Micral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Micral
Un Micral, exposé à la Cité des sciences et de l'industrie.
Un Micral, exposé à la Cité des sciences et de l'industrie.
Fabricant R2E
Type Ordinateur personnel

Le terme Micral désigne une gamme d'ordinateurs conçus et commercialisés par la société R2E depuis 1973.

Le tout premier modèle de cette gamme, nommé Micral, possède la caractéristique d'être basé sur un microprocesseur et d'avoir des dimensions réduites. Il est ainsi reconnu comme étant le premier micro-ordinateur de l'histoire.

Le Micral d'origine[modifier | modifier le code]

Initialement développé à partir de juin 1972 par R2E, jeune société française alors dirigée par André Truong, le Micral répond à une commande de l'INRA[1] pour un système de mesure et de calcul de l'évapotranspiration des sols transportable et meilleur marché que le mini-ordinateur PDP-8[2].

En décembre 1972, dans une cave de Châtenay-Malabry, François Gernelle met au point son dernier prototype[3]. Fabriqué autour d'un microprocesseur Intel 8008 8 bits, cadencé à 500 KHz, ses cartes mémoire de type MOS embarquent 2Ko de RAM[4].

Il possède une carte de fond de panier appelée Pluribus dotée au choix de 11 ou 22 connecteurs de 74 broches, elle est conçue pour recevoir les différentes cartes électroniques de l'ordinateur. Cette architecture lui permet d’étendre facilement ses capacités en ajoutant des cartes ou bien de le faire évoluer en remplaçant d'anciennes cartes par des nouvelles. Il peut comporter une console système optionnelle qui est matérialisée par un panneau frontal muni d’interrupteurs[5]. Cette dernière peut être personnalisée en fonction des besoins de la clientèle.

La programmation de l'appareil se réalise à l'aide d'un téléscripteur[6] ou par modem. C'est le développeur de l'équipe, Benchetrit, qui fournit le moniteur résident du Micral stocké dans une ROM, le MOMIC (Moniteur Micral 01) ainsi que son assembleur l'ASMIC (Assembleur Micral 01).

Le 15 janvier 1973 la commande de l'INRA est honorée[7]. La configuration de ce premier modèle nommée Micral sera commercialisée par la suite sous le nom de Micral N.

Un Micral P2, exposé au Musée de l'Informatique (La Défense).

Le Micral N était vendu à un prix très bas pour l'informatique de l'époque : 8 500 Francs en 1972.

La gamme des Micral s'étendra pour suivre l'évolution des technologies. Avec la participation d'Alain Lacombe et de Jean-Claude Beckmann dans la réalisation de nombreuses cartes d'entrées/sorties, le Micral sera capable d'être interconnecté, bénéficiera de microprocesseurs plus puissants ainsi que de l'apparition des disques durs, des écrans et des claviers[4].

Philippe Kahn sera chargé de travailler sur le SYSMIC logiciel système successeur du MOMIC.

En 1978, R2E est absorbée par CII Honeywell-Bull un géant industriel qui ne soutient que peu le développement naissant de l'informatique personnelle. Bull déposera le nom de marque Bull Micral en juin 1983[8].

Le SYSMIC évoluera pour devenir le système d'exploitation multitâches en temps réel Prologue. R2E proposera ce dernier sur ses machines aux cotés de CP/M[9] ou de MS-DOS sur Bull Micral compatibles PC.

La paternité du Micral a été disputée par André Truong à François Gernelle, qui l'a emporté en justice en 1998[10],[11].

Les premiers Micral (Micral N) sont exposés au musée du Conservatoire national des arts et métiers[12] de Paris ainsi qu'au Computer History Museum de Mountain View[13].

La gamme Micral[modifier | modifier le code]

Époque R2E[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Micral N, premier micro-ordinateur au monde construit par François Gernelle[14],[7].
  • 1974 : Micral G, avec un processeur Intel 8008, 8 bits, cadencé à 1MHz, 16 Ko de RAM[15]
  • 1974 : Micral S, avec un processeur Intel 8080, 8 bits[16]
  • 1976 : Micral M, système distribué, Intel 8080 x 8[17]
  • 1977 : Micral C, avec un processeur Intel 8080, 8 bits, 24 Ko de RAM, écran intégré, lecteur de disquettes 51⁄4 x 2[18]
  • 1978 : Micral V, avec un processeur Intel 8080, 8 bits, 32 Ko de RAM, portable[19]

Époque Bull[modifier | modifier le code]

  • 1979 : Micral 80-30 avec un processeur Zilog Z80, 8 bits
  • 1980 : Micral 80-20 avec un processeur Zilog Z80A, 8 bits, cadencé à 3 MHz
  • 1981 : Portal avec un processeur Intel 8085, 8 bits, cadencé à 2 MHz
  • 1981 : Micral P2, avec un processeur Zilog Z80, 8 bits, cadencé à 5 MHz, 64 Ko de RAM
  • 1981 : Micral X, avec processeur Zilog Z80, 8 bits, disque dur amovible de 10 Mo (CII Honeywell Bull D140)[20]
  • 1983 : Micral 90-20 avec un processeur Intel 8088, 16 bits, cadencé à 5 MHz
  • 1983 : Micral 90-50 avec un processeur Intel 8086, 16 bits, cadencé à 8 MHz, 256 Ko de RAM[21]

Compatibles PC[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Bull Micral 30 avec un processeur Intel 8088 à 4,77 MHz, compatible PC-XT
  • 1986 : Bull Micral 60 avec un processeur Intel 80286 à 6MHz, compatible PC-AT
  • 1986 : Bull Micral 35 avec un processeur Intel 80286 à 8MHz
  • 1987 : Bull Micral 40 avec un processeur Intel 80286 à 8MHz
  • 1988 : Bull Micral 45 avec un processeur Intel 80286 à 12MHz
  • 1988 : Bull Micral 65 avec un processeur Intel 80286 à 12MHz
  • 1988 : Bull Micral 75 avec un processeur Intel 80386 à 8MHz
  • 1988 : Bull Micral Attaché avec un processeur Intel 8086 à 9,54MHz, portable
  • 1989 : Bull Micral 200 avec un processeur Intel 80286 à 12MHz
  • 1989 : Bull Micral 600 avec un processeur Intel 80386 à 25MHz

En 1989, Bull rachète le constructeur Zenith Data Systems. Dorénavant, la gamme de compatibles PC s'appellera Zenith.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Chatelin et Pierre Mounier-Kuhn (eds.), 2e colloque sur l'histoire de l'informatique en France, Paris, CNAM, 1990 (lire en ligne) (ISBN 2-9502887-3-1, 2-9502887-4-X et 2-9502887-5-8)
  • R. Bul, « Un miniordinateur pour moins de 8500FF », Zero un informatique, no 228,‎ , p. 1, p. 5
  • Sciences et techniques, Société des ingénieurs civils de France,‎ 1975 (lire en ligne), p. 15
  • « Micral 90-20 », Science & Vie, no 9,‎ , p. 82
  • Pierre Mounier-Kuhn, « Le micro-ordinateur : une invention simultanée », Pour la Science, mars 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le saviez-vous : le premier micro-ordinateur de l'histoire est né de la rencontre entre l'agronomie et l'informatique - Agrisalon », sur www.agrisalon.com (consulté le 23 novembre 2015)
  2. Un PDP-8 4K coûte en 1972 près de 45 000 FF soit 43 026 Euros en 2011, calcul effectué via le site France Inflation.
  3. « Rencontre avec François Gernelle », Le Petit Versaillais, no 12,‎ , pp. 9-10 (lire en ligne)
  4. a et b Rodriguez François (Coord.) et Vignolle Jean (Coord.), Histoire de l'informatique : actes du Vème colloque, Toulouse, 28-30 avril 1998, Cépaduès,‎ (lire en ligne), Présentation par François Gernelle
  5. (en) Réalisations Études Électroniques, Manuel du Micral N,‎ (lire en ligne)
  6. De type Teletype ASR-33, utilisable avec des cartes ou du ruban perforé
  7. a et b Philippe Chatelin & Pierre Mounier-Kuhn, 2ème Colloque sur l’histoire de l’informatique en France, 1990 - (lire en ligne)
  8. « Recherche sur la marque Micral », Premières modifications en juin 1983, sur Office de la propriété intellectuelle du Canada (consulté le 27 novembre 2015)
  9. (en) InfoWorld, InfoWorld Media Group, Inc.,‎ (lire en ligne), p. 16
  10. Arrêt no 571 du 19 novembre 1998 de la Cour d'appel de Versailles reconnaissant la paternité de l'invention du Micral N à François Gernelle.
  11. Brevets FR2216883 et FR2216884 attribués à François Gernelle
  12. « Micro-ordinateur dit "MICRAL N" », sur Conservatoire national des arts et métiers, recherche sur les collections (consulté le 23 novembre 2015)
  13. « Desktop computer - Micral », sur Computer History Museum, recherche sur les collections (consulté le 25 novembre 2015)
  14. « Du premier micro à l'IBM PC », 01Net (consulté le 23 novembre 2015)
  15. G. Bescher, Système de contrôle du stellarator Wega par le micro-ordinateur Micral G, URATOM-CEA,‎ (lire en ligne), p. 12
  16. Réalisation Études Électroniques, Micral S, manuel du micro-ordinateur,‎ (lire en ligne)
  17. André Raynaud, « Le microprocesseur Micral », Sciences & Avenir, Les ordinateurs et la vie quotidienne, no hors série N° 24,‎ , pp. 96-102 (lire en ligne)
  18. (en) R2E of America, Micral C, manuel de l'opérateur système,‎ (lire en ligne)
  19. (en) R2E of America, Micral V, manuel de l'opérateur,‎ (lire en ligne)
  20. (en) Computerworld, IDG Enterprise,‎ (lire en ligne), p. 89
  21. « Micral R2E 9050 », Micro Systèmes, no 34,‎ , pp. 208-209 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :