Microélectronique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Micro-électronique)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La microélectronique est une spécialité du domaine de l'électronique qui s'intéresse à l'étude et à la fabrication de composants électroniques à l'échelle micrométrique[1].

Ces composants sont fabriqués à partir de matériaux semi-conducteurs (comme le silicium) au moyen de diverses technologies dont la photolithographie. Cette technologie permet l'intégration de nombreuses fonctions électroniques sur un même morceau de silicium (ou autre semi-conducteur) et donc à un cout de fabrication moins élevé. Les circuits ainsi réalisés sont appelés puces ou circuits intégrés. Ils peuvent être standards ou spécifiques à une application (ils sont alors nommés ASIC : application-specific integrated circuit). Tous les composants électroniques discrets : les transistors, les condensateurs, les inductances, les résistances, les diodes et les isolants et les conducteurs ont leur équivalent en microélectronique.

Description[modifier | modifier le code]

Les circuits intégrés numériques sont constitués de portes logiques (souvent des milliers, voire des millions comme dans les microprocesseurs voire des milliards comme dans celui des cartes graphiques) :

Types de circuits intégrés[modifier | modifier le code]

Tous les circuits intégrés comportent des composants discrets tels que transistors, condensateurs, résistances, diodes, etc..

Il existe trois grands types de circuits intégrés :

Difficultés d'intégration[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Avec l'évolution des techniques de fabrication, la taille des composants continue de décroître. En 2014 des circuits en technologie 14 nm sont commercialisés[2]. À l'échelle sub-micronique, certains effets physiques parasites, sans importance à plus grande échelle, deviennent prépondérants.

Les temps de propagation des signaux sont essentiellement dûs aux capacités parasites (interconnexion et proximité des éléments) et non au délai de traversée de ces éléments. À cela s'ajoute la diaphonie liées aux pistes conductrices, en parallèle, et de plus en plus rapprochées.

Le bruit en 1/f devient également important lorsqu'on travaille avec des transistors de petite taille du fait du manque de statistique (l'inhomogénéité des propriétés physiques est plus sensible à petite échelle).[réf. nécessaire]

Enfin, le transport des électrons, dans les circuits électroniques, ont plus de mal à être thermalisés sur de faibles distances. On parle alors d'électrons chauds.[réf. nécessaire]

L'objectif de l'ingénierie microélectronique est d'utiliser des méthodes de conception pour limiter ces effets tout en améliorant la taille, la vitesse, la consommation électrique, l'échauffement et le coût des composants à semi-conducteur.

Avantages[modifier | modifier le code]

L'extrême finesse des composants permet généralement, en plus d'une diminution de taille, des gains substantiels de consommation électrique. Par ailleurs, la possibilité de réaliser des transistors MOS à canaux courts permet d'accroître leur performance (produit gain-bande passante). Les technologies CMOS sont très rapides tout en consommant bien moins que celles basées sur la technologie bipolaire.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

La miniaturisation des circuits électroniques pose malgré tout certains problèmes :

  • l'accroissement du bruit en 1/f lors de l'utilisation de petit transistor ;
  • la difficulté d'appariement entre transistors de petites tailles (également pour des raisons statistiques).
  • L’échauffement liés au nombre de composants de plus en plus importants qui nécessite d'abaisser la tension de fonctionnement et donc d'accroitre la sensibilité aux parasites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. microélectronique, sur larousse.fr, consulté le 8 aout 2016.
  2. Solutions ultra-rapides et consommant peu d'énergie d'architecture Intel®, sur intel.fr, consulté le 25 avril 2017

Articles connexes[modifier | modifier le code]