Mike Ward

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mike Ward
Description de cette image, également commentée ci-après
Mike Ward en spectacle
Nom de naissance Michael John Ward
Surnom Mike Ward
Naissance (45 ans)
Québec, Canada
Nationalité Canadienne
Profession Humoriste
Autres activités Acteur Podcasteur Chroniqueur
Diplômé de École nationale de l'humour
Entourage Michel Grenier Jason Babin Daniel Grenier Guy Delisle Yan Theriault
Site internet http://www.mikeward.ca

Michael John Ward dit Mike Ward (né le à Québec) est un humoriste, scénariste, animateur de télévision et de podcast québécois ayant fait l'objet de plusieurs controverses en raison de son humour cru et inconvenant[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et début de carrière[modifier | modifier le code]

Originaire de Québec, Mike Ward se rend à Montréal afin de poursuivre des études en commerce à l'Université McGill. Après un semestre, Ward quitte l'université pour poursuivre sa carrière de stand-up. Il s'enrôle à l'École nationale de l'humour et obtient son diplôme en 1995[2].

Galas et émissions humoristiques[modifier | modifier le code]

En plus de se produire sur scène, Mike Ward participe à plusieurs productions télévisuelles comme auteur, animateur, collaborateur et comédien. En 1995 il collabore à l'émission Besoin d'amour diffusée sur TQS. En 1998 et 1999, Ward participe à la série télévisée Piment fort sur les ondes de TVA. En 2002, Ward recoit le prix Révélation du festival Juste pour rire pour le numéro À va revenir[3]. En 2003, il agit en tant que porte-parole du Festival d'humour d'Abitibi-Témiscamingue[4].

En début de carrière, Ward écrit pour de nombreux humoristes. Il est l'auteur du numéro Ode à la femme ordinaire pour l'humoriste Patrick Huard. En 1996, il collabore à l'écriture du premier spectacle solo de Peter MacLeod : Le monde selon MacLeod et écrit pour Les Grandes Gueules à CKMF-FM 94,3.En 1999 et 2000, il participe également à la rédaction des textes des Mecs comiques. Au cours de sa carrière Ward participe à l'écriture de numéros pour les humoristes Maxim Martin, Jean-Marc Parent et Anthony Kavanagh. Enfin, il participe à l'écriture du Gala des Oliviers en 2003.

Premier spectacle: Vulgaire[modifier | modifier le code]

On écrit à tort qu'Haïssable (2004) est le premier one-man show de Ward. C'est en effet plus tôt qu'il auto produit son premier spectacle Vulgaire avec son gérant Michel Grenier. En 2001, l'album du spectacle parait en magasin.

Testostérone et Musique Plus[modifier | modifier le code]

En 2003, Mike Ward participe à l'émission Testostérone sur les ondes de TQS. Par la suite, on peut voir Ward dans le Mike Ward Show et L'Gros Show, des séries diffusées sur le réseau MusiquePlus. En 2006, se place en première position au Top 5 anglo de MusiquePlus pour sa reprise de The Final Countdown du groupe Europe ce qui l'amène à être intronisé au Temple de la renommée de L'ultime combat des clips de la chaine. Cette année marque également la sortie du DVD de la première saison de L'Gros Show pour lequel on lui remet l'année suivante un DVD platine pour la vente de plus 15 000 copies[5]. En 2014, Ward anime Ce show.., toujours à Musique Plus. L'émission ne dure qu'une demi-saison, mais est repensée pour donner le Mike Ward Show, une émission de variété diffusée sur Télétoon la nuit[6].

Ward crée avec l'humoriste Patrick Groulx le duo Simon et Henri.

Deuxième spectacle: Haïssable[modifier | modifier le code]

En 2004, Ward présente le one-man show Haïssable mis en scène Par Patric Saucier. En 2006, on lui remet un billet d'or pour plus de 50 000 billets vendus. La captation devant public au Spectrum du spectacle fait l'objet du premier DVD de l'artiste qui comprend également un montage du Mike Ward Show[1].

Troisième spectacle: Mike Ward s'eXpose[modifier | modifier le code]

Pour son spectacle s'eXpose, Ward fait appel à Francois Avard pour la script édition[7]. L'un des numéros est inspiré d'un séjour en Afghanistan effectué par Ward afin de se produire en spectacle pour les militaires canadiens[7].

Quatrième spectacle: Chien[modifier | modifier le code]

Pour ce spectacle, Mike Ward assure l'entière écriture et script édition[8].

Cinquième spectacle: Noir[modifier | modifier le code]

En janvier 2019, Mike Ward lancera son prochain one-man show nommé Noir. Il abordera des sujets comme : le suicide, l'affaire Jérémi Gabriel, les transgenres, ...

Festival Just For Laugh et spectacle en anglais[modifier | modifier le code]

En 2008, Mike Ward fait équipe avec les humoristes Maxime Martin et Derek Séguin et présente le spectacle French Comedy Bastards au festival Just For Laugh[9]. Ward anime le Nasty Show du Festival Just For Laugh à 2 reprises. L'édition 2015 est présentée sur le réseau américain Showtime et dans une cinquantaine de cinémas au Canada[10]. En 2012, Ward présente son one-man-show en anglais Pedophile Jokes & Death Threats au Zoofest à travers de nombreux humoristes de la relève[11]. Ce spectacle représente une adaptation anglophone de s'eXpose[12].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Mike Ward fait l'objet de nombreuses controverses. En 1990, alors qu'il est en nomination au gala des Olivier, il monte sur scène et s'empare du trophée qui doit être décerné à Martin Matte, couronné humoriste de la relève.

En 2013, le Conseil canadien des normes de télévision (CRTC) rend une décision contre Musique Plus, pour avoir omis d'émettre des avertissements au retour des pauses publicitaires pour l'émission Cliptoman diffusée sur ses ondes et animée par Ward. Cette décision est rendue en raison d'une plainte logée par une téléspectatrice en raison du langage tenu par l'animateur[13]

Lors d'un gala Juste pour rire animé par l'humoriste Jean-Marc Parent, Ward fait une blague sur Revenu Québec impliquant Cédrika Provencher et provoque la controverse[9].

Activités caritatives[modifier | modifier le code]

En décembre 2012, Ward organise un spectacle bénéfice au profit de Rémy Couture, un maquilleur d'horreur accusé de corruption de mœurs après que la diffusion de certaines images très choquantes de son travail aient été jugées matériel obscène18,19. Un mois plus tard, Couture est acquitté20.

Depuis 2013, Ward organise annuellement un spectacle-bénéfice intitulé Mike Ward le Magnifique. D'abord, le spectacle est organisé afin d'aider Alain Gaudet, un homme atteint d'amyotrophie spinale type III, à se procurer un bras JACO[14]. Il aide au total 3 personnes à ce procurer ce bras robotisé fabriqué par l'entreprise québécoise Kinova[14]. Les années suivantes, les fonds sont recueillis afin de lui assurer le maintien de soins à domicile21. En 2015, Ward recoit le prix Antoine du ComedieHa!Fest pour son initiative[14].

En 2014, Ward participe à un échange artistique entre le Québec et Haïti. Il fait don de son cachet pour un spectacle à Port-au-Prince à la Maison des Anges, un orphelinat local[15]. Au cours de l'été 2018, Ward donne un second spectacle à Haïti dans le cadre du Lol fest Haïti accompagné d'artistes québécois, dont l'humoriste Rachid Badouri.

Affaire Jérémy Gabriel et nouvelle polémique[modifier | modifier le code]

En 2015, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse[16],[17] entame une poursuite judiciaire contre Mike Ward en raison de propos tenus par l'humoriste dans son spectacle Chien à l'égard du jeune chanteur Jérémy Gabriel atteint du Syndrome de Treacher Collins. L'humoriste est représenté l'avocat Julius Grey. Le 20 juillet 2016, le tribunal des droits de la personne condamne Mike Ward à verser 35 000$ à Jérémy Gabriel et 7 000$ à sa mère à titre de dommages moraux et punitifs [18]. Suite à cette décision Juste pour rire et Just for Laugh organisent une soirée bénéfice afin de soutenir Ward. Le spectacle bilingue tenu au Métropolis rassemble des humoristes de renommée internationale dont Rachid Badouri, Jimmy Carr, Ralphie May et Tom Green[19],[20]. Ward et son avocat déposent un appel estimant que les droits à la liberté d'expression et artistique méritent d'être débattues. Le 12 octobre 2016, la demande en appel est acceptée pour être revue par la Cour d'appel du Québec[21].

En 2016, un numéro qu'il doit exécuter avec Guy Nantel est censuré du gala des Oliviers par les avocats de radio-canada ce qui entraine les 2 humoristes à le boycotter[22],[3]. Au cours de la soirée, Ward recoit l'Olivier Série web de l'années. Un grand nombre d'humoristes montent alors sur scène, portant un masque avec une croix rouge sur la bouche, en signe de solidarité. Ward et Nantel captent une représentation du numéro au club le Bordel et le diffuse sur Youtube.

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

En avril 2008, Mike Ward donne ses premiers spectacles en territoires français à la Cité Internationale des Congrès de Nantes et au Zénith à Paris. L'année suivante, il a un franc succès au festival Paris fait sa comédie. En 2016, Ward lance un documentaire réalisé par Louis Delisle intitulé Mike Ward: le docu. Dans ce dernier, on peut suivre Ward et son entourage dans une mini-tournée improvisée qui les amènent en Suisse, en Espagne, en Allemagne, aux Pays-Bas et en France[23].

En 2016, Ward présente le spectacle Freedom of Speech isn't Free traitant de la liberté d'expression au Gilded Balloon dans le cadre du Edinburgh Festival Fringe[24]. La même année, Ward donne quelques représentations de son spectacle en Chine[25].

Ward confie lors d'un podcast qu'après l'affaire Jérémy Gabriel, il craint les représailles juridiques au Canada en raison du caractère choquant de son stand-up et se tourne vers les États-Unis. Il fréquente régulièrement le Stand à New York et participe à l'enregistrement de podcasts animés par des humoristes américains, dont WTF avec Marc Maron, le Anthony Cumia Show, le Artie Quitter Podcast avec Artie Lange et le podcast du Comedy Cellar[26].

Club le Bordel et podcasting[modifier | modifier le code]

Le 10 avril 2015, les humoristes Francois Bellefeuille, Laurent Paquin, Louis-José Houde, Charles Deschamps et Mike Ward ouvrent Le Bordel, un comédie club se trouvant dans les locaux d'un ancien bordel sur la rue Ontario à Montréal. Le club de 120 places offre une formule de spectacle promettant une soirée ou 5 humoristes se succédant pour offrir un spectacle d'une heure et demi, mais dont le nom n'est pas dévoilé à l'avance. En 2015, Ward lance le podcast Mike Ward Sous Écoute, une nouvelle formule du podcast du même nom diffusé en 2011 et alors enregistré sur Skype[27]. La nouvelle formule de Sous Écoute est enregistré devant le public du Bordel comédie club. Chaque épisode hebdomadaire récole environ 60 000 vues sur Youtube et 12 000 écoutes sur iTunes[27].

En 2016, Mike Ward lance le podcast anglophone Mike Ward is Full of Crap pour lequel il enregistre vingt-quatre épisodes. La même année, Ward devient le premier Québécois à recevoir le prix Comedic Artist of the Year au Canadian Comedy Awards. Dans les années passées, ce prix est notamment remporté par Seth Rogen, Mike Myers et Russell Peters[28].

En 2018, Ward lance 2 Drink Minimum, un nouveau podcast en anglais co-animé avec l'humoriste montréalais Pantelis et diffusé sur la chaine numérique privée Compound Media[29].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mike Ward vit à Longueuil. Il est diabétique, végétarien et est marié à Mary-Chantal avec qui il est en couple depuis 1998[30].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2004: Les meilleurs moments.Testostérone. Spécial Mike Ward
  • 2006: L'Gros show 1
  • 2009: Haïssable
  • 2013: Mike Ward s'eXpose

Albums[modifier | modifier le code]

  • 2001: Vulgaire
  • 2016: Pedophile Jokes & Death Threats

Radio et Podcast[modifier | modifier le code]

  • 1996: Les grandes gueules: auteur
  • 2002: La gang de malades
  • 2001: Full metal Boilard: chroniqueur
  • 2001- 2002: Midi Mecs comiques: chroniqueur
  • 2004 - 2005: Les grandes gueules: remplacement
  • 2015-Auj.: Mike Ward sous écoute
  • 2015-2017: Éric et les Fantastiques: chroniqueur
  • 2016: Mike Ward is Full of Crap
  • 2018: 2 Drink Minimum[29]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

  • 2002: Nez d'or Découverte (Grand Rire de Québec)
  • 2002: Victor Révélation (Festival Juste pour rire)
  • 2002: Révélation Grand rire bleue
  • 2003: Nomination Spectacle de l'Année: Humour à l'ADISQ
  • 2004: Billet d'argent pour 25 000 billets vendus
  • 2005: Olivier Performance scénique de l'année
  • 2005: Nomination Spectacle de l'Année Humour à l'ADISQ
  • 2006: Billet d'or pour 50 000 billets vendus
  • 2006: Gémeaux Meilleure interprétation: Humour
  • 2006: DVD d'or pour plus de 7500 DVD vendus
  • 2012: Victor Numéro de l'année (Festival Juste pour rire)
  • 2015: Antoine (ComediHa!Fest!)
  • 2016: Canadian Comedy Award for Comedic Artist of the Year
  • 2016: Oliver Meilleure série web et Humoriste de l'année
  • 2017: Olivier Meilleur podcast

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christian St-Pierre, « Mike Ward : Mike Ward – Haïssable », Voir,‎ (lire en ligne)
  2. « Mike Ward », sur École nationale de l'humour (consulté le 1er août 2018)
  3. a et b Julie Barlow, « La double vie de Mike Ward », L'Actualité,‎ (lire en ligne)
  4. « Le Festival d'Humour de l'Abitibi-Témiscamingue fête ses 20 ans », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  5. Véronique Demers, « Mike Ward plus mordant que jamais! », sur Québec Hebdo, (consulté le 28 juillet 2016).
  6. « Mike Ward, nouvelle vedette de Télétoon la nuit », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  7. a et b « Mike Ward : bon show du bouffon libertaire | Éric Clément | Humour et variétés », La Presse,‎ (lire en ligne)
  8. « Mike Ward - Chien - Enspectacle », sur Enspectacle (consulté le 26 juillet 2018)
  9. a et b (en-US) « Just for Laughs 2012: Review of Mike Ward – "Pedophile Jokes and Death Threats" (Zoofest) », Montreal Gazette,‎ (lire en ligne)
  10. « ComediHA! et Mike Ward au «Fringe» d’Édimbourg | Mike Ward », Mike Ward,‎ (lire en ligne)
  11. Raphaël Gendron-Martin, « La crème de la relève en humour... et autres » (consulté le 26 juillet 2018)
  12. Wysocka, Natalia, « Mike Ward s'eXpose en anglais », Journal Metro,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  13. Marc-André Lemieux, « MusiquePlus blâmé pour des blagues de Mike Ward », Le Journal de Montréal, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  14. a b et c « Mike Ward remporte le prix «Antoine» au ComediHa! Fest | Hollywoodpq.com », Hollywoodpq.com,‎ (lire en ligne)
  15. Marlie Beaudin, « Mike Ward fait un don généreux à un orphelinat à Haïti », Le Journal de Montréal, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  16. « Procès de Mike Ward: la mère de Jérémy Gabriel dénonce ses propos « dévastateurs » », sur Ici Radio-Canada, (consulté le 27 juillet 2016)
  17. « Numéro de Mike Ward : Jérémy Gabriel affirme avoir vécu un enfer », sur Ici Radio-Canada, (consulté le 27 juillet 2016)
  18. « Le Tribunal des droits de la personne condamne Mike Ward à dédommager Jérémy Gabriel » (consulté le 25 juillet 2018)
  19. « Un spectacle bilingue en soutien à Mike Ward | HUGO PILON-LAROSE, FRÉDÉRIC MURPHY | Juste pour rire », La Presse,‎ (lire en ligne)
  20. « Juste pour rire appuie Mike Ward », TVA Nouvelles, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  21. Zone Arts - ICI.Radio-Canada.ca, « L’humoriste Mike Ward pourra porter sa cause en appel », sur Radio-Canada.ca (consulté le 26 juillet 2018)
  22. Raphaël Gendron-Martin, « Guy Nantel et Mike Ward en colère contre Les Olivier », Le Journal de Montréal, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  23. « «Mike Ward Le Docu»: dans les coulisses de la vie de l'humoriste (VIDÉO) », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  24. (en-GB) « Mike Ward: Freedom of Speech Isn't Free », Edinburgh Festival,‎ (lire en ligne)
  25. Lysandre Dolbec, « Mike Ward est une superstar en Chine! », En vedette,‎ (lire en ligne)
  26. Sous Écoute, « MIKE WARD SOUS ÉCOUTE #44 (Pierre Hébert et Martin Vachon) », (consulté le 25 juillet 2018)
  27. a et b « Comment Mike Ward est-il devenu le confesseur des comiques? », sur Le Devoir (consulté le 28 juillet 2018)
  28. « Mike Ward, premier Québécois à gagner le prix Comedic Artist of the Year au Canadian Comedy Awards », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  29. a et b (en-US) « Brownstein at Just for Laughs: Is political correctness killing comedy? », Montreal Gazette,‎ (lire en ligne)
  30. Raphaël Gendron-Martin, « Végétarien et complexé par son poids », Le Journal de Montréal, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  31. « «Mike Ward Le Docu»: dans les coulisses de la vie de l'humoriste (VIDÉO) », HuffPost Québec,‎ (lire en ligne)
  32. (en-US) « In Review: The Comedian's Guide To Survival | The East », The East,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]