Miguel Chevalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevalier.
Miguel Chevalier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
MexicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web

Miguel Chevalier (né le 22 avril 1959 au Mexique) est un artiste français de l'art numérique et virtuel. Depuis 1978, Miguel Chevalier utilise l’informatique comme moyen d’expression dans le champ des arts plastiques. Il s’est imposé internationalement comme l’un des pionniers de l’art virtuel et du numérique.

Son œuvre, expérimentale et pluridisciplinaire, prend ses sources dans l’histoire de l’art dont il reformule les données essentielles. Son travail aborde la question de l’immatérialité dans l’art, ainsi que les logiques induites par l’ordinateur, tels que l’hybridation, la générativité, l’interactivité, la mise en réseau. Il développe différentes thématiques, telles que la relation entre nature et artifice, l’observation des flux et des réseaux qui organisent nos sociétés contemporaines, l'imaginaire de l'architecture et des villes virtuelles. Les images qu'ils nous livrent interrogent perpétuellement notre relation au monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Miguel Chevalier passe son enfance au Mexique où son père, qui est un universitaire, travaille sur une thèse concernant l'histoire de l'Amérique latine. L'environnement culturel et artistique dans lequel il grandit favorise l'émergence d'un intérêt précoce pour l'art chez le jeune homme. Parmi les visiteurs réguliers de la maison familiale figuraient en fait le muraliste Alfred Siqueiros, le réalisateur Luis Buñuel et l'architecte Luis Barragán, dont l'usage violent de la couleur influencera considérablement l'artiste. Durant son adolescence il suit ses parents à Madrid, où son père avait repris la direction de la Casa de Vélazquez, un centre de recherche et d'études bien connu. Au musée du Prado Miguel Chevalier a l'occasion de découvrir l'œuvre de Goya. Il débarque ensuite à Paris, dont la richesse culturelle et les extraordinaires expositions d'art (dont celle sur Marcel Duchamp en 1977 et les légendaires Paris-New York, Paris-Moscou et Paris-Berlin au Centre Georges Pompidou) le frappent comme une révélation[1]. C'est ici qu'en 1981 Miguel Chevalier obtient le diplôme de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Deux ans après il est licencié en art et archéologie à l'Université de Paris La Sorbonne, ainsi que diplômé de l'École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs et licencié en art plastique de l'Université de Paris Saint-Charles. L'achèvement de sa formation comprend également quelques séjours à l'étranger, parmi lesquels celui au Pratt Institute et à la School of Visual Arts de New York, grâce à la Bourse Lavoisier du ministère des Affaires étrangères en 1984, et le séjour de deux ans à la Villa Kujoyama de Kyoto, Japon, de 1993 à 1994, qui s'avère fondamental. Aux États-Unis, l'artiste français peut enfin accéder aux premiers logiciels de dessin assisté par ordinateur[1] et prend conscience de la révolution informatique imminente dans l'approche artistique à la peinture, la photographie et la vidéo. Le séjour au Japon contribue à intensifier sa relation privilégiée avec la nature, déjà vécue comme omniprésente et luxuriante en Amérique latine, perçue dans les jardins zen de Kyoto comme un royaume d'artifice où tout est contrôlé en détail[1].

Travail artistique[modifier | modifier le code]

Premières œuvres[modifier | modifier le code]

Autres Natures[modifier | modifier le code]

Les différentes créations "Sur-Natures", "Fractal Flowers" ou "Seconde Nature", que l'on peut regrouper sous le terme « Autres Natures » ont comme point de départ l’observation du monde végétal et sa transposition dans l’univers numérique. Le processus de croissance des graines, qui s'épanouissent puis meurent, est régi par un programme informatique qui leur permettent de se renouveler en permanence.

"Seconde Nature 2010" est une création permanente réalisée en collaboration avec l'architecte-designer Charles Bové, pour la Place d'Arvieux à Marseille. Cette œuvre allie le réel et le virtuel. Elle est constituée d'une sculpture de 18 m de haut de couleur orange qui nous rappelle la forme des coquillages. À la tombée de la nuit, un jardin virtuel génératif monumentale de 28 m x 14 m, est projeté sur la façade du bâtiment. Ce jardin est inspiré de la flore méditerranéenne et évolue selon les saisons. Ces plantes virtuelles sont autonomes, naissent aléatoirement, s'épanouissent et meurent en permanence. Ce jardin virtuel est interactif. Au passage des visiteurs au pied de la sculpture, les plantes se courbent, tournent sur elles-mêmes.

Flux & Networks[modifier | modifier le code]

Pixels Liquides[modifier | modifier le code]

De la peinture virtuelle coule en permanence. Le déplacement du spectateur crée une traînée de couleur qui se mélange avec la «peinture lumière », avant de s’effacer lentement.

La Vague des Pixels[modifier | modifier le code]

Ces créations sont une vague composée de différents « tableaux graphiques multicolores » faisant référence à l'univers numérique.

Digital City[modifier | modifier le code]

L'artiste a la faculté de construire un imaginaire et d'influer sur les événements en changeant un espace.

Digital Arabesques[modifier | modifier le code]

Ces créations revisitent la tradition de l’art islamique et notamment les arabesques par le biais des nouvelles technologies. Des arabesques géantes fractales sont générées à l’infini grâce à un logiciel inédit.

Expositions personnelles (Sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2018 D'un rêve à l'autre, Domaine de Trévarez, Saint-Goazec (FRA)
  • 2018 Power Pixels, Galerie par Graf Notaires, Paris (FRA)
  • 2018 Magic Carpets Bangkok, Bangkok Illumination at ICONSIAM, Bangkok (THA)
  • 2018 Digital Icônes, Chapelle Saint-Nicolas, Grand festival, Verdun (FRA)
  • 2018 Digital Abysses, Base sous-marine, Bordeaux (FRA)
  • 2018 Ubiquity 1, The Mayor Gallery, Londres (Royaume-Uni)
  • 2018 Ubiquity 2, Wilmotte Gallery, Londres (Royaume-Uni)
  • 2017 Flower Power, Festival Aarhus, Bispetorv, Aarhus (DNK)Galerie Lélia Mordoch, Paris (FRA)
  • 2017 In-Out/Paradis Artificiels, Domaine de Chaumont-sur-Loire (FRA)Galerie Lélia Mordoch, Paris (FRA)
  • 2017 Fractal Flowers, façade de l'Hôtel de Ville, Ivry-sur-Seine (FRA)Galerie Lélia Mordoch, Paris (FRA)
  • 2016 Power Pixels, Galerie Lélia Mordoch, Paris (FRA)
  • 2016 Voûtes Célestes, Nuit Blanche, Saint-Eustache, Paris (FRA)
  • 2016 Onde Pixel - Lo sguardo di... Miguel Chevalier, UniCredit Pavilion, Milan (ITA)
  • 2016 Magic Carpets, IF: Milton Keynes International Festival 2016, Middleton Hall; centre:mk, Milton Keynes (Royaume-Uni)
  • 2015 Voxels Light, Église Saint-Eustache, Paris (FRA)
  • 2015 Complex Meshes, Festival Lumière, Cathédrale de Durham, Durham (Royaume-Uni)
  • 2015 Dear World... Yours, Cambridge, King's College Chapel, Cambridge (Royaume-Uni)
  • 2015 Méta-Territoires, Galerie Fernand Léger, Ivry-sur-Seine (FRA)
  • 2015 Vortex, Galerie Lélia Mordoch, Paris (FRA)
  • 2015 Paradis Artificiels, Domaine départemental de la Roche Jagu, Ploëzal (FRA)
  • 2015 Instituts français au Maroc: Derb Lâalouj à Essaouira; Dar Benjelloun à Tétouan; jardin de l'Institut français à Agadir; Dar Batha à Fès (MAR)
  • 2014 Digital Paradise, Galerie Puerta Roja, Hong Kong (CN)
  • 2014 Magic Carpets, Festival Internazionale di Andria Castel dei Mondi, Castel del Monte, Andria (ITA)
  • 2014 Paradis Artificiels, Musée d'art moderne, Céret (FRA)
  • 2013 El Origen del mundo, Filux, Festival Internacional de las Luces México, Palacio de Bellas Artes, México (MEX)
  • 2013 Power Pixels, Centre des Arts, Enghien-les-Bains (FRA)
  • 2013 Fractal Flowers, Château de la Cité de Carcassonne (FRA)
  • 2013 Power Pixels, Wood Street Galleries, Pittsburgh (États-Unis)
  • 2012 Power Pixels, Festival a-part, Carrières de Lumières, Baux-de-Provence (FRA)c
  • 2012 Nuage Fractal, Château de Dravert, La Guiche (FRA)
  • 2010 Terra Incognita, Mis (musée de l'image et du son), Sao Paulo (BRE)
  • 2009 Fractal Flowers 2009, station de métro Galeria, Brasilia (BRE)
  • 2006 Arabesques numériques 2006, Palais Ksar Char Bagh, Marrakech (MAR)
  • 2004 Ultra-Nature, métro Central Station, Astrup Fearnley Museum of Modern Art, Oslo (NOR)
  • 1996 Oro negro, Museo de arte Alvar y Carmen T. de Carrillo Gil, Mexico (MEX)
  • 1987 Baroque & Classique, Granit Centre d'art contemporain, Belfort (FRA)

Expositions de groupe (Sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2015 2050 - Une brève histoire de l'avenir, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles (BEL)
  • 2015 Bonjour la France, Seongnam Arts Center, Seongnam (KOR)
  • 2014 Digital Arabesques, Al Majaz waterfront, Islamic Art Festival, Sharjah (E.A.U)
  • 2014 Metamorphosis of the Virtual, K11 Art Foundation, Shanghai (CHN)
  • 2014 L'Origine du Monde, façade du Grand Palais, Art Paris Art Fair, Paris (FRA). Courtesy Louise Alexander Gallery
  • 2013 Les Métamorphoses du Virtuel, 100 ans d’art et de liberté, Officina delle Zattere, Venise (ITA)
  • 2013 Retrospective Auguste Herbin, Musée d'art moderne, Céret (FRA)
  • 2013 Turbulences II, Fondation Boghossian – Villa Empain, Bruxelles (BEL)
  • 2012 Retrospective Auguste Herbin, Musée départemental Matisse, Le Cateau Cambrésis (FRA)
  • 2012 Mouvement et lumière, Villa Datris, L'Isle-sur-la-Sorgue (FRA)
  • 2012 Turbulences, Espace culturel Louis Vuitton, Paris (FRA)
  • 2012 Picasso to Koons: Artist as Jeweler (cat.), Benaki Museum, Athènes (GRC)
  • 2011 Festival La Novela, Musée des Abattoirs, Toulouse (FRA)
  • 2010 Manimal, Musée d'art contemporain d'Herzliya, Herzliya (IL)
  • 2009 Inside, art and science, Cordoaria, Lisbonne (POR)
  • 2009 Dialogue avec les collections #2 - paysage/vidéo, Musée d'Art de Toulon (FRA)
  • 2008 Ultra-Natures, Emoção Art.ficial 4.0, Station de Métro Paraiso, Centro Cultural Itaú, São Paulo (BRA)
  • 2007 Ultra-Nature, Glow Festival : forum of light in art and architecture, Eindhoven (NLD)
  • 2006 Art and playing, Funsters, Seoul Arts Center, Séoul (KOR)
  • 2005 Digital Paradise, Daejeon Museum of Art Gallery, Daejeon (KOR)
  • 2003 Space Art, Festival Art Outsiders, Maison Européenne de la Photographie, Paris (FRA)
  • 2000 Kwangju International Biennale (KOR)
  • 1999 Virtuel Réel, Espace Paul Ricard, Paris (FRA)
  • 1997 Magie der zahl, Staatsgalerie, Stuttgart (GER)
  • 1996 La Ville moderne en Europe, Museum of contemporary art, Tokyo (JPN)
  • 1996 La Ville, Centre Georges Pompidou, Paris (FRA)
  • 1993 Excess in the techno-mediacratic society, Shoshana Wayne Gallery, Santa Monica (États-Unis)
  • 1992 Variaciones en Gris, Centro Cultural de la Villa, Madrid (SPA)
  • 1990 Art & publicité 1890-1990, Centre Georges Pompidou, Paris (FRA)
  • 1988 Ateliers 88, ARC, Musée d’art moderne de la Ville, Paris (FRA)

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

  • 2017 Pixels Wave Light, Forum des Halles, Paris (FRA)
  • 2015 Les Métamorphoses, Les Fauvettes Cinéma, Paris (FRA), Architect: Françoise Raynaud/Loci Anima
  • 2012 Pixels Crossing, Forum des Halles, Paris (FRA)
  • 2011 Pixels Op'Art, façade d'un édifice, Colmar (FRA)
  • 2010 Seconde Nature, place d'Arvieux, Marseille (FRA), avec Charles Bové
  • 2008 Fractal Flowers, Bank of Cheonggyecheon River, Séoul (KOR)
  • 2007 Pixels Crossing, Hôpital Trousseau, Paris (FRA), Architectes: Agence Grimaud & Israël
  • 2006 Mosaïque Unicef, Hall of the Head Office of the the UNICEF, NYC (USA)
  • 2000 Living Networks, Palais de Congrès, Paris (FRA), Architecte: Christian de Portzamparc

Miguel Chevalier dans les Musées[modifier | modifier le code]

  • Museo internacional de electrografia, Cuenca (ESP)
  • Museo de arte Alvar y Carmen T. de Carrillo Gil, Mexico (MEX)
  • Royal Caribbean Cruce line, Miami (États-Unis)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Miguel Chevalier, Bernard Chauveau Édition, Paris, 2018
  • Miguel Chevalier, 1-Bit Book: l'imaginaire des mondes virtuels 2012-2015, Galerie Lélia Mordoch, Paris/Miami, 2015
  • Serge Fauchereau et David Rosenberg, Power Pixels, Enghien-les-Bains, Centre des arts, 2013
  • Miguel Chevalier, L’Algorithme pixelisé, collection "L'art en écrit", éditions Jannink, Paris, 2003
  • Serge Fauchereau et Vincent Huguet, Power Pixels, Rio de Janeiro, Aeroplano editora, 2011
  • Christine Buci-Glucksmann, Seconde Nature/Marseille 2010, Miguel Chevalier et Charles Bové, Paris, a.p.r.e.s. éditions, 2011 (ISBN 978-2-95288-975-9)
  • Miguel Matos, Power Pixels, Lisboa, Antonio Prates, 2010
  • Suzete Venturelli, Segunda Natureza, Brasilia, Espaço Marcantônio Vilaça, 2009
  • Jean-Pierre Balpe et Miguel Chevalier, Herbarius 2059 - 12 graines, Paris, 2009 (ISBN 978-2-84940-059-3)
  • Cemren Altan et Pierre Yves Desaive, Fractal Flowers 2009, Bruxelles, iMal, 2009
  • Mario Costa, Edmond Couchot, Gunnar B. Kvaran, Ariella Masboungi et Mohamed Rachdi, Miguel Chevalier, 2000/2008, Blou, Monografik Editions, 2008 (ISBN 978-2-916545-76-9)
  • Henri-François Debailleux, Seconde nature, Trelazé, Ed. Mairie de Trelazé, 2007
  • Manuela de Barros, Arabesques Numériques, Marrakech, Ed. Institut Français de Marrakech, 2005
  • Françoise Gaillard, Paradis artificiels, Vitry sur Seine, Ed. Galerie Municipale de Vitry-sur-Seine, 2004
  • Norbert Hillaire, Autres Natures, Montreuil, Ed. Centre d’Art Modene Espace Mira Phalaina, 2001
  • Pierre Restany, Laurence Bertrand-Dorléac et Patrick Imbard, Miguel Chevalier 1981/2000, Paris, Flammarion, 2001
  • Christine Buci-Glucksmann et Miguel Chevalier, CD-Rom intéractive, Paris, 2000
  • Gerardo Estrada, Jorge Juanes et Elias Levin Rojo, Oro negro, Mexico, Ed. Museo de arte Alvar y Carmen T. de Carrillo Gil, 1996
  • José Hernan Aguilar et Miguel Chevalier, Oro negro, Bogotà, Ed. Museo de arte universidad nacional de Colombia, 1994
  • Jorge Luis Gutiérrez, Oro negro, Caracas, Ed. Museo de artes visuales Alejandro Otero, 1993
  • Rosanna Albertini, De l’analogique au numérique, Belfort, Ed. Musée d’art et d’histoire, 1992
  • Miguel Chevalier, Marine, Nantes, Ed. École régionale des beaux-arts, 1991
  • Eric Audinet et Ginger Danto, Œnologie, Paris, Ed. Horizons chimériques, 1991
  • Patrick Imbard et Alain Renaud, Miguel Chevalier. Interconnexion, Levallois-Perret, Ed. Centre d’art contemporain La Base, 1990
  • Vittorio Fagone, Anthropométrie, Firenze, Ed. Galleria Vivita 2, 1990
  • Miguel Chevalier, Mosaïques, Brétigny-sur-Orge, Ed. Centre d’art contemporain, 1989
  • Pierre Restany et Laurence Bertrand Dorléac, Révolution. De la peinture au numérique, Hérouville-Saint-Clair, Ed. Centre d’art contemporain, 1989
  • Jérôme Sans, Miguel Chevalier, Images nouvelles, Belfort, Ed. Granit Centre d’art contemporain, 1987

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]