Michiel Coxcie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michiel Coxcie
Simon Frisius - Portrait of Michiel Coxie.jpg
Autoportrait de Michiel Coxcie en saint George, Musée de Louvain
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
MalinesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieux de travail
Mouvement

Michiel Coxcie, né vraisemblablement à Malines en 1499 et y décédé le , est un peintre primitif flamand. D'autres variantes de son nom sont Coxien, De Coxien, De Coxcie, Coxius, Van Coxcie et Coxie. Il se peut cependant que son lieu de naissance soit la ville de Liège.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mort à l'âge de 93 ans, Coxcie a été très populaire à son époque. Connu par le surnom du Raphaël du Nord, Coxcie a été un des premiers peintres du Nord de l'Europe à s’intéresser à la Renaissance italienne. Il voyagea en Italie aux alentours de 1520 pour y rester environ une décennie. Pendant son séjour, il rencontrera les grands maîtres de l'époque[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Michiel Coxcie peint des portraits et des scènes religieuses et conçoit également des cartons pour vitraux et tapisseries. Il voyage en Italie et introduit dans nos régions le style de peinture romanisant épuré. Ses premiers travaux sont donc fortement influencés par la Haute Renaissance italienne, en particulier par Raphaël. Il est d'ailleurs parfois appelé le Raphaël flamand. Il a été nommé peintre de cour par Philippe II d'Espagne de la Maison des Habsbourg. Coxcie a aussi copié des tableaux, notamment de Jan Van Eyck (L'Agneau mystique)[2] et de Rogier van der Weyden (La Descente de Croix)[3].

En octobre 2013, la première rétrospective sur l'œuvre du peintre a lieu au Musée M de Louvain en Belgique[4].

Dans les collections muséales[modifier | modifier le code]

  • Béziers : Portrait d'une dame à la coiffe blanche.
  • Douai : La Grotte de Platon.
  • Madrid, Musée du Prado : La Mort d'Abel.
  • Malines : Torture de Saint George
  • Louvain : Autoportrait, en saint Joris (partie d'un triptyque)
  • Clermont-Ferrand : Le Christ tenant sa croix

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carel van Mander, Le Livre des peintres - Vies des plus illustres peintres des Pays-Bas et d'Allemagne, introduction et notes par Véronique Gerard-Powell, Les Belles Lettres, Paris, 2002, T. I et II.
  • Koenraad Jonckheere,
    • Michiel Coxcie, 1499-1592 and the Giants of His Age, Harvey Miller, 2013.
    • Michiel Coxcie, de Vlaamse Rafaël, Davidsfonds, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michiel Coxcie sur artbible.info
  2. « Coxcie « corrige » L'Agneau mystique », sur www.mleuven.be (consulté le 4 novembre 2019)
  3. Michiel Coxcie, chaînon manquant de la peinture sur lalibre.be
  4. « Michiel Coxcie. Le Raphaël de Flandre », sur www.mleuven.be (consulté le 4 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :