Milipol Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Milipol Paris
Logo
Logo
Type salon de la sécurité intérieure des États
Pays Drapeau de la France France
Localisation Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte
Date de la première édition 1984
Fréquentation 30000 visiteurs
Prix d'entrée Gratuit, réservé aux professionnels
Site web www.milipol.com

Milipol Paris est un salon professionnel consacré à la sécurité intérieure des États, organisé à Paris les années impaires. Existant depuis 1984, il est parrainé par le Ministère français de l'Intérieur. En 2017, le salon a accueilli 29 939 visiteurs originaires de 151 pays différents, et 1 005 exposants[1].

La marque Milipol appartient au Groupement d'intérêt économique Milipol, composé notamment de Civipol Conseil, Cofrexport, Protecop, Thales et Visiom. Le salon est organisé par Comexposium[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1984, le premier Milipol est organisé à Paris pour aider les professionnels de la sécurité à communiquer sur leurs produits et services auprès d'une audience française et internationale. Le salon devient biennal à partir de 1991, et reçoit le soutien officiel du Ministère français de l'intérieur en 1995. Le réseau Milipol est créé en 1996 avec le lancement de Milipol Qatar, puis renforcé depuis 2015 avec Milipol Asia-Pacific[réf. souhaitée].

De 1984 à 1990 : salon annuel[modifier | modifier le code]

Visite inaugurale de Milipol 1985

De 1984 à 1990, le salon est organisé tous les ans. Le premier salon, organisé du 26 au au Parc des expositions de Paris-Le Bourget, est inauguré par Pierre Joxe, alors ministre de l'intérieur. Il rassemble 1 823 visiteurs autour de 170 exposants. L’opération est renouvelée de 1985 à 1987, année où il réunit 7 170 visiteurs et 201 exposants[réf. nécessaire].

En 1988, le salon est organisé à Singapour, du 21 au [réf. nécessaire].

Le salon retourne à Paris-Le Bourget en 1989 et 1990 (246 exposants). Il est ensuite décidé de ne plus tenir le salon que les années impaires[réf. nécessaire].

Depuis 1991 : salon biennal[modifier | modifier le code]

Matériel du RAID exposé lors de Milipol 2015.

Le salon est organisé à Paris, toujours au parc des expositions du Bourget, toutes les années impaires depuis 1991. Les nombres d’exposants et de visiteurs augmentent : de 225 exposants et 9 412 visiteurs en 1991, ils passent à 301 exposants et 10 915 visiteurs en 1993, 411 exposants et 15 533 visiteurs en 1995, 382 exposants et 16 999 visiteurs en 1997, 496 exposants et 18 372 visiteurs en 1999, 569 exposants et 20 338 visiteurs en 2001, 714 exposants et 21 449 visiteurs en 2003, 812 exposants et 23 750 visiteurs en 2005, 956 exposants et 26 357 visiteurs en 2007, 887 exposants et 27 646 visiteurs en 2009, 887 exposants et 27 243 visiteurs en 2011, 915 exposants et 25 834 visiteurs en 2013, 949 exposants et 24 056 visiteurs en 2015, et 1 005 exposants et 29 939 visiteurs en 2017.

En 1992, des évènements nommés Milipol sont également organisés à Moscou et à Monte-Carlo.

En 1997, la 9e édition marque le rachat de la marque Milipol par la SOFREMI et l'adoption du nom définitif «Milipol Paris». Cette marque est reprise en 2001 par Civipol Conseil, année où est créé un groupement d'intérêt économique Milipol.

De nouvelles administrations exposent au salon, comme le Ministère des Transports, avec la RATP et la SNCF en 2001.

En 2015, un cycle de conférences est organisé autour de cinq thèmes : lutte antiterroriste, sécurité dans la ville, cybersécurité, équipement et innovation et risques majeurs. Il est reconduit en 2017 avec 47 intervenants et 1 058 participants, autour de six thèmes : gestion de crise et résilience, cybersécurité et fraude, sécurité dans la ville, lutte contre le terrorisme, identité numérique et contrôle des frontières, et sécurité privée.

En 2017, la 20e édition du salon Milipol Paris est organisée au Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte du 21 au . Inaugurée par Gérard Collomb, elle présente de nombreuses innovations technologiques comme des drones, des applications spécifiques ou des robots spécialisés[3],[4],[5]. Cette édition est aussi marquée par l’attribution de Milipol Innovations Awards[4].

Controverses[modifier | modifier le code]

Selon Reporters sans frontières, le salon Milipol permet aux régimes autoritaires d'entrer en contact avec les vendeurs de matériel de surveillance[6].

Lors de l'édition de du salon, des « équipements de torture » et matériels interdits par l'Union européenne ont été présentés. Amnesty international estime qu'en « ne faisant pas appliquer la législation, la France permet aux tortionnaires de venir faire leur marché »[7],[8]. L’organisation du salon a fait fermer le stand[9],[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan Milipol Paris 2017 | Milipol Paris 2017, événement mondial de la sécurité intérieure des États », sur MILIPOL Paris (consulté le 5 mars 2018)
  2. « MILIPOL Paris », sur Comexposium (consulté le 9 mars 2018)
  3. « Salon Milipol: la sécurité intérieure, un secteur innovant en pleine croissance », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2018)
  4. a et b « Ces innovations technologiques au service de la sécurité », sur www.lesnumeriques.com (consulté le 5 mars 2018)
  5. « 5 innovations qu'il ne fallait pas rater à Milipol », sur Sciences et Avenir (consulté le 5 mars 2018)
  6. Salons d’armement : les dealers de la surveillance, Reporters sans frontières, 2014.
  7. Julia Pascual, « Des « équipements de torture » au salon parisien de la sécurité », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2017)
  8. « Amnesty international découvre du matériel de torture sur un stand du Milipol », FranceSoir,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  9. « Salon Milipol Paris : un stand fermé car il exposait des instruments de torture », leparisien.fr,‎ 2017-11-23cet11:09:21+01:00 (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  10. « Milipol: un stand fermé après la découverte d'équipements de torture », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]