Mihailo Milovanović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
image illustrant un peintre image illustrant serbe image illustrant un sculpteur
image illustrant serbe image illustrant un écrivain image illustrant serbe
Cet article est une ébauche concernant un peintre serbe, un sculpteur serbe et un écrivain serbe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Mihailo Milovanović (en serbe cyrillique : Михаило Миловановић ; né le à Gostinica – mort le à Užice) était un peintre, un sculpteur et un écrivain serbe. Il fut un des fondateurs de l'Association des peintres de Serbie (Udruženja likovnih umetnika Srbije). Pendant la Première Guerre mondiale, il fut le peintre de guerre du Haut Commandement de l'armée du Royaume de Serbie et, à ce titre, il réalisa les portraits des voïvodes Radomir Putnik, Živojin Mišić, Stepa Stepanović et Petar Bojović, ainsi que ceux du général Pavle Jurišić Šturm, du roi Pierre Ier de Serbie et du régent Aleksandre Karađorđević. Il est considéré comme l'un des plus grands peintre serbe de la première moitié du XXe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Mihailo Milovanović suivit les cours de l'école fondée à Munich par Anton Ažbe puis, en 1905, il s'inscrivit à l'Académie des Beaux-Arts de la ville, où il étudia sous la direction de Ludwig von Herterich puis dans la classe de Hugo von Habermann, un peintre renommé pour ses portraits. Milovanović sortit diplôme de cette Académie en 1909.

En 1912, Milovanović rentra en Serbie au moment de la Première Guerre balkanique, pour s'engager dans l'armée en tant que volontaire. Au début de la Première Guerre mondiale, il se trouvait à Prague où il fut arrêté ; il réussit à s'évader de prison et, à travers l'Allemagne, la Pologne et l'Ukraine, il rejoignit la mer Noire et la Roumanie d'où il put rejoindre la Division de la Drina ; en 1915, il participa à la difficile retraite de l'armée du Royaume de Serbie à travers l'Albanie.

Après la guerre, il construisit les monuments de Hadži Melentije et de l'archimandrite du monastère de Rača, celui de Kosta Todorović à Srebrenica (détruit par les Oustachis pendant la Seconde Guerre mondiale), celui des soldats serbes à Mladenovac, le monument des soldats de la Division de la Drina morts au combat lors de la Première Guerre mondiale à Corfou ou encore l'iconostase en marbre de l'église orthodoxe serbe de Mladenovac (1926-1929).

Dans l'entre-deux-guerres, plusieurs expositions consacrées aux peintures de Mihailo Milovanović ont été organisées, dont celle de 1938 au Pavillon des arts Cvijeta Zuzorić de Belgrade, qui, selon la chronique, fut la plus visitée de toutes celles patronnées par le pavillon.

Mihailo Milovanović fut tué à Užice fin novembre 1941, par des Partisans communistes qui l'auraient pris pour un espion anglais. Après la Seconde Guerre mondiale et au temps de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, il fut complètement occulté, son nom n'apparaissant même pas dans les encyclopédies consacrées à l'art. Mihailo Milovanović avait également écrit un roman intitulé Lendina vodenica (Le Moulin de Lendina), qui fut imprimé plus d'un demi siècle après sa mort.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le Musée national d'Užice abrite une donation rassemblant des documents et des œuvres autour du peintre Mihailo Milovanović[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mihailo Milovanović était décoré de l'Ordre de la Mémoire albanaise, de l'Ordre royal de Saint-Sava et de l'Ordre de la Couronne yougoslave.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (sr) Branko Pejović, « Zadah nebrige za spomenik kulture », sur http://www.politika.rs, Politika,‎ (consulté le 11 juin 2011)
  2. (sr) « Legat Mihailo Milovanović », sur http://nmuzice.com, Site du Musée d'Užice (consulté le 13 mai 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]