Michou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michou (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Michou
1 Michou PVE 2011 P1150118.JPG

Michou à la Promenade de la Vache enragée 2011 à Montmartre.

Naissance
(85 ans)
Amiens
Nom de naissance
Michel Georges Alfred Catty
Nationalité
Activité
Directeur de salle de spectacle
Domicile
Mouvement
Distinctions
Site web

Michou, de son vrai nom Michel Georges Alfred Catty, est un directeur de cabaret français, né le à Amiens (Somme).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il rejoint Paris le et se travestit en imitant France Gall[1]. Il est directeur du Cabaret Michou, au no 80 de la rue des Martyrs dans le 18e arrondissement de la capitale. Il a également sorti plusieurs singles.

Michou adopte une apparence vestimentaire extravagante et kitsch, dont de fameuses lunettes bleues et un brushing décoloré, et ne fait pas mystère de son homosexualité.

Michou développe le concept du cabaret-restaurant-spectacle. Après le dîner, les lumières s'éteignent et le spectacle démarre. Sur une scène minuscule, des travestis remarquablement maquillés chantent en play-back en imitant les stars du show-business, actuelles ou (le plus souvent) anciennes, dont les principales restent Dalida, Sylvie Vartan, Chantal Goya ou Édith Piaf.

Il combine aussi social et business tout en œuvrant pour divertir les personnes âgées et isolées du quartier en organisant notamment tous les mois un déjeuner dans son cabaret avec les pensionnaires de la maison de retraite de la Providence, établissement voisin de la salle de spectacle.

Il fait une apparition au cinéma en 1973 dans La Bonne Année, de Claude Lelouch. Il y joue son propre rôle.

Le , Michou a été fait chevalier de la Légion d'honneur[2].

En février 2005 sort un film-documentaire de 52 minutes, titré Michou, la vie en bleu, réalisé pour France 5 par Frédéric Lievain[3].

Le 31 janvier 2007, Michou est mis à l'honneur par son département d'origine, la Somme, en recevant un trophée lors de la « Nuit des talents » organisée par le Conseil général de la Somme.

Il a souvent été imité et parodié par le comique Jonathan Lambert, notamment dans la Grosse émission[4].

Il est supporter de Nicolas Sarkozy, l'ayant notamment soutenu au Palais omnisports de Paris-Bercy le 29 avril 2007, lors de son meeting à Paris.

Le 18 juin 2011, Michou a 80 ans. Il les fête le 20 juin 2011 dans la célèbre salle, classée monument historique, du Trianon. C'est entouré d'une pléiade de personnalités, qu'il fête en grandes pompes ses 80 ans. Attendus à cette soirée : Nana Mouskouri, Jean-Paul Gaultier, Dorothée, Michele Torr, Matt Pokora, Annie Cordy, Alain Turban, Amanda Lear, Johnny Hallyday, Joey Starr, Perrette Souplex, Herbert Léonard, Jean-Jacques Debout, France Fannell, Afida Turner, Bichou mais aussi des acteurs comme Francis Huster, Rosy Varte, Anny Duperey, Marthe Mercadier ou encore Marie-Anne Chazel, sans oublier ses éternelles Michettes ainsi qu'Erwann son compagnon de longue date.

Tout Montmartre est réuni pour cet événement. On note un grand clin d'œil des artistes du Lido ainsi que ceux du Moulin rouge.

Pour l'occasion, Alain Turban, ami de toujours, lui compose une nouvelle chanson intitulée « 80, rue des Martyrs ». Michou reste à l'heure actuelle le prince de la nuit et des nuits parisiennes. Il est aujourd'hui une figure du monde gay et artistique. Il fête aussi ses 55 ans de nuit, toujours au rythme du champagne et d'une vie trépidante.

Le 25 juin 2011, Michou est un des trois parrains de la seconde Promenade de la Vache enragée. Il défile dans une 2 CV décapotable, le verre à la main, saluant le public tout le long du parcours.

Cabaret[modifier | modifier le code]

Michou en .

L'établissement était au départ un restaurant et bar de nuit (qui n'eut pas toujours l'autorisation de rester ouvert toute la nuit : les clients s'y laissaient enfermer après 2 h du matin quand les règlements de police obligeaient « Lulu », la vestiaire chargée de la porte, à refuser de nouveaux clients). Au début des années 1960, Michou y lança progressivement ses spectacles de transformistes interprétant des classiques de la chanson, souvent de façon burlesque, parfois poétiquement. Il y participait en meneur de jeu toujours en scène : la troupe était réduite, constituée de personnages du quartier, tel « la grande Eugène », alors teinturier. Ce fut une adresse confidentielle, proche de Madame Arthur, et de Pigalle.

Échotiers et chroniqueurs de la nuit découvrirent cet endroit, après quelques années de spectacle plus ou moins improvisé. Georges Debot, ami de Michou, Jacques-Louis Delpal, par la suite responsable avec lui d'un petit guide « bleu tendre », puis auteur d'un livre sur les « travestis » (voir Travestissement), Alain Naulin, collaborateur de France-Soir, évoquèrent la boîte de la rue des Martyrs bien avant 1968 et la « libéralisation » des spectacles. On y vit souvent Yves Mourousi, journaliste à l'ORTF qui allait devenir un présentateur du JT de la Une.

Chez Michou tenait alors presque du club, à la fois très parisien et bon enfant. Michou « et ses Michettes » connurent la célébrité au cours des années 1970, la renommée parisienne devenant « nationale » et les émissions de télévision se succédant, alors que d'autres cabarets, au succès éphémère, contribuaient à l'engouement pour les spectacles à ce moment encore dits globalement et imprécisément de travestis (La Grande Eugène, L'Ange Bleu et, pour une part, l'Alcazar de Jean-Marie Rivière, où officiait Babette).

Le cabaret Michou n'allait pas désemplir. Michou devint réellement une célébrité, capable de réunir le Tout-Paris sur un bateau pour ses 60 ans, fêtés au fil de la Seine. Expansif, amateur des meilleurs champagnes, toujours irréprochablement coiffé, embrassant les vedettes lors de toutes les manifestations festives, étonnamment matinal pour un noctambule, il est resté très populaire dans son quartier et à Montmartre, dont il est une personnalité symbolique, à l'instar de celle que fut sa grande amie Dalida. La couleur préférée de Michou est, depuis toujours, le bleu : ses lunettes, ses vêtements et les décorations de la salle de spectacle sont de cette couleur.

Les transformistes se succèdent toujours, chaque soir, sur la petite scène du 80, rue des Martyrs, dans le quartier Montmartre. Le spectacle Folies folles est encore de la veine « Michou », bien que le fondateur du cabaret, qui sort toujours des CD, ait pris quelque recul.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Plus joli qu'une fleur
  • Qu'est-ce qui m'attend à la rentrée... (face B: Le clown sur la piste)
  • Quoi mon chou ?
  • Si tu f'sais du tandem avec moi
  • 1978 : Fofolle
  • 1978 : L'homme à femmes [5]
  • 1978 : Moi j'suis Michou
  • 1989 : Le Bataillon de chez Michou
  • 1989 : Les Fricoteuses
  • 2005 : Signé Michou
  • Pour ses 70 ans, Michou sortait un disque Michou, c'est qui ?, une « chanson-biographie ».

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nice-matin.com
  2. Purepeople.com
  3. Telleestmatele.overblog.com
  4. Google.fr
  5. [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]