Micro-serveurs Minitel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un micro-serveur Minitel est un serveur officieux accessible par un Minitel.

Au début des années 1980 sont apparus en France des micro-serveurs directement accessibles par Minitel. Créés et animés par des passionnés, souvent adolescents ou étudiants férus d'informatique, ils représentaient un autre aspect du paysage télématique français, à la marge des grands services tels que l'Annuaire Électronique ou les services Kiosques en 3615, qui s'appuyaient eux sur Transpac et représentaient l'essentiel du trafic. On accédait à ces micro-serveurs en composant des numéros de téléphone à 8 chiffres (10 à partir de 1996[1]), c'est-à-dire par le réseau téléphonique commuté classique, aussi abrégé en RTC[2].


Leur existence était connue :

  • par le bouche-à-oreille, des numéros de téléphone laissés sur d'autres micro-serveurs,
  • par des affiches ou des flyers déposés dans les lieux publics,
  • par l'annuaire de l'Amiserv[3],
  • par la presse informatique (Hebdogiciel, SVM, ST Magazine, Joystick) ou dédiée à la télématique (Le Télémateur Illustré, articles de Philippe-Charles Nestel)[4].


Quelques exemples de micro-serveurs, classés par date d'apparition :

Nom Ouverture Accès Type de matériel Opérateur[5] Fermeture Remarque
ADN 1984 Monovoie Commodore 64 Jean-Jacques Conné (Falken), Sébastien Mougey 1988 Premier jeu d'arcade (mur de briques), fonction "vocal" avec sélection de sketchs à écouter (Villemomble)
Computel 1984 Mono, puis multivoie Apple II puis Macintosh ? Christian Quest Basé sur Cristel

(1) 43 97 33 33 (Val-de-Marne)

APC 1985 Monovoie Amstrad
Apple & Moi 1985 Monovoie Apple II A. Lafargues Logiciel Télépom (Boulogne)
Aventel 1985 Goupil 3 (Talence)
Cider 1 1985 Monovoie Apple II E. Teysseyre Logiciel Télépom (Bellegarde)
Cosmos 6502 1985 Monovoie Apple II JM. Danton (bigmac) & L. Dumonteil (orlik) Basé sur Cristel (Val-de-Marne)
Euclide 1985 Monovoie Apple II L. Thoumin Basé sur Cristel (Paris)
Flashtel 1985 Monovoie Apple II JC. Michot Logiciel Télépom (Courbevoie)
Kaezo 1985 Monovoie Apple II F. Delmas Logiciel Télépom (Maisons-Laffitte)
KISS 1985 Monovoie JM. Chauvel (Paris)
Marketsport 1985 Monovoie Apple II Logiciel Fakir
Mestel 1985 Monovoie Apple II P. Parriaux
Phan Service 1985 Monovoie Apple II P. Voisin Basé sur Cristel (Paris)
Phoenix 1985 Monovoie Apple II E. Lanzman Logiciel Télébasic
Ellis 1985 Monovoie Oric Atmos, puis Oric Telestrat, puis Atari ST Bruno Dassas (bRuNo) 1992 ? Évolution vers un multivoie sur Macintosh sous protocole FirstClass pour Mac et PC
Pom pom pom 1985 Monovoie Apple II Denis Mante 1987 Boites aux lettres, forums. Basé sur un logiciel propriétaire spécifiquement développé pour un modem Digitelec DTL 2000.

Ancêtre de 3614 PRIVI, lui-même papa de 3614 NESS / 3615 ELIOTT.

ID-TEL 1985 ? Multivoie PC MAD ESC
Transmitel puis BigApple 1985 Monovoie Apple II Eric ? Localisé à Marseille -  91 76 21 91
Au bon bug 1986 Monovoie Commodore 128 Hervé Warin 1992 Trois versions 8 bits (la dernière était faite avec Canal, en CP/M et directement dérivée de la dernière version d'EDTA)
EDTA 1986 Monovoie, puis multivoie Amstrad CPC puis CP/M Plus Alexandre Montaron (CANAL) 1996 Né le 20 février 1986 sous le nom PIRATELL, il prend le nom de EDTA le 30 novembre 1986. Passage en multivoie (3 voies) en 1990 sous CP/M Plus. Arrêt le 27 juin 1996.
Servapple 1986? Monovoie Apple //e + carte Appletel Xavier Rey-Robert 198? Localisé à Marseille - 91 75 35 91
ORIC-CLUB 1986 Mono, puis multivoie Oric Atmos ? JFW 1987 3 voies
Pinky 1986 Monovoie Oric Telestrat, puis Atari ST Godefroy Troude (God) 1992 Ouverture en 1986 sur Telestrat, puis réécriture en 1989 sur Atari ST.
Étoile <1987 Monovoie ETOILE Une des rares (sinon la seule) Sysopette du réseau !
Anaconda 1987 Monovoie Commodore 64 Franck Beulé (Cobra) 1991 Également serveur de l'association du Cercle Qui Ne Tourne Pas Rond (CQNTPR)
Telstar <1988 Monovoie Oric Telestrat ? Laurent Chiacchierini (TELSTAR)
Best 1988 ? Monovoie BEST
MINISTRAT 1988 ? Monovoie Oric Telestrat ? DAN "Le serveur Oric de Marseille"
STRATOS 1988 Monovoie Oric Telestrat ? JFW
CLOP/PEGASE 1989 Mono, puis bi-voie Atari ST Claude Simonnet 1995 Monovoie de nuit uniquement, puis bi-voie 24h/24. Sous logiciel Stut One.
KEVIUS 1989 Mono, puis bi-voie Atari ST Frederick Guerin (Kevius) 1992 Transformation en 1992 vers le BBS Nostromo.
SIGMA 1989 Monovoie Oric Telestrat Jean-Marie Hoy (Sepp) 1995
Altaïr 1991 Multivoie Amstrad PC1512 puis Amstrad 2086 et enfin PC 386DX33 Catherine Virgitti (Cathy) & Daniel Taillon (Sq78) 1996 Localisé à Montigny le Bretonneux. Logiciel MultiM. À l'origine de plusieurs modules de jeux, rubriques pour agrémenter un RTC sous MultiM et d'un serveur clé en mains : SERV226
GOLD 1991 Monovoie Amiga Thierry 1996 Localisé à Fontenay-sous-Bois. Rubriques Amiga, téléchargement, hard et soft, astronomie.
Octet Sunrise 1992 Multivoie PC (i386 SX @20 MHz, 4 Mo RAM, 120 Mo HDD, 8 ports série) el Fakir 1999 5 voies 24/24h + console, ouvert à Lyon puis déplacé sur Strasbourg début 1997. Logiciel "maison" C++/ASM. Cocktails, poésie, salons et débats à thèmes. Ajout d'un service d'offres d'emploi/stages, bornes sur le campus d'Illkirch.
Dynamix 1992 Monovoie Amiga 500 puis 1200 Erl soft Monovoie 24H/24 tournant sous Mad-le-RTC. Distributeur du KIA, Kit Internet Amiga.
EUREKA 1993 Mono, puis bi-voie Amstrad PC-1512 Eureka 1995 Ouvert du 20/12/1992 au 28/12/1995, localisé à Rennes, EUREKA était également associé au fanzine Casio News créé par Anthony Tardivel.
PULSAR 1993 Mono, puis multivoie PC Olivier Marcoux (Wizard) 2005 Monovoie de 22h à 6h puis jusqu'à 7 voies 24h/24 avec accès via Internet simultané.

Technologie[modifier | modifier le code]

Ces micro-serveurs pouvaient être soit monovoie (un seul utilisateur pouvait se connecter à la fois), ou multivoie (plusieurs utilisateurs en simultané). Les contraintes pour exploiter un serveur multivoie étaient nombreuses : nécessité d'avoir autant de lignes téléphoniques entrantes que de voies simultanées, nécessité d'avoir autant de modems, et en particulier un micro-ordinateur sur lequel on pouvait tous les raccorder (c'est-à-dire la nécessité de disposer de plusieurs ports série de type RS-232). Finalement, il fallait avoir un logiciel serveur mutlivoie, ce qui nécessitait généralement un système d'exploitation multitâche - encore rare à l'époque.

Ces micro-serveurs fonctionnaient généralement sur des micro-ordinateurs de type Amiga, Atari ST, Compatibles PC et Oric Telestrat.

Ils pouvaient utiliser des modems à la norme V.23, mais dans de nombreux cas ils employaient des Minitels en mode retourné[6], pour en faire un usage côté serveur.

Certains micro-serveurs utilisaient un logiciel développé spécifiquement, alors que d'autres utilisaient des progiciels destinés à cet usage, tels que Einstel, Multi M ou encore Stut One.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire du téléphone en France, lancement de la numérotation à 10 chiffres le 18/10/1996.
  2. D'où l'appellation "Serveurs RTC", qui était parfois utilisée par la communauté des utilisateurs.
  3. Amicale des Micro-Serveurs, Christian Quest évoque la création de l'Amiserv sur le Wiki d'OpenStreetMap.
  4. Anecdotes et coupures de presse du micro-serveur Pinky, quelques lignes à propos du Télémateur dans le témoignage du 09/09/2003.
  5. Également appelé Sysop.
  6. Norme Vidéotex, liste des commandes protocoles.

Liens externes[modifier | modifier le code]