Militza de Monténégro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Militza de Monténégro
Milica Nyikolajevna of Montenegro.jpg

Militza Nikolaïevna de Monténégro, princesse de Montenegro puis grande- duchesse de Russie.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
AlexandrieVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Russe (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Frères
Sœurs
Hélène de Monténégro
Anne de Monténégro (en)
Anastasia de Monténégro
Zorka de Monténégro
Ksenija Petrović-Njegoš (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Autres informations
Religion

Militza de Monténégro, princesse, en russe : Милица Николаевна Черногорская née le 26 juillet 1866 à Cetinje, décédée le 5 septembre 1951 à Alexandrie en Égypte.

Elle fut princesse royale du Monténégro puis par son mariage grande-duchesse de Russie.

Famille[modifier | modifier le code]

Coat of arms of Montenegro.svg

Fille de Nicolas Ier de Monténégro et de Milena Vukotick[1].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le 7 août 1889 à Peterhof, la princesse Militza de Monténégro épouse le grand-duc Pierre Nicolaïévitch, (fils de Nicolas Nicolaevitch de Russie et d'Alexandra Petrovna d'Oldenbourg (dite Alek).

De cette union sont nés :

Biographie[modifier | modifier le code]

Militza de Monténégro

En 1882, Militza de Monténégro et ses sœurs Anastasia Nikolaïevna de Monténégro, Elena Nikolaïevna de Monténégro et Maria Nicolaïevna de Monténégro furent inscrites à l’Institut Smolny de Saint-Pétersbourg où elles reçurent une solide éducation[2]. La princesse parlait cinq langues dont le persan, et étudia particulièrement l'histoire de l'orthodoxie[3].

L’empire russe[modifier | modifier le code]

Militza de Monténégro, sa sœur Anastasia, comme leurs maris, portent un vif intérêt aux sciences occultes, ce qui leur vaut à la Cour impériale de Russie le surnom de « Péril noir »[4]. Peu appréciées par beaucoup de membres de la famille impériale à cause de leur liberté d’esprit, elles ont été proches de l’impératrice. On attribue à Militza Nkolaïevna de Monténégro et à sa sœur Anastasia l’introduction auprès du couple impérial venu en voyage officiel en France en 1901, de Philippe-Nizier Vachot, dit le Maître Philippe de Lyon, un guérisseur français[5]. La grande-duchesse Militza de Monténégro a reçu souvent Raspoutine et les dames de la haute société russe entichées du staretz. C’est dans son salon qu’a lieu la rencontre entre Raspoutine et Anna Vyroubova, qui, quelque temps plus tard, le présente à la famille impériale.

L’exil[modifier | modifier le code]

Militza de Montenegro avec ses enfants, Roman Petrovitch de Russie, Marina Petrovna de Russie et Nadia Petrovna de Russie

Lors de l'abdication de Nicolas II de Russie en mars 1917, Militza vit avec son époux à la Villa Dulber en Crimée. La grande-duchesse quitte la Russie, en avril 1919, sur le cuirassé britannique HMS Nelson[3]. Le couple s'installe au Cap d'Antibes, puis en Italie. Alors que certains membres de la famille impériale vendent leurs bijoux pour subsister, le couple avait fait avant la Révolution russe, l'acquisition d'un château en France situé dans les environs de la capitale, et une villa au Cap d'Antibes. Les deux frères Nikolaïevitch et leurs épouses vivent ensemble. Les deux princesses monténégrines sont durement atteintes par la disparition du royaume du Monténégro annexé par la Serbie en 1918[6].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Militza de Monténégro réside à Rome, et, pendant l'occupation de la capitale italienne par l'armée allemande, la grande-duchesse et sa sœur la reine d'Italie, Hélène de Monténégro sont menacées de déportation, elles se réfugient dans le couvent du Sacré-Cœur appartenant au Saint-Siège[3]. Quelques mois plus tard, un officier allemand d'origine autrichienne, le comte Ferdinand Thun-Hohenstein, offre, au péril de sa vie, son soutien aux deux princesses, et facilite leur transfert au Vatican. Malheureusement la fille d'Hélène de Monténégro, la princesse Mafalda de Savoie meurt en déportation[7].

Décès[modifier | modifier le code]

Église orthodoxe Saint-Michel-Archange de Cannes, lieu de sépulture de la princesse Militza Nikolaïevna de Monténégro et de son époux le grand-duc Piotr Nikolaïevitch de Russie

Militza de Monténégro meurt en Égypte en 1951[3]. Sa dépouille est transférée en France, elle repose dans l’église orthodoxe Saint-Michel-Archange à Cannes, aux côtés de son époux.

Descendance[modifier | modifier le code]

La grande-duchesse Militza de Monténégro est la grand-mère de l'actuel chef de la Maison impériale de Russie, le prince Nikolaï Romanovitch de Russie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b www.thepeerage.com
  2. womansite.ru
  3. a, b, c et d www.nikolairomanov.com
  4. womansite.ru
  5. Gred King, The Last Empress: The Life and Times of Alexandra Feodorovna, Tsarina of Russia, 1996, p.
  6. Frédéric Mitterrand, Mémoires d'exil, p.87.
  7. Frédéric Mitterrand, Mémoires d'exil, p.329.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]