Michele da Cesena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Michel de Césène)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michele da Cesena
01 Innocent VI, Gil Albernoz & Charles IV (au premier plan, Simone Saltarelli, archevêque de Pise, Césène et Occam).jpg
L'archevêque Simone Saltarelli, sur la fresque de la Chapelle des Espagnols du couvent dominicain de Santa-Maria Novella à Florence (XVe), est représenté aux pieds d'Innocent VI, en train d'admonester Guillaume d'Occam et Michele da Cesena, général des franciscains. À gauche et à droite du pape se trouvent le cardinal Albornoz et Charles IV de Luxembourg.
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Michel de Césène, né vers 1270 à Cesena et mort à Munich le , est un théologien franciscain italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel de Césène nait à Ficchio, près de Cesena. Il entre dans l'ordre franciscain puis devient maître de théologie à Paris en 1316. À la suite du chapitre général de Naples le 29 mai 1316, Michel est élu ministre général de l'ordre, à la satisfaction du roi de Naples Robert d'Anjou et de la reine Sancia. Michel de Césène participe à la querelle sur la pauvreté de l'Église. En 1322, il réunit à Pérouse un chapitre général portant sur la définition de la pauvreté. Le chapitre prononce que Jésus-Christ et les Apôtres n'avaient la propriété d'aucune chose, ni en commun, ni en propre. Convoqué par le pape Jean XXII à Avignon, il comparaît le 9 avril 1328 et est fortement semoncé[1].

Michel de Césène est maintenu en détention à Avignon avec deux autres compagnons, Bonagrazia de Bergame et Guillaume d'Ockham. Ils s'enfuient tous les trois le 28 mai et, après un périlleux voyage par terre et par mer, rejoignent l'empereur Louis de Bavière et son conseiller Marsile de Padoue à Pise en septembre[1]. Dès leur arrivée à Pise, les franciscains lancent une campagne de propagande contre le pape à l'aide de sermons, lettres et traités. Entre-temps, le 6 juin 1328, Jean XXII dépose et excommunie Michel et ses deux compagnons. Les franciscains suivent l'empereur à Parme, Crémone, Trente, puis à Munich, où ils se réfugient en février 1330. En 1331, un chapitre général tenu à Perpignan nomme un nouveau ministre général des franciscains, le Français Géraud Odon[2]. Michel de Césène meurt à Munich le 29 novembre 1342[3].

Littérature[modifier | modifier le code]

Umberto Eco en a fait l'un des personnages de son roman, Le Nom de la rose (1980).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Carlo Dolcini, « Michele da Cesena, » Dizionario Biografico degli Italiani, volume 74, 2010 [lire en ligne]
  2. (it) Hans-Jürgen Becker, « Bonagrazia da Bergamo, » Dizionario Biografico degli Italiani, volume 11, 1969 [lire en ligne]
  3. (it) M. Niccoli, Enciclopedia Italiana, 1934.