Mick Schumacher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mick Schumacher
Description de cette image, également commentée ci-après
Mick Schumacher en 2019.
Biographie
Date de naissance (21 ans)
Lieu de naissance Vufflens-le-Château (Suisse)
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemand
Site web mickschumacher.ms
Carrière
Années d'activité Depuis 2015
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Formule 3 Europe
2017-2018Drapeau : Italie Prema Racing60 (8)
Formule 2 FIA
2019 - Drapeau : Italie Prema Racing42 (3)
Formule 2
Nombre de courses 42
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 3
Podiums 11
Victoires 3

Mick Schumacher, né le à Vufflens-le-Château en Suisse, est un pilote automobile allemand, membre de la Ferrari Driver Academy et fils du septuple champion du monde de Formule 1 Michael Schumacher. Depuis 2019, il participe au championnat de Formule 2 avec l’écurie Prema Racing.

Biographie[modifier | modifier le code]

2008-2014 : fausse identité en karting[modifier | modifier le code]

Pour éviter au mieux l'attention des médias, il commence en 2008 sa carrière en karting sous le nom de Mick Betsch, Betsch étant le nom de jeune fille de sa mère. En 2014, il court sous le nom de Mick Junior et devient vice-champion du monde de karting[1].

2015-2016 : débuts en monoplace en Formule 4[modifier | modifier le code]

Schumacher en Formule 4 à Oschersleben en 2015.

En 2015, cette fois-ci sous le nom de Mick Schumacher, il fait ses débuts en monoplace avec l'équipe Van Amersfoort Racing en ADAC Formel 4 en Allemagne. Il remporte sa troisième course sur la Motorsport Arena Oschersleben puis obtient un autre podium sur ce circuit plus tard dans la saison. Il se classe finalement dixième du championnat avec 92 points marqués. L'Allemand dispute aussi pendant l'intersaison une manche de quatre courses de MRF Challenge Formula 2000 en Inde. Il se classe respectivement troisième, sixième, cinquième puis deuxième.

L'année suivante, il continue en Formule 4 allemande et signe chez Prema Powerteam. Avec cinq victoires, quatre pole positions et douze podiums en vingt-quatre courses, il finit vice-champion[2]. En parallèle, il prend part au championnat d'Italie de Formule 4, avec la même écurie, et remporte les deux premières courses de la saison à Misano. Schumacher remporte au total cinq victoires et termine de nouveau deuxième au classement des pilotes.

2017-2018 : sacre en Formule 3[modifier | modifier le code]

Mick Schumacher lors de la manche de Formule 3 du Norisring en 2018.

Entre et , il participe au MRF Challenge Formula 2000. Il remporte deux courses à Bahreïn, puis deux autres sur le circuit international Buddh, après avoir obtenu deux pole positions. Il se classe troisième de ce court championnat.

En , Mick Schumacher signe un nouveau contrat avec Prema Powerteam et s'engage dans le championnat d'Europe de Formule 3 pour la saison 2017[3]. Il commence alors à attirer les convoitises d'écuries de Formule 1, notamment la Scuderia Ferrari[4]. Il obtient son premier et unique podium de la saison sur l'Autodromo Nazionale di Monza, avec une troisième place. Pour sa première année, il termine douzième du classement des pilotes, la moins bonne place pour un pilote Prema. En novembre, il termine seizième de son premier Grand Prix de Macao, avec toutefois le meilleur tour en course.

En 2018, il continue avec Prema en Formule 3[5]. Il obtient son premier podium de l'année sur le Hungaroring, puis réitère cette performance à Zandvoort. Comme un symbole, Mick Schumacher décroche sa première pole position et surtout sa première victoire à Spa-Francorchamps[6], tout comme son père en Formule 1 en 1992[7]. Cette performance intervient après quarante-quatre courses dans le championnat sans succès[8]. Il remporte ensuite deux autres courses à Silverstone et à Misano. À domicile sur le Nürburgring, il réalise la très rare performance de remporter les trois courses du week-end[9], ce qui lui permet de remonter à la deuxième place du classement des pilotes à seulement trois points du leader Dan Ticktum. Mick Schumacher prend ensuite la tête du championnat après un nouveau week-end fructueux sur le Red Bull Ring, ponctué par trois pole positions et deux victoires[10]. Vient alors le dernier week-end à Hockenheim où il est sacré lors de l'avant-dernière course de la saison[8],[11]. Il affiche pour bilan 365 points scorés et huit courses sur trente remportées[8]. Sa saison se clôt sur une cinquième place au Grand Prix de Macao.

2019-2020 : Formule 2 et essais en Formule 1[modifier | modifier le code]

Mick Schumacher en Formule 2 sur le Red Bull Ring en 2019.

Mick Schumacher est promu par son écurie Prema en Formule 2 pour disputer la saison 2019 du championnat aux côtés de Sean Gelael[12]. En début d'année, il intègre la Ferrari Driver Academy[13]. Suite à cela, il est choisi pour participer à deux journées d’essais avec des Formule 1 en marge du Grand Prix de Bahreïn 2019, où il conduit successivement la Ferrari SF90 puis l'Alfa Romeo C38[14]. Après une première partie de saison mitigée en F2 à cause de quelques déconvenues en courses, il remporte sa première course dans la discipline, lors de la course sprint de Budapest[15]. La suite de la saison s'avère plus compliquée et l'Allemand doit se contenter de la douzième place au championnat avec 53 points.

Mick Schumacher rempile pour une année supplémentaire avec Prema en 2020 et est associé au champion de Formule 3 FIA en titre Robert Shwartzman. La pandémie de Covid-19 perturbe fortement le championnat 2020, comme l'ensemble des manifestations sportives dans le monde, si bien que la saison débute en Autriche le 5 juillet. Il obtient ses deux premiers podiums de la saison à Budapest puis enchaîne les bons résultats, jusqu'à remporter la course principale de Monza[16]. Il s'impose une seconde fois à Sotchi et conforte son avance au championnat sur Callum Ilott, un autre membre de la Ferrari Driver Academy. Il doit faire ses débuts officiels en Formule 1 à l'occasion de la première séance d'essais libres du Grand Prix de l'Eifel, au volant de l'Alfa Romeo C39, mais les conditions météorologiques capricieuses empêchent la tenue de toute la journée du vendredi[17].

Carrière[modifier | modifier le code]

Résultats en monoplace[modifier | modifier le code]

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points Classement
2015 ADAC Formula 4 Drapeau : Pays-Bas Van Amersfoort Racing 22 1 0 0 2 92 10e
2015–2016 MRF Challenge Formula 2000 Drapeau : Inde MRF Racing 4 0 0 0 2 51 10e
2016 ADAC Formula 4 Drapeau : Italie Prema Powerteam 24 5 4 2 12 322 2e
Championnat d'Italie de Formule 4 18 5 4 6 10 216 2e
2016–2017 MRF Challenge Formula 2000 Drapeau : Inde MRF Racing 16 4 2 1 9 215 3e
2017 Championnat d'Europe de Formule 3 Drapeau : Italie Prema Powerteam 30 0 0 0 1 94 12e
2018 Championnat d'Europe de Formule 3 30 8 7 4 14 365 Champion
2019 Formule 2 Drapeau : Italie Prema Racing 22 1 0 1 1 53 12e
2020 Formule 2 20 2 0 2 10 191 1er

Divers[modifier | modifier le code]

Mick Schumacher au volant de la Benetton B194 de son père à Spa-Francorchamps.

Le , en marge du Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps, il prend le volant de la Benetton Ford Cosworth B194 que pilotait son père en 1994[7]. Cet événement est organisé afin de célébrer les 25 ans de la première des 91 victoires de Michael Schumacher, sur ce circuit, en 1992[18]. À cette occasion, il arbore un casque "double-face", orné de ses couleurs habituelles d'un côté et de celles de son père de l'autre[7].

Deux ans plus tard, à l'occasion du Grand Prix automobile d'Allemagne 2019, Mick Schumacher conduit la Ferrari F2004 de son père, qui l'a mené à son septième et dernier titre mondial en 2004[19].

En 2020, à l'occasion des festivités du 1000e Grand Prix de la Scuderia Ferrari sur le circuit du Mugello, il tourne une nouvelle fois au volant de la Ferrari F2004 (quinze victoires en dix-huit manches dont treize pour son père lors de la saison 2004)[20].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mick Schumacher est le fils du septuple champion du monde de Formule 1 Michael Schumacher et de Corinna Schumacher. Son oncle Ralf Schumacher est également un ancien pilote automobile. Son cousin David Schumacher, le fils de Ralf, court lui aussi en formules de promotion. Mick Schumacher déclare à propos de son père : « Il a été mon idole et je regarde chaque chose qu'il a faite en m'efforçant d'en retirer ce qui peut m'être utile. Mon père a joué un grand rôle dans ma façon de piloter »[7].

Le , il skie avec son père à Méribel quand ce dernier a un accident qui lui cause de graves blessures au cerveau[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loïc Chevenas-Paule, « Mick Junior Schumacher, 15 ans et déjà vice-champion du monde de karting », sur tf1.fr, (consulté le 2 février 2017)
  2. Benjamin Vinel, « Le titre échappe à Mick Schumacher en ADAC F4 », sur motorsport.com, (consulté le 2 février 2017)
  3. Olivier Ferret, « F1 - Mick Schumacher rejoint la Formule 3 », sur nextgen-auto.com, (consulté le 1er février 2017)
  4. Erwan Lancelot, « F1 : Mick Schumacher courtisé par Ferrari », sur sport365.fr, (consulté le 1er février 2017)
  5. Pierre Tassel, « F3 - Mick Schumacher prolonge avec Prema Powerteam », sur autohebdo.fr, (consulté le 18 février 2018)
  6. Nina Rochette, « C3 – Mick Schumacher signe sa première victoire en F3 », sur autohebdo.fr, (consulté le 28 juillet 2018)
  7. a b c et d Stéphane Barbé, « Mick Schumacher, le vrai «Baby Schumi» », L'Équipe,‎ (ISSN 0153-1069, lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018)
  8. a b et c Stéfan l'Hermitt, « Mick Schumacher, sur la trajectoire du père », L'Équipe,‎ (ISSN 0153-1069, lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018)
  9. Benjamin Vinel, « Trois victoires en un week-end pour Mick Schumacher ! », sur motorsport.com, (consulté le 9 septembre 2018)
  10. Fabien Gaillard, « Mick Schumacher se rapproche du titre en F3 Europe », sur motorsport.com, (consulté le 23 septembre 2018)
  11. « Formule 3 : Mick Schumacher, le fils de Michael Schumacher, sacré champion d'Europe », sur europe1.fr, (consulté le 13 octobre 2018)
  12. Benjamin Vinel, « Mick Schumacher signe en F2 pour 2019 », sur motorsport.com, (consulté le 16 décembre 2018)
  13. Pierre Tassel, « Mick Schumacher rejoint la Ferrari Driver Academy », sur autohebdo.fr, (consulté le 19 janvier 2019)
  14. « Mick Schumacher va tester la Ferrari à Bahreïn », sur fr.motorsport.com (consulté le 26 mars 2019)
  15. Fabien Gaillard, « Première victoire en F2 pour Mick Schumacher ! », sur motorsport.com, (consulté le 5 août 2019)
  16. Benjamin Vinel, « Callum Ilott cale, Mick Schumacher gagne à Monza », sur motorsport.com, (consulté le 5 septembre 2020)
  17. Julien Billiotte, « Mick Schumacher philosophe après ses débuts F1 avortés au Nürburgring », sur autohebdo.fr, (consulté le 9 octobre 2020)
  18. Benjamin Vinel, « Mick Schumacher va piloter la B194 au GP de Belgique », sur motorsport.com, (consulté le 27 août 2017)
  19. Medhi Casaurang-Vergez, « Mick Schumacher dans la Ferrari F2004 de son père Michael », sur autohebdo.fr, (consulté le 28 juillet 2019)
  20. Cesare Ingrassia, « Mick Schumacher au volant de la Ferrari de son père ce dimanche ! », sur f1only.fr, (consulté le 13 septembre 2020)
  21. « Michael Schumacher grièvement blessé dans un accident de ski à Méribel », sur 20minutes.fr, (consulté le 1er février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]