Micrathena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Micrathena est un genre d'araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae[1]. Elles appartiennent à la sous-famille des Gasteracanthinae comme les Chaetacis et les Gasteracantha.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les Micrathena se rencontrent en Amérique[1]. Au moins douze d'entre elles sont présentes en Guyane française (Taczanowski, 1873 ; Di Caporiacco, 1954 ; Lopez, 1994[2],2000[3]) et cette liste n'est probablement pas exhaustive. Le genre est remplacé aux Antilles par Gasteracantha tetracantha.

Description[modifier | modifier le code]

.......

Les deux espèces les plus remarquables de Guyane française sont Micrathena schreibersi,

Micrathena schreibersi, femelle. Vue dorsale. Rorota, Rémire-Montjoly, Guyane.

par ses couleurs très contrastées, et Micrathena cyanospina [3]dont l'abdomen montre deux épines postérieures démesurées

(Hyperthélie)

Comportement[modifier | modifier le code]

Les Micrathena sont des araignées forestières diurnes et ombrophiles. Les femelles tissent une toile géométrique orbiculaire, légèrement inclinée sur la verticale, à moyeu ouvert, comportant de nombreux radii et tours de spire (jusqu'à 40 chez Micrathena clypeata et M. scheibersi[2], ), sans retraite et ne montrant qu'exceptionnellement un bref stabilimentum diamétral (Micrathena gracilis et M. sagittata des U.S.A, Micrathena sexspinosa de Guyane[2]).

La femelle se tient en position inversée, suspendue au moyeu ouvert du centre de sa toile, la face dorsale de l'abdomen parallèle au sol, faisant un angle avec le plan incliné de l'orbe, et les pattes postérieures s'agrippant aux fils du pourtour de l'orifice. Comme l'a souligné Lévi (1978), ces pattes permettent à Micrathena d'assumer sa position inhabituelle sur l'orbe, de mieux tenir les fils et d'en contrôler la tension par leur longueur adaptative et une conformation des tarses un peu particulière.

La capture des proies engluées par la spirale visqueuse ne serait pas précédée d'un enveloppement de soie : Micrathena les maîtrise d'emblée par une morsure venimeuse et les emmaillote ensuite, ce qui semble être un comportement peu courant chez les Araneidae.

La biologie sexuelle n'a guère été étudiée que par les Robinson (1980) à Panama.,

Micrathena cyanospina, femelle, vue dorsale, détail. Les Nouragues, Guyane.
Micrathena cyanospina, femelle, vue dorsale en totalité. Les Nouragues, Guyane.
Micrathena sp.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon World Spider Catalog (version 18.0, 19/03/2017)[4] :

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Sundevall, 1833 : Conspectus Arachnidum. Londini Gothorum, p. 1-39.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lopez, A. 1994. – Araignées de Guyane française : II. La sous-famille des Gasteracanthinae O.Pickard-Cambridge (Araneidae) et les proies de Sceliphron fistularium. Bull.Sciences nat., no 82, p. 14-22.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b WSC, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a, b et c Lopez,A., « Araignées de Guyane française : II. La sous-famille des Gasteracanthinae O.Pickard-Cambridge (Araneidae) et les proies de Sceliphron fistularium. », Bull.Sciences nat., n°82, p.14-22.,‎
  3. a et b Lopez,A. avec F. Lamarre, « Présence en Guyane française d’une extraordinaire Araignée hypertélique : Micrathena cyanospina (Lucas)(Araneidae : Gasteracanthinae). », Bull. Soc.Et.Sci.nat. Béziers, 18, 59, p. 14-17 et 27.,‎
  4. WSC, consulté le version 18.0, 19/03/2017