Mikkeli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mikkeli
Blason de Mikkeli
Armoiries
Mikkeli
Le centre de Mikkeli vu de Naisvuori.
Administration
Pays Drapeau de la Finlande Finlande
Région Savonie du Sud
Maire Kimmo Mikander
Langue(s) parlée(s) unilingue finnois
Démographie
Population 53 028 hab.[1] (30.6.2020)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 61° 41′ 17″ nord, 27° 16′ 25″ est
Altitude Min. 76 m
Max. 160 m
Superficie 212 460 ha = 2 124,60 km2 [2]
· dont terre 1 699,9 km2 (80,01 %)
· dont eau 424,70 km2 (19,99 %)
Rang superficie (39e / 336)
Rang population (18e / 336)
Histoire
Province historique Savonie
Province Finlande orientale
Droits de Cité depuis 1838
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte topographique de Finlande
City locator 14.svg
Mikkeli
Géolocalisation sur la carte : Finlande
Voir sur la carte administrative de Finlande
City locator 14.svg
Mikkeli
Géolocalisation sur la carte : Savonie du Sud
Voir sur la carte administrative de Savonie du Sud
City locator 14.svg
Mikkeli
Liens
Site web http://www.mikkeli.fi
Carte interactive de Mikkeli

Mikkeli (en suédois Sankt Michel) est une ville finlandaise, capitale de la région de Savonie du Sud (Etelä-Savon maakunta) et de la province de Finlande orientale (Itä-Suomen lääni).

Géographie[modifier | modifier le code]

Mikkeli vue du Lac Savilahti

Le territoire de Mikkeli se situe en plein cœur de la région des lacs. On y compte environ 700 lacs et étangs. Mikkeli est entre le Réseau hydrographique du Kymijoki et le Réseau hydrographique de la Vuoksi. En conséquence, les lacs de l'est de la commune appartiennent au bassin de la Vuoksi et font pour certains partie du lac Saimaa au sens large (Luonteri, Kallavesi, Kangasjärvi, Karkialampi, Korpijärvi-Verijärvi, Kuolimo, Kyyvesi, Louhivesi, Paljavesi, Ukonvesi, Yövesi...), ceux de l'ouest comme le Puulavesi font partie du bassin du Kymijoki. Au nord, la ville s'étend jusqu'au Kyyvesi, qui sécoule dans le Puulavesi.

La municipalité est bordée par les communes de Hirvensalmi, Juva, Kangasniemi, Mäntyharju, Pieksämäki, Puumala et Savitaipale.

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1980, l'évolution démographique de Mikkeli est la suivante[3],[1] :

Année 1980 1985 1990 1995 2000 2005
population 52 505 53 800 54 404 55 563 55 222 54 728
Année 2010 2015 2020
population 54 455 54 655 53 028

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Les différents quartiers de Mikkeli sont[4]:

Nom Numéro
Savilahti 1
Maunuksela 2
Kalevankangas 3
Kaukola 4
Nuijamies 5
Kirjala 6
Emola 7
Rokkala 8
Lähemäki 9
Tuppurala 10
Urpola 11
Kattilansilta 12
Pitkäjärvi 13
Lehmuskylä 14
Pursiala 15
Kenkäveronniemi 16
Tupala 17
Riutta 18
Peitsari 19
Nom Numéro
Tusku 20
Siekkilä 21
Karkialampi 23
Oravinmäki 24
Tuukkala 25
Launala 26
Laajalampi 27
Visulahti 28
Annila 29
Karila 30
Rantakylä 31
Vehkasilta 34
Tikkala 35
Otava 36
Anttola[5] 40
Haukivuori[6] 50
Ristiina[7] 60
Suomenniemi[6] 70
Metsä-Sairila[8] 81

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parc de l'église à Mikkeli

Les plus anciennes traces d'habitations sont de la culture de la céramique à peigne de l'âge de la pierre entre -4000 et -2000. On estime que les plus anciens lieux d'habitation ont été détruits par les crues de la Vuoksi[9].

Des fouilles archéologiques ont été réalisées entre autres sur les lieux d'habitations de l'âge de pierre de Tuukkala, Visulahti, Orijärvi et de Kenkävero. Les tumulus de l'âge de pierre sont ceux de Sairila, Otava, Vatila et d'Otrala.

Le plus ancien écrit mentionnant la région de Mikkeli est celui du traité de paix de Pähkinäsaari en 1323 qui transfère le contrôle de la Pogosta de Savilahti de Novgorod à la Suède[10]. Le nom de Mikkeli a été donné au XVIe siècle en mémoire de l'archange Michel. Mikael Agricola passe en tournée d'inspection à Savilahti en 1549.

Pendant la guerre des gourdins (fi) (1596-1597), on assassinera plus de 200 paysans à Kenkävero dans la paroisse de Mikkeli en 1597.

Pendant la guerre russo-suédoise (1788-1790) la bataille de Porrassalmi (fi) se déroulera en 1789 à quelques kilomètres de Mikkeli. Les troupes suédo-finlandaises y gagneront une bataille défensive face aux troupes russes plus puissantes.

À l'époque du grand-duché de Finlande associé à la Russie impériale (1809-1917), Sankt Michel était le chef-lieu du gouvernement du même nom. En 1838,Nicolas Ier de Russie donne les droits de ville à Mikkeli[11]. En 1831, le gouvernement de la province de Mikkeli est transféré de Heinola à Mikkeli.

Pendant la guerre civile finlandaise (1918), Mikkeli était l'une des places d'où les forces armées finlandaises, c'est-à-dire la garde blanche , dirigent les opérations[12].

Pendant la guerre d'Hiver puis la guerre de Continuation, Mannerheim y installa le quartier général de l'armée finlandaise.

En 2001, la ville de Mikkeli a fusionné avec les municipalités rurales de Mikkeli et d'Anttola. Au , les communes de Ristiina et Suomenniemi ont fusionné avec la ville de Mikkeli.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les plus grands employeurs industriels de Mikkeli sont actifs dans l'industrie graphique, l'industrie alimentaire, la transformation du bois et les textiles hospitaliers.

En 2020, les principales entreprises de Mikkeli par chiffre d'affaires sont [14]:

Société C.A.
Osuuskauppa Suur-Savo 369 M
Järvi-Suomen Energia Oy 100 M
XAMK 75 M
Suur-Savon Sähkö Oy 67 M
Lumme Energia Oy 66 M
Rejlers Finland Oy 52 M
Elvera Oy 51 M
Kaakon Viestintä Oy 44 M
Betset MB Oy / Mikkelin tehdas 37 M
FH Invest Oy 36 M

Transports[modifier | modifier le code]

Gare de Mikkeli
Gare routière de Mikkeli
Rue Maaherrankatu.
Rue Hallituskatu.

Il n'y a plus de ligne aérienne desservant Mikkeli depuis octobre 2005.

Cependant, la ville se situe sur une des branches du chemin de fer de Savonie, et la gare de Mikkeli est donc bien desservie par le rail (h 15 d'Helsinki, h 40 de Kuopio). Sans changer de train, on peut se rendre de Mikkeli à Helsinki via Kouvola et Lahti, et de Mikkeli jusqu'à Rovaniemi via Kajaani et Oulu.

Mikkeli est avant tout un nœud routier important, passage quasiment obligé pour gagner l'est de la Finlande depuis Helsinki. La nationale 5 vient d'Helsinki via Lahti et Heinola et continue vers Kuopio, la nationale 13 relie la ville à Lappeenranta et à la Russie par le poste frontière de Nuijamaa, enfin la nationale 15 vient de Kouvola. Mikkeli est aussi traversé par la kantatie 62 et la kantatie 72.

Distances avec les villes principales :

Politique[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Partage des sièges aux élections municipales
Année Sièges Voix
SDP Kok. LKP Kesk. SKDL
Vas.
SKL
KD
SMP
PS
Vih. autres
1976 16 13 6 3 3 2 -- -- 74,9 %
1980 17 15 3 3 3 2 -- 74,5 %
1984 20 19 6 2 2 2 68,4 %
1988 18 19 1 6 2 2 1 2 62,8 %
1992 19 15 -- 6 1 2 1 7 64,3 %
1996 18 16 7 1 2 1 6 -- 55,1 %
2000 18 15 17 1 2 -- 6 52,5 %
2004 21 15 16 1 2 -- 4 56,6 %
2008 18 17 14 -- 2 3 5 -- 62,6 %
2012 15 14 16 -- 3 7 4 -- 58,7 %
2017 14 11 14 3 3 6 54,8 %
2017 11 11 12 2 9 5 51,6 %
Sources : Tilastokeskus[15], Oikeusministeriö[16]

Jusqu'aux élections municipales de 2008 le conseil municipal de Mikkeli est composé de 80 élus. Le président du conseil municipal est Olli Nepponen (kokoomus).

Le partage des voix est:

Le président de la direction municipale est Arto Seppälä (SDP).

La direction municipale a 13 membres:

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelages et partenariats de Mikkeli.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats de Mikkeli.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePays
Borås kommunvapen - Riksarkivet Sverige-vector.svgBorås[17]Flag of Sweden.svgSuède
Flag of Békéscsaba.svgBékéscsaba[17]Flag of Hungary.svgHongrie
Flagge Kreis Ostholstein.svgHolstein-de-l'Est[17]Flag of Germany.svgAllemagne
Flag of Luga.pngLouga[17]Flag of Russia.svgRussie
Molde komm.svgMolde[17]Flag of Norway.svgNorvège
Flag of Mõisaküla.svgMõisaküla City (d)[17]Flag of Estonia.svgEstonie
Flag of Saint Petersburg.svgSaint-PétersbourgFlag of Russia.svgRussie
Coat of arms of Vejle.svgVejle[17]Flag of Denmark.svgDanemark

Sport[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fi) « Suomen asukasluvut kuukausittain – Kunnittain aakkosjärjestyksessä », Väestörekisterikeskus, (consulté le )
  2. (fi) « Superficie par municipalité au 1er janvier 2011 », Maanmittauslaitos (consulté le )
  3. (fi) « Väestö kielen mukaan sekä ulkomaan kansalaisten määrä ja maa-pinta-ala alueittain 1980 - 2012 », Tilastokeskus, (consulté le ) (au périmètre du 1er janvier 2013)
  4. (fi) « Service cartographique de Mikkeli », Ville de Mikkeli (consulté le )
  5. https://www.jokapaikka.fi/talo/Rantatie+10+52100+Mikkeli
  6. a et b http://www.mikkeli.fi/sites/mikkeli.fi/files/atoms/files/tonttihinnoittelu.pdf
  7. http://www.mikkeli.fi/sites/mikkeli.fi/files/atoms/files/oas.pdf
  8. http://mikkeli.cloudnc.fi/fi-FI/Toimielimet/Kaupunginhallitus/Kokous_1332017/Mikkelin_kaupungin_81_kaupunginosan_Mets(3506)
  9. (fi) Heikki Myyryläinen, « Kivikautiset löydöt », Mikkeli.fi, Mikkeli-seura, (consulté le )
  10. (en) Jukka Korpela, The World of Ladoga : Society, Trade, Transformation and State Building in the Eastern Fennoscandian Boreal Forest Zone C. 1000-1555, Münster, Lit Verlag, , 400 p. (ISBN 978-3-8258-1633-9, lire en ligne)
  11. (en) Thomas Hall, Planning and Urban Growth in Nordic Countries (Planning, History and Environment Series), Routledge, , 256 p. (ISBN 978-0-203-45130-4)
  12. (en) Anthony F. Upton, The Finnish Revolution : 1917-1918, University of Minnesota Press, , 608 p. (ISBN 978-1-4529-1239-4)
  13. La cathédrale de Mikkeli est l'une des neuf cathédrales luthériennes de Finlande.
  14. (fi) « Mikkeli, Suurimmat », sur finder.fi (consulté le )
  15. (fi)Banque de données PX-Web du Tilastokeskus:Municipales 1976-2012 (Tilastokeskus 2012)
  16. (fi)Municipales 1996 (Oikeusministeriö 1997) Municipales 2000 (Oikeusministeriö 2000); Municipales 2004 (Oikeusministeriö 2004); Municipales 2008 (Oikeusministeriö 30.10.2008); Municipales 2012 (Oikeusministeriö 1.11.2012)
  17. a b c d e f et g « Mikkelin ystävyyskaupungit ja -kunnat » (consulté le )