Michio Mado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michio Mado
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 104 ans)
InagiVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d’activité
À partir de
Nom dans la langue maternelle
まど・みちおVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Poète, écrivain, auteur de littérature d'enfanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genre artistique
Littérature d'enfance (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix Hans Christian Andersen ()
Prix Noma de la littérature pour enfants (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
Zōsan (d), Yagisan yūbin (d), Fushigina poketto (d), Ichinenseini nattara (d), Q23012890Voir et modifier les données sur Wikidata

Michio Mado (まど・みちお, Mado Michio?), né le et mort le [1] à Tokyo, est un poète japonais à qui a été décerné le prix Hans Christian Andersen en 1994[2],[3]. Formé par Hakushū Kitahara et Jun'ichi Yoda (1905-1997), il est surtout connu par ses chansons pour enfants « Zō-san », « Yagi-san yūbin » et « Ichinensei ni nattara ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Mado est né Michio Ishida à Shūnan dans la préfecture de Yamaguchi. Il passe son enfance avec son grand-père parce que ses parents sont partis travailler à Taiwan. Il y rejoint plus tard sa famille. Il est diplômé de la « National Taipei University of Technology » de Taipei et publie ses premiers poèmes à cette époque dans le journal « Ayumi ». Il travaille ultérieurement pour le département des ports et des voies d'eau du bureau du gouverneur-général de Taïwan.

En 1934 il publie cinq articles dans la revue « Kodomo no kuni ». En 1936, le compositeur Yamaguchi Yasuharu (1901-1968) met en musique la chanson « Futa atsu ».

En 1943, il est mobilisé comme pionnier dans la marine et envoyé sur différents théâtres de guerre, notamment à Singapour où il est témoin de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Après son retour au Japon en 1948, il travaille dans une maison d'édition et se consacre à la publication du journal « Livre pour enfant ». Après sa retraite en 1959, il se consacre à la poésie, écrit des comptines et pratique la peinture.

En 1992, à l'instigation de l'impératrice Michiko, son livre Dōbutsutachi (« Les animaux ») traduit en anglais est publié au Japon et aux États-Unis.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Prix Noma de littérature pour enfants pour « Tempura piripiri »
  • 1976 : Prix de l'association des auteurs pour la littérature japonaise pour le jeunesse (日本児童文学者協会賞) pour « Shokubutsu no uta »[4].
  • 1994 : Prix de littérature « Robō no ishi »(路傍の石文学賞, Robō no ishi bungakushō) - Prix spécial pour « Mado Michio zenshishu » (Édition complète de ses poèmes)[Anm. 1],[5].
  • 1994 : Prix Hans Christian Andersen
  • 1998 : Prix Asahi

Ouvrages (sélection)[modifier | modifier le code]

Collections de chansons[modifier | modifier le code]

  • 1968 Tempura piripiri (てんぷらぴりぴり)
  • 1973 Mametsubu uta (まめつぶうた)
  • 1974-75 Mado Michi shishū (まど・みちお詩集, 6 volumes)
  • 1979 Fukei shishū (風景詩集)
  • 1979 Tsukemono no omoshi (つけもののおもし)
  • 1981 Ii keshiki (いいけしき)
  • 1985 Shakkuri uta (しゃっくりうた)
  • 1989 Kuma san (くまさん)
  • 1993 Sorekara (それから…)
  • 1999 Melon no jikan (メロンのじかん)
  • 2000 Kyō mo tenki (きょうも天気)
  • 2006 Sono hen o (そのへんを)

Livres illustrés traduits[modifier | modifier le code]

Chansons pour enfants[modifier | modifier le code]

  • Zō san (ぞうさん), mis en musique par Ikuma Dan
  • Yagi san yubin (やぎさんゆうびん), mis en musique par Ikuma Dan
  • Onigiri kororin (おにぎりころりん), mis en musique par Akihiro Komori
  • Ichinensei ni nattara (いちねんせいになったら), mis en musique par Naozumi Yamamoto
  • Fushigi na poketto (ふしぎなポケット), mis en musique par Shigeru Watanabe
  • Drops no uta (ドロップスのうた), mis en musique par Megumi Ōnaka
  • Mizu asobi (みずあそび), sur une musique de Rentarō Taki

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Remarque[modifier | modifier le code]

  1. Le prix tient son nom de l'ouvrage éponyme « Robō no ishi » (« Une pierre au bord du chemin ») de l'écrivain Yūzō Yamamoto (1887-1974)

Liens externes[modifier | modifier le code]