inde a également été incluse dans l'Alliance, le masala chai étant leur variété de thé au lait[13]. Des politiciens à Taiwan et en Inde ont souligné l'existence de la Milk Tea Alliance, ainsi que Hsiao Bi-khim, qui a utilisé le hashtag dans un tweet remerciant les indiens pour leur soutien[14].
  • Après que l'Australie a appelé à une enquête sur la gestion du Covid-19 par l'Organisation mondiale de la santé, la Chine a menacé de boycotter ses produits si l'Australie ne renonçait pas à ses demandes d'enquête. Les internautes ont ensuite inclus l'Australie en tant que membre de la Milk Tea Alliance, mais la relation avec le thé au lait est ténue, le produit laitier Aptamil remplaçant une variété réelle de thé au lait dans les images[15].
  • En , de nouvelles manifestations en faveur de la démocratie en Thaïlande, les plus importantes depuis le coup d'État militaire de 2014, ont attiré le soutien et la solidarité des Taiwanais et des Hongkongais, dont l'activiste Joshua Wong[9]. Le hashtag #MilkTeaAlliance a été largement utilisé par les manifestants[16],[17].
  • Les manifestations biélorusses de 2020 éclatent en août à la suite du rejet par l'opposition des résultats de l'élection présidentielle. Des militants du pays, inspirés par l'Alliance, commencent à utiliser la ryajenka, une boisson traditionnelle à base de lait fermenté de la Biélorussie, de la Russie et de l'Ukraine, comme symbole de résistance au gouvernement d'Alexandre Loukachenko[18].
  • En , à la suite du coup d'État de 2021 au Myanmar, des militants du Myanmar et de la Thaïlande voisine ont commencé à adopter la Milk Tea Alliance en signe de solidarité, avec des photos de sachets de thé Royal Myanmar partagés des milliers de fois[4]. Une illustration de l'artiste thaïlandaise Sina Wittayawiroj qui représente du thé au lait thaïlandais, taïwanais, hongkongais, indien et birman sous le titre Milk Tea Alliance est devenue virale. Les manifestants anti-coup d'État ont été solidement intégrés au mouvement de protestation en ligne[19].

Réaction chinoise[modifier | modifier le code]

Les services secrets chinois ont tenté de présenter la Milk Tea Alliance comme une manœuvre du gouvernement américain, dans la lignée des révolutions de couleur[20].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (zh-HK) « 【我們信靠奶茶】「泰幽默」擊退「小粉紅」 泰港台三地網民籲組「奶茶聯盟」齊抗中國網軍 », 立場新聞,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a et b Tanakasempipat, « Young Thais join 'Milk Tea Alliance' in online backlash that angers Beijing » [archive du ], mobile.reuters.com, Reuters (consulté le )
  3. Bunyavejchewin, « Will the ‘Milk Tea War’ Have a Lasting Impact on China-Thailand Relations? » [archive du ], thediplomat.com, The Diplomat (consulté le )
  4. a et b (en) « #MilkTeaAlliance has a new target brewing: Myanmar’s military », South China Morning Post, (consulté le )
  5. McDevitt, « ‘In Milk Tea We Trust’: How a Thai-Chinese Meme War Led to a New (Online) Pan-Asia Alliance » [archive du ], thediplomat.com, The Diplomat (consulté le )
  6. Lau, « Why the Taiwanese are thinking more about their identity » [archive du ], www.newstatesman.com, New Statesman (consulté le )
  7. Chan, « Milk is thicker than blood: An unlikely digital alliance between Thailand, Hong Kong & Taiwan » [archive du ], hongkongfp.com, Hong Kong Free Press (consulté le )
  8. (en-US) Teixeira, « Thais Show How to Beat China’s Online Army », Foreign Policy (consulté le )
  9. a b et c Chen, « Milk Tea Alliance: How A Meme Brought Activists From Taiwan, Hong Kong, and Thailand Together » [archive du ], www.vice.com (consulté le )
  10. a et b Barron, « 'We Share the Ideals of Democracy.' How the Milk Tea Alliance Is Brewing Solidarity Among Activists in Asia and Beyond », time.com, Time, (consulté le )
  11. « #MilkTeaAlliance: New Asian youth movement battles Chinese trolls », sur thetelegraph.co.uk, (consulté le )
  12. Munsi, « The Asian Volunteer Army Rising Against China’s Internet Trolls » [archive du ], OZY, (consulté le )
  13. a et b Deol, « ‘We conquer, we kill’: Taiwan cartoon showing Lord Rama slay Chinese dragon goes viral » [archive du ], theprint.in, The Print (consulté le )
  14. Cheng, « The Taiwan–India ‘Milk Tea Alliance’ », thediplomat.com, The Diplomat (consulté le )
  15. Everington, « Photo of the Day: Australia joins Milk Tea Alliance with Taiwan » [archive du ], www.taiwannews.com.tw, Taiwan News (consulté le )
  16. Patpicha et Chow, « Pro-Democracy Milk Tea Alliance Brews in Asia » [archive du ], www.usnews.com, US News and World Report (consulté le )
  17. Fenn, « 'We Share the Ideals of Democracy.' How the Milk Tea Alliance Is Brewing Solidarity Among Activists in Asia and Beyond », www.cbc.ca, CBC Radio, (consulté le )
  18. Chachavalpongpun, « CONSTITUTIONALIZING THE MONARCHY: UNCOMPROMISING DEMANDS OF THAI PROTESTERS », Journal of International Affairs, vol. 73, no 2,‎ , p. 163–172 (ISSN 0022-197X, DOI 10.2307/26939972, lire en ligne)
  19. Lau, « Myanmar’s Protest Movement Finds Friends in the Milk Tea Alliance », thediplomat.com, The Diplomat (consulté le )
  20. Hioe, « IS THE MILK TEA ALLIANCE THE LATEST TARGET BY CHINESE DISINFORMATION EFFORTS IN TAIWAN? », newbloommag.net, New Bloom Magazine (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]