Michiko Ishimure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michiko Ishimure
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kawaura (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
KumamotoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
石牟礼道子Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Michiko Shiraishi
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine
Distinctions

Michiko Shiraishi, dite Michiko Ishimure (japonais 石牟礼 道子, Ishimure Michiko), née le à Kawaura (en) du district d'Amakusa dans la préfecture de Kumamoto et morte le [1], est une poétesse et une écrivaine japonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michiko Ishimure est née à Kawaura (actuelle Amakusa) dans la préfecture de Kumamoto. Après avoir obtenu son diplôme à l'école pratique de Minamata, elle devient enseignante puis femme au foyer. En 1958, elle rejoint le groupe du Cercle du village (sâkuru mura) du poète Gan Tanigawa. Elle s'intéresse alors à la poésie japonaise et commence une activité littéraire.

Dans son oeuvre majeure Kugai Jôdô waga Minamata byô ("Mer de souffrance, Terre Pure : notre maladie de Minamata") (1969) elle rend hommage aux victimes de la maladie. Ce travail a fait l'objet de nombreux éloges. Elle reçoit le prix Ôyasôichi non fikushon qu'elle refuse.

En 1986, elle assiste le poète haikai Futoshi Anai pour la publication du recueil Ciel (Ten).

En 1993, elle participe aux plans de l'hebdomadaire Kinyôbi spécialisé dans la politique, les entreprises et les catastrophes environnementales. Elle démissionne au bout de deux années car elle ne faisait que "donner un coup de main" au comité éditorial.

En 2002, elle publie une pièce de intitulée Shiranui, qui est jouée sur scène la même année à Tokyo, puis en 2003 à Kumamoto et en 2004 à Minamata.

Atteinte de la maladie de Parkinson, elle décède le 10 février 2018.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Michiko Ishimure est lauréate de l'édition 1973 du prix Ramon Magsaysay pour ses écrits relatifs à la maladie de Minamata[2] et du prix Murasaki Shikibu en 1993 pour Izayoi hashi (十六夜橋).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Michiko Ishimure, author of Minamata disease books, dies at 90 », sur Kyodo News, (consulté le 10 février 2018)
  2. (en) « CITATION for Michiko Ishimure », prix Ramon Magsaysay, sur rmaf.org.ph

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]