Michela Marzano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marzano (homonymie).
Michela Marzano
Description de cette image, également commentée ci-après
Michela Marzano en 2009.
Naissance (47 ans)
Rome, Italie
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Profession

Maria Michela Marzano (née le à Rome) est une chercheuse, philosophe et écrivaine italienne contemporaine. Engagée politiquement au sein de la gauche italienne, elle est élue députée au parlement italien en février 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michela Marzano a fait ses études secondaires au lycée Pio IX de Rome.

Après son intégration à l'École normale supérieure de Pise, elle s’oriente vers des études de philosophie en suivant parallèlement un cursus de philosophie analytique et de bioéthique à l’Université de Rome « La Sapienza ».

En 1998, elle soutient sa thèse à l’E.N.S sur le statut du corps humain qui la conduira progressivement à s’intéresser à ses champs de recherches actuels. Elle arrive en France en 1999, où elle intègre le CNRS en 2000. Depuis 2010, Michela Marzano est Professeur de philosophie à l'Université Paris Descartes.

Elle travaille dans le domaine de la philosophie morale, politique et s’intéresse en particulier à la place qu’occupe aujourd’hui l’être humain, en tant qu’être charnel. L’analyse de la fragilité de la condition humaine représente pour elle le point de départ de ses recherches et de ses réflexions philosophiques. Sur le plan politique, elle dénonce l’idéologie libérale et le mythe de la « confiance en soi »[1]. Éditorialiste à la Repubblica elle intervient régulièrement dans le débat public en Italie et en France.

Dans son ouvrage Légère comme un papillon, Michela révèle son anorexie et une partie de sa vie.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Candidate à Milan en Lombardie pour le Parti démocrate lors des élections générales italiennes de 2013, elle est élue députée le 25 février à la chambre des députés et pressentie pour entrer dans un gouvernement de coalition mené par Pier Luigi Bersani[2],[3]. Elle fait partie de la Commission Justice de la chambre des députés depuis le , et a fait partie de la Commission Parlementaire pour l'enfance et l'adolescence du au [4]. Le 4 mai 2015, elle vote contre l'Italicum, la nouvelle loi électorale adoptée par la Chambre. Le 24 février 2016, elle annonce que dans le cas où la loi sur les unions civiles ne prévoit pas la possibilité pour les couples de même sexe d'adopter un enfant, elle quittera le Parti démocrate. Le 12 mai 2016, elle quitte effectivement le groupe parlementaire du Parti démocrate pour désaccord sur la question ci-dessus. Elle passe au groupe mixte tout en continuant à soutenir la majorité[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Michela Marzano «La confiance est un pari» » sur Libération.fr
  2. (it) «La nostra rivoluzione inizi dal linguaggio» par Valentina Longo sur www.europaquotidiano.it le 8 mars 2013
  3. (it) Nel "governo Bersani" la carica di donne : in pista Tinagli, Mosca e Marzano par Monica Guerzoni dans Corriere della Sera du 18 mars 2013.
  4. (it) Page de Michela Marzano sur le site de la Camera dei deputati
  5. (it) « Unioni civili, Renzi: "Ho giurato sulla Costituzione non sul Vangelo" », Reppublica,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :