Mieczysław Fogg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mieczysław Fogg
Fogg Mieczyslaw.jpg
Mieczyslaw Fogg à bord du paquebot transatlantique polonais MS Batory dans les années 1960.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
VarsovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Mieczysław FogielVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Tessiture
Genre artistique
Estrade (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Juste parmi les nations ()
Ordre de la Bannière du Travail, 2e classe
Ordre de la Bannière du Travail, 1re classe
Médaille du 40e anniversaire de la République populaire de Pologne (en)
Croix d'or du Mérite
Commandeur de l'ordre Polonia Restituta
Commandeur avec étoile de l'ordre Polonia Restituta
Médaille du 1000e anniversaire de l'État polonais (d)
Médaille du 10e anniversaire de la Pologne populaire (en)
Insigne honorifique de la ville de Łódź (d)
Zasłużony Działacz Kultury
Insigne d'honneur « Mérite pour Varsovie »Voir et modifier les données sur Wikidata
Tablica Mieczysław Fogg ul. Majdańska 5 w Warszawie.jpg
Plaque commémorative
Mieczyslaw Fogg - gravestone.jpg
Vue de la sépulture.

Mieczysław Fogg, nom de scène de Mieczysław Fogiel, né le à Varsovie et mort le (à 89 ans) dans la même ville, est un artiste, musicien et chanteur polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

La carrière artistique de Mieczysław Fogiel a commencé en 1927 à Varsovie au théâtre Qui Pro Quo avec l'orchestre de tango de Jerzy Petersburski (pl). Il participa au « Chór Dana » (Chorale argentine de tango). Il fut chanteur soliste dans divers cabarets et au cours de revues. Il chanta des chansons langoureuses et sentimentales. Les Polonais le comparèrent à Tino Rossi avec sa voix de baryton.

En 1931, il adopta le pseudonyme de « Fogg » et fit une tournée européenne puis aux États-Unis. En 1938, il fut désigné un des meilleurs chanteurs par la radio polonaise.

Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Fogg reste à Varsovie, où il rejoint l'Armée intérieure polonaise. Il donne des concerts dans les quelques cafés mis à la disposition des Polonais sous l'occupation allemande. Pendant l'insurrection de Varsovie, il donne d'innombrables concerts sur les barricades, dans les hôpitaux et dans les abris anti-bombes sous la ville[1],[2]. Fogg a donné 104 concerts durant l'insurrection de Varsovie[3].

Se remémorant ses concerts lors de l'insurrection, il écrit dans son livre Od Palanta do Belcanta (De Palant à Belcanto, Varsovie 2009)[3] :

« Une fois, j'ai participé à un concert officiel pour la Journée des forces armées, qui eut lieu dans l'auditorium du département d'architecture [de l'École polytechnique de Varsovie], accompagné de la clameur des tirs de mitrailleuses dans les rues. La salle était remplie de garçons et de filles. Les jeunes portaient des fusils, ils avaient des grenades accrochées à leur ceinture. [Je me demande] combien de chanteurs dans le monde ont eu un public comme ça[4] ? »

Il a également caché la famille juive d'Ivo Wesby dans son appartement jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale[5].

En 1945, il ouvrit le premier café-concert dans Varsovie détruite. Après l'arrivée des communistes au pouvoir, ces derniers vont nationaliser son petit théâtre musical de variétés. Il fermera définitivement. Les autorités lui permettent d'organiser des tournées à travers le pays. Mieczysław Fogg donnera plusieurs centaines de concerts très populaires. Il continuera à donner des concerts toute sa vie non seulement en Pologne mais à travers le monde entier.

Mieczysław Fogg meurt le à Varsovie. Il est enterré au cimetière de Bródno situé dans le quartier de Targówek.

En Israël, il est inscrit au mémorial de Yad Vashem comme Juste parmi les nations[6].

Fogg a reçu la Croix de la Valeur et la Croix d'Or du Mérite avec Épées, décernées par le gouvernement de Londres[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Beata Bolesławska, The Life and Works of Andrzej Panufnik (1914-1991), Routledge, (ISBN 978-1-351-54291-3, lire en ligne), p. 53.
  2. (pl) Andrzej Krzysztof Kunert, Kronika Powstania Warszawskiego, Wydawn. Edipresse Polska, , 207 p. (ISBN 978-83-7298-667-2, lire en ligne), p. 75
  3. a b et c (en) « Poland's Bing Crosby: The Influence of Mieczysław Fogg », sur Culture.pl (consulté le ).
  4. (pl) Mieczysław Fogg et Zbigniew K. Rogowski, Od palanta do belcanta : wspomnienia, Iskry, (lire en ligne).
  5. (pl) Filip Łobodziński, « Fogg ocalił palto », Newsweek Polska,‎ (ISSN 1642-5685, lire en ligne, consulté le ).
  6. (ru + en) « Фогг Мечислав / Fogg Mieczysław », sur yadvashem.org, Yad Vashem – Centre mondial du souvenir de l'Holocauste (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :