Midrevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Midrevaux
Midrevaux
La rue de l'église.
Blason de Midrevaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Neufchâteau
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest Vosgien
Maire
Mandat
Anny Boudin
2014-2020
Code postal 88630
Code commune 88303
Démographie
Gentilé Midrevallien(ne)s
Population
municipale
220 hab. (2016 en augmentation de 8,91 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 06″ nord, 5° 36′ 46″ est
Altitude 307 m
Min. 285 m
Max. 436 m
Superficie 14,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Midrevaux

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Midrevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Midrevaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Midrevaux

Midrevaux est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Midrevalliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Midrevaux est un village entouré de forêts, bordé par la Saônelle, affluent de la Meuse, à l'ouest de Neufchâteau et de Coussey.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Entrée du village.
Rose des vents Chermisey Sionne Rose des vents
Grand N
O    Midrevaux    E
S
Pargny-sous-Mureau Villouxel

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après H. Lepage et Ch. Charton[1], Midrevaux (aussi Melior-Valis, Mundri-Valis, Midreval) est un village de l'ancienne province de Champagne, en partie sur le versant d'une montagne, en partie dans une plaine, sur le ruisseau du Vau, près du chemin de grande communication numéro 4 de Liffol-le-Grand à Coussey ; à 78 km d'Épinal et 8 de Neufchâteau, chef-lieu du canton.

S'il faut en croire quelques antiquaires, Midrevaux tirerait son nom du culte que les Gaulois auraient rendu, en ce lieu, à Mitra, l'une de leurs divinités (Mitra Vallis, vallée de Mitra). Aucun monument ne confirme cette opinion qui reste très minoritaire.

Louis XI, roi de France, autorise son conseiller au pays d"Anjou à recevoir « les foi et hommaige » de Jeanne de Manonville (fille de Jean et de Allarde de Chambley), veuve de Jean de Beauvau (1421-1468) pour le château de Rorthey.

Il y avait, en 1848, 488 habitants répartis en 134 maisons pour 166 ménages, dont 49 électeurs censitaires. Une école mixte abritait 101 élèves. Le village disposait d'un bureau de bienfaisance.

Autres statistiques pour 1848 
  • Surface territoriale de. 1 429 ha ; 487 en terre labourable, 55 en prés 13 en vigne, 823 en bois, 13 en jardins, vergers et chènevières.
  • Production agricole : avoine, pommes de terre, chanvre.
  • Moulin à grains. Très belles maisons d'école. Lettres par Neufchâteau.

Anciennes divisions :

  • 1751, bailliage de Chaumont, Parlement de Paris, officialité de Vaucouleurs, intendance de Champagne.
  • 1790, district de Neufchâteau, canton de Liffol-le-Grand.

Division spirituelle : doyenné de Neufchâteau ; diocèse de Toul.

Il y avait, au Xe siècle, une colline appartenant au territoire de Midrevaux, et nommée encore Châtillon, un château fortifié dont on trouve les fondations. Démoli sur l'ordre de saint Gérard, évêque de Toul, ces pierres servirent à la construction du château de Rorthey.

On a découvert, sur une colline, au finage nommé le Poirier de la Mort, des cercueils en pierre, si anciens, qu’en les ouvrant, les ossements qu'ils renfermaient tombaient en poussière. On pouvait cependant remarquer facilement que chacun de ces cercueils renfermaient les corps de deux ou trois personnes. Il n'y avait aucune arme. Le pays offre de nombreuses traces d'habitation. Partout où l’on fouille la terre, on trouve, à une certaine profondeur, des tuiles, des instruments aratoires, des débris de guerre ; mais on ne sait à quelle époque faire remonter les changements et les ravages que ce pays a dû subir.

L'abondance des ressources en affouage a attiré à Midrevaux un grand nombre de personnes des communes étrangères, ce qui a doublé la population dans moins de 50 ans.

Midrevaux est grêlée le 3 juillet 1829 et touche 2 000 francs de dommages.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Le monument aux morts.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 mars 1983 Henri Davignon    
mars 1983 mars 2008 Gérard Davignon    
mars 2008 mars 2014 Jean-Jacques Herbillot (1952-2017)   Menuisier
mars 2014 En cours Anny Boudin UMP Retraitée

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 220 habitants[Note 1], en augmentation de 8,91 % par rapport à 2011 (Vosges : -2,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
302310341370430473488510505
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
510524466467451410358334340
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
328275280250212218216249250
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
240239219213207205222220-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique
an XII 1830 1846
324 380 488
habitants par année

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges d'un château du XIe siècle Le château de Chatillon. Les pierres provenant de la démolition de ce château-fort auraient servi à la construction de la ferme fortifiée de Rorthey.

Sur le territoire de la commune passait une voie romaine reliant Grand (Andésina) à Soulosse (Solimariaca). Les vestiges de cette voie sont encore parfaitement visibles dans la forêt de Midrevaux.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La gare[modifier | modifier le code]

Pendant près d'un siècle, de 1875 à 1973, Midrevaux avait une gare qui faisait partie de la ligne de chemin de fer de Gondrecourt-le-Château à Neufchâteau. Elle était située à mi-chemin du village et de Sionne.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude des Salles devient baron de Rorthey, en juin 1628 il vend ses terres du mont Saint-Jean pour 32 000 thalers. Le thaler (ou taler) était une pièce de monnaie allemande en argent, existant à partir de 1518 en Bohême mais aussi en Suisse et dans l'Est de la France.
  • Jean-François Simon, député électeur du bailliage de Saint-Mihiel, né à Midrevaux (Vosges) le 3 avril 1746, mort à une date inconnue, curé de Woël (Meuse) et promoteur du décanat d'Hattonchâtel, fut élu, le 1er avril 1789, député du clergé aux États-Généraux par le bailliage de Bar-le-Duc, il ne s'y fit pas remarquer, vota la vérification en commun des pouvoirs, prêta le serment civique et rentra ensuite dans la vie privée. Après le Concordat (rétablissement de la religion catholique apostolique romaine en 1801 sous Napoléon), il devint le curé de Fresnes-en-Woëvre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Midrevaux Blason D'azur à la lettre onciale M d'or couronnée du même et accompagnée en pointe d'une hydre menaçante à trois têtes d'argent ; vêtu d'or chargé en chef de deux haches d'azur emmanchées de gueules, posées en pal et affrontées[6].
Détails
Le M oncial d’or couronné représente la vierge Marie triomphant du démon symbolisé par l’hydre.
Le champ d’azur évoque les armes de l’abbaye de Mureau, seigneur du village sous l’ancien régime, qui portait « d’azur chargé d’une vierge Marie d’or ».
La partition du vêtu, en pointe dessine le V d’un val ; le M et l’hydre combinés au val constituent des armes parlantes homonymes (phonétiques) pour le toponyme MIDRE-VAUX.
Les haches illustrent l’importance des forêts qui environnent le village et les activités et les commerces qu’elles génèrent.
Création de Robert A. Louis adoptée par la municipalité le 3 septembre 2019.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Midrevaux, p. 754

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le département des Vosges, Statistique historique et administrative, Aurillac, Berger-Levrault, 1978. p. 329.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Midrevaux sur le site armorialdefrance.fr