Milizac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Milizac
L'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul.
L'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul.
Blason de Milizac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Saint-Renan
Intercommunalité Pays d'Iroise
Statut Commune déléguée
Maire délégué Bernard Quillévéré
2017-2020
Code postal 29290
Code commune 29149
Démographie
Gentilé Milizacois
Population 3 515 hab. (2014)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ nord, 4° 34′ ouest
Altitude Min. 69 m
Max. 102 m
Superficie 33,23 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Milizac-Guipronvel
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 15.svg
Milizac

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 15.svg
Milizac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Milizac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Milizac

Milizac [milizak] est une ancienne commune française du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France, fusionnée avec la commune de Guipronvel le 1er janvier 2017 pour devenir Milizac-Guipronvel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune rurale et semi-urbaine, Milizac couvre une superficie de 3 323 hectares pour une population de 3 287 habitants (en 2012).

Située à moins d'un quart d'heure des quartiers nord de Brest, la commune de Milizac est entourée par Brest, Bohars, Guilers, Saint-Renan, Lanrivoaré, Tréouergat, Guipronvel, Coat-Méal et Bourg-Blanc. Elle fait partie de la Communauté de Communes du Pays d'Iroise (CCPI).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Milisac vers 1330 et du XVIe siècle au XVIIe siècle, Milizai en 1630, Milizac en 1641[1].

Il s'agit d'un type toponymique gallo-roman en -acum, précédé d'un nom de personne ou d'un élément mal déterminé.

Albert Dauzat suppose un gallo-romain *Milisius, non attesté, qui semble se retrouver dans Mélisey (Yonne, Milisiacum en 879)[2]. Etant donné son classement dans la rubrique Meauzac, ce dernier considère cet anthroponyme conjecturel *Milisius de manière implicite comme une variante du nom de personne latin Mellitus bien attesté.

Le nom breton de la commune est Milizag.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Milizac est une paroisse de l'ancien diocèse de Léon, issue de l'ancienne paroisse primitive de l'Armorique de Guipronvel, jusqu'en l'an 1420.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Une stèle armoricaine de l'âge du fer a été trouvée et placée à l'entrée du cimetière.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au nombre des curiosités, figurent le manoir du Curru (Kerru : maison rouge) édifié en 1238 et le manoir de Keranflec'h datant de 1712.

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Milizac faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan[3].

L'église paroissiale date, elle, du XVIIe siècle ; elle est dédiée à saint-Pierre et saint-Paul. Près de l'église, s'élève la chapelle Sainte-Anne datant du XVIe siècle.

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Milizac de fournir 25 hommes et de payer 164 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[4].

Révolution française et XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Dès la création des circonscriptions administratives, le , Milizac fut rattachée au canton de Saint-Renan. Les caprices de l'histoire vont amener Milizac à dépendre, de 1801 à 1971, du canton de Plabennec. Il faudra attendre 170 ans pour que Milizac rejoigne de nouveau le canton de Saint-Renan.

En 1792, Milizac devient une commune. Le premier acte signé d'un maire date du et le premier conseil municipal eût lieu dans la chapelle Sainte-Anne.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1896, un document indique que les sœurs de l'Immaculée Conception de Saint-Méen assistaient et soignaient gratuitement les malades de Milizac à domicile[5].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le , Jacob, curé de Milizac, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements[6] sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu'ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l'enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton[7].

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Milizac : le monument aux morts 1

Le monument aux morts de Milizac porte les noms de 95 personnes mortes pour la France pendant les guerres du XXe siècle dont 70 pendant la Première Guerre mondiale, 24 pendant la Seconde Guerre mondiale et 1 pendant la guerre d'Algérie[8]. De plus, le carré militaire du cimetière porte les noms de 6 aviateurs originaires du Commonwealth (trois Anglais, deux Néo-Zélandais et un Canadien) décédés à Milizac pour 5 d'entre eux et à Guipronvel pour le sixième, décédés pendant les combats de la Seconde Guerre mondiale[9].Le , un avion néo-zélandais de la RAF "Wellington n°L7798" s'écrasa à Milizac lors d’une opération sur Brest et le un avion "Spitfire n°AA746" disparût à Guipronvel lors d'une opération d'attaque au sol visant Saint-Brieuc.

En 1955, plusieurs villages[10] dépendant de la commune de Milizac sont rattachés à la commune de Bohars[11] et à la commune de Saint-Renan[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 385 1 383 1 658 1 528 1 552 1 601 1 603 1 667 1 712
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 671 1 602 1 755 1 683 1 738 1 747 1 794 1 791 1 809
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 881 1 952 1 963 2 007 1 974 1 906 1 867 1 973 1 872
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 456 1 377 1 727 2 465 2 925 2 884 2 961 3 426 3 515
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Bernard Quillévéré DVG Cadre
2008 2014 Fanch Guiavarc'h    
2001 2008 François Guillou    
1983 2001 Hubert de Poulpiquet    


C'est sous le mandat municipal de François Guillou qu'une nouvelle mairie a été construite. Le montant total des travaux s'est élevé à 1 million d'euros.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Milizac (Finistère).svg

Blason de Milizac :
Parti, au premier d'or aux trois fasces ondées d'azur surmontées de deux coquilles de sable, au second d'argent au lion de sable lampassé et couronné d'or
Encadré de deux sarments de saule et surmonté d'un écusson portant la devise Bretonne : War Zao Atao ("Toujours debout").
Approuvée par la mairie le  ; enregistre en préfecture le [15]
explications = Elles sont composées des armoiries accolées des familles nobles de Kéranflec'h (1448) et du Manoir du Curru (Roué Pharamus et de Kernezne : 1238... 1689).

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

En breton, la ville se nomme Milizag.

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 31 mai 2005.

Le label de niveau 1 de la charte Ya d'ar brezhoneg a été remis à la commune le 17 octobre 2005.

À la rentrée 2016, 120 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 18,3 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[16].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’enclos paroissial :
    • L’église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • Milizac possède 24 croix et calvaires[17], dont celui de Kergroas
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Le parc d'attraction "La Récré des 3 Curés".

Événements[modifier | modifier le code]

  • Samedi du Porc : des dizaines de cochons grillés à la broche, servis en plein air, avec animations et concerts. Le Samedi du Porc a lieu tous les ans le 1er samedi de juillet. Bonne humeur assurée avec le concours départemental du cri du cochon.
  • Milizac Style Bercy : Tournoi de football régional en plein air le week-end de Pâques durant 2 jours. 4 terrains en herbe entourés de planches d'un mètre de haut. Spectacle et buts à volonté.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de KerOfis : Milizac (lire en ligne) [1]
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 444b sous Meauzac.
  3. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  4. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f8.image.r=Plovan
  5. La France charitable et prévoyante : tableaux des œuvres et institutions des départements, numéro 1, 1896, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802221d/f627.image.r=Bourg-Blanc.langFR
  6. En vertu du Concordat, les prêtres étaient alors payés par l'État
  7. Journal La Croix no 6064 du 18 et 19 janvier 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2199243/f1.image.r=Pouldreuzic.langFR
  8. Memorialgenweb.org - Milizac : monument aux morts
  9. Memorialgenweb.org - Milizac : carré militaire, soldats du Commonwealth
  10. Le terme village en Finistère est utilisé en lieu et place de celui de hameau. La commune (ou paroisse) comprend son bourg et ses villages.
  11. Décret du 25 mai 1955, Journal officiel du 2 juin 1955, page 5602
  12. Décret du 25 mai 1955, Journal officiel du 2 juin 1955, page 5603
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. Site de la mairie de milizac
  16. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  17. http://www.croix-finistere.com/commune/milizac/milizac.html