Mikhaïl Guerdjikov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mikhaïl Guerdjikov
Mikhaïl Guerdjikov en 1903.
Mikhaïl Guerdjikov en 1903.

Surnom Michel
Naissance
Plovdiv, Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Décès (à 70 ans)
Sofia, Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Allégeance Flag of IMRO.svg Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne
Cause défendue Anarchisme
Années de service 18931947

Mikhaïl Guerdjikov (en bulgare : Михаил Герджиков), né le à Plovdiv (Empire ottoman) et mort le à Sofia (Bulgarie), est un révolutionnaire et anarchiste bulgare.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le à Plovdiv, alors dans l'Empire ottoman. Il étudie à l'université française de Plovdiv, où il reçoit le surnom de Michel. En 1893, il commence en tant qu'étudiant ses activités révolutionnaires comme chef du comité révolutionnaire secret macédonien (CRSM)[1]. Plus tard, Mikhaïl Guerdjikov étudie en Suisse, à Lausanne et Genève, où il établit des liens étroits avec l'immigration révolutionnaire et crée ce que l'on appelle à l'époque le groupe de Genève, une extension du CRSM.

Sous une forte influence anarchiste, Mikhaïl Guerdjikov rejette le nationalisme des minorités ethniques dans l'Empire ottoman, en favorisant des alliances avec les musulmans ordinaires contre le sultanat et le projet d'une Fédération balkanique. En 1899, il revient dans les Balkans et travaille comme enseignant à Bitola. Il devient membre de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne et un ami proche de Gotsé Deltchev. Il est le cerveau et leader du soulèvement paysan de l'insurrection d'Ilinden–Préobrajénié en juillet 1903. Il réussit à établir la Commune de Strandja[2]. En 1919, la Fédération des anarchistes communistes de Bulgarie (FACB) est fondée lors d'un congrès ouvert par Mikhaïl Guerdjikov. En 1925, il est parmi les fondateurs de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (unie) à Vienne.

Mikhaïl Guerdjikov investit de grands espoirs dans le nouveau système socialiste après 1944, mais est rapidement déçu par le régime nouvellement créé. Il meurt le à Sofia (Bulgarie).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lucien van der Walt et Michael Schmidt, Black flame : the revolutionary class politics of anarchism and syndicalism, AK Press, (ISBN 1-904859-16-X), p. 317.
  2. Gr. Balkanski, Libération nationale et révolution sociale : À l'exemple de la révolution macédonienne, vol. 3, Édition du Groupe Fresnes Antony, coll. « Collection anarchiste », , 169 p., « L'insurrection de Préobrajénié – La commune de Strandja – Première commune libertaire en Bulgarie », p. 121-162.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :