Michele Benso de Cavour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavour.
Michele Benso de Cavour

Michele Giuseppe Francesco Antonio Benso de Cavour, parfois francisé en Michel Antoine Bens de Cavour ( à Turin - à Turin[1]), 5e marquis de Cavour, baron Bens Cavour et de l'Empire, est un noble piémontais catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michele Benso de Cavour est le fils de Giuseppe Filippo Benso[2] (1741-1807), 4e marchese di Cavour, conte di Isolabella e de Cellarengo, signore di Santena et de Françoise-Joséphine-Marie-Philippine de Sales ( - Turin - Turin), dame d'honneur (1re dame) de Pauline Bonaparte princesse Borghèse (1810), comtesse de l'Empire.

Après l'invasion napoléonienne du Piémont en 1796, les Cavour passent des années très dures et certains membres de la famille sont obligés de quitter le pays ou de se retirer en attendant des temps meilleurs. Michele Benso est spolié du titre de marquis. En 1799, alors que l'offensive austro-russe chasse momentanément les Français de l'Italie, les Cavour réaffirment leur fidélité à la Maison de Savoie. Après que les Français sont revenus, le Consulat et surtout le Premier Empire mettent en place une politique de soutien des éléments conservateurs de la société piémontais, ouvrant de nouvelles opportunités aux Cavour, qui atteignent des postes plus importants que ceux obtenus lors de l'ancien régime[3].

En 1801, Michele Benso rencontre sa future épouse, Adélaïde Suzanne de Sellon (1780-1846), à Genève, où il se trouve pour échapper aux persécutions anti-aristocratiques. Michele et Adèle se marient le 17 avril 1805. Adèle de Sellon appartient à une famille calviniste d'origine française de Genève. De leur mariage, naît à Turin, leur fils aîné Gustavo, le 27 juin 1806[4]. En 1807, à la mort de son père Filippo, Michele Benso reçoit son héritage[2].

En 1809, Michele Benso Cavour est nommé baron de l'Empire et il devient chambellan et l'un des hommes de confiance du prince Camille Borghèse, gouverneur des départements français en Italie et qui a sa cour à Turin. Profitant de cette position, Michele Cavour achète une grande propriété de Leri d'environ 900 hectares provenant des biens de l'abbaye de Lucedio, qui, comme d'autres biens, ont été confisqués par le régime napoléonien à l’Église[4].

Le 10 août 1810, lorsque la famille Cavour est à son apogée, Camillo naît à Turin. Il doit son prénom au prince Camillo Borghese, son parrain, marié à la princesse Pauline Bonaparte.

La restauration (1814-1850)[modifier | modifier le code]

Après la restauration post-napoléonienne de 1814, Michele Cavour retrouve son titre de marquis et gère avec une grande habileté politique les Cavour dans la difficile période du régime de transition. La famille sait, petit à petit, se transformer de défenseur des valeurs rationalistes et maçonniques au catholicisme jésuite qui caractérise le royaume de Sardaigne après 1815. Dans le même temps, elle se rapproche de Charles-Albert de Sardaigne qui devient roi en 1831[4].

Michele Cavour est nommé maire de Turin en 1833 et chef de la police en 1837. Il conserve sa charge jusqu'en 1847, l'occupant avec zèle et rigueur. En 1848, il se prononce en faveur de la constitution de 1837. Il meurt le à Turin.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
COA family fr Cavour (Savoy).svg
Armes de la Famille Bens de Cavour (it) (en italien : Benso di Cavour)

D'argent, au chef de gueules, ch. de trois coquilles d'or.[5]

Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Blason à dessiner.svg
Armes du baron Bens de Cavour et de l'Empire (décret du , lettres patentes du (Paris))

Coupé ; au premier d'azur à deux étoiles d'argent surmontées d'un croissant du même ; au deuxième de gueules à trois coquilles en fasce d'or ; franc-quartier des barons officiers des maisons des princes de notre famille.[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site généalogique Roglo
  2. a et b Hearder, Cavour, Bari, 2000, p. 4.
  3. Hearder, Cavour, Bari, 2000, p. 4. Cfr. anche Romeo, Vita di Cavour, Bari, 2004, p. 3.
  4. a, b et c Romeo, Vita di Cavour, Bari, 2004, p. 4.
  5. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887
  6. a et b « BB/29/967 page 102. », Titre de baron accordé par décret du , à Michel, Antoine, Paul, Bens de Cavour. Paris ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)

Source[modifier | modifier le code]