Micheline Maurel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Micheline Maurel, née à Toulon le et morte dans cette même ville le est une écrivaine et poétesse française, résistante déportée à Ravensbrück en 1943.

Biographie[modifier | modifier le code]

Petite fille de l'architecte Charles Maurel et fille d'Edouard Maurel, pionnier de la radio dans le Var, Micheline Maurel est l'aînée d'une fratrie de six enfants. À la fin de sa scolarité au collège de jeunes filles de Toulon (actuel Lycée Bonaparte) où chaque année elle a engrangé les prix, elle poursuit des études supérieures en lettres classiques à Lyon puis à Aix-en-Provence et obtient sa licence. En 1940, pleine d'enthousiasme elle est à Lyon avec une bourse d'agrégation. En 1941 et 1942, elle y exerce comme professeur de lettres et à partir de novembre 1942 entre dans la Résistance française où elle fait partie du réseau Marco Polo. Le 19 juin 1943, arrêtée par la Gestapo, elle est internée au fort de Romainville. Le 29 août 1943, elle est déportée au Neubrandebourg, annexe du camp de Ravensbrück, matricule 22410, et va y survivre durant 20 mois avant d'être libérée par l'avancée des troupes russes en avril 1945. En mai 1945, elle est de retour à Toulon. Des privations et sévices subis au camp, elle gardera toute sa vie les séquelles. Après la guerre, elle occupe un poste dans l'enseignement de septembre 1946 à juin 1948, avant d'obtenir un emploi de traductrice à l'O.M.S. (Organisation mondiale de la santé) et au siège de la Croix-Rouge internationale à Genève. Parallèlement, à la fin des années 1950, elle se lance dans l'écriture et publiera plusieurs ouvrages : souvenirs des camps, contes pour enfants, poésies. Très affectée par le suicide de sa fille adoptive, Magali Maurel (1961-1990), elle publiera aussi en 1999 un recueil de poèmes à sa mémoire. Micheline Maurel est titulaire de la Croix de guerre avec palme, de la médaille commémorative des services volontaires dans la France libre et chevalier de la Légion d'honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Audio[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Fonds Joseph Kosma de la Médiathèque musicale Mahler.