Michel de Broin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel de Broin est un artiste québécois né en 1970 à Montréal. Son travail se situe principalement dans le domaine de la sculpture, mais il utilise aussi la vidéo, la performance, le dessin, la photographie et les objets trouvés. Il a réalisé de nombreuses œuvres d'art public à Montréal et ailleurs au Canada ainsi qu'en Europe. Il a obtenu le Prix artistique Sobey en 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a étudié les arts plastiques à l'Université Concordia puis à l'Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Sa première exposition majeure fut présentée en Allemagne par la galerie Villa Merkel en 2002.

Après avoir commencé sa carrière à Montréal, il est parti en 2005 pour s'installer à Paris puis à Berlin.

En 2006, il a reçu le Prix Reconnaissance UQAM[1].

En 2007, il a reçu le Prix artistique Sobey[2].

En 2011, il est revenu s'installer à Montréal.

En 2012, le Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa) a acquis sa sculpture Majestic[3], installée en extérieur de manière permanente dans le parc des sculptures.

En 2013, lors de son exposition au Musée d'art contemporain de Montréal, le public était invité à tenter une expérience immersive dans l'une de ses œuvres, Monochrome bleu. L'événement n'étant pas médiatisé, peu de gens ont tenté la baignade.

En 2020, il est le commissaire d’exposition de l’exposition, La main du magicien dans la froide lumière du jour, de l'artiste Milutin Gubash au Musée d’art contemporain des Laurentides[4].

Ses œuvres sont présentes dans diverses collections muséales, dont le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée national des beaux-arts du Québec[5], le Musée d'art contemporain de Montréal, le Musée d'art de Joliette, le Musée des beaux arts de Winnipeg, le Musée d'art contemporain du Val-de-Marne, le FRAC Poitou Charentes et le Neuer Berliner Kunstverein.

Démarche[modifier | modifier le code]

Révolutions, Montréal

Depuis les années 1990, l'artiste travaille dans une démarche transdisciplinaire et questionne les limites des systèmes techniques et sociaux. Ses œuvres sont souvent drôles et ludiques, mais aussi critiques. Les thématiques de l'énergie et de la résistance sont récurrentes dans son travail. Ses œuvres consistent en un détournement d'objets ou de formes qui se retournent contre elles-mêmes pour faire apparaître leurs paradoxes. Par l'introduction d'un agent étranger, par exemple une flamme à la sortie d'un robinet, il cherche à susciter des réactions et à faire découvrir l'objet en lui-même, en dehors de la manière convenue de le percevoir.

L'art conceptuel est également une source d'inspiration de sa démarche. Dans l'exposition "Matière dangereuse" (1999), il a par exemple réinterprété la forme du "carré noir sur fond blanc" de Kasimir Malevitch.

L'artiste recourt fréquemment à différents médias. Ainsi, une maquette, une image ou un dessin peut devenir sculpture, ou une sculpture redevenir sujet de photos ou de films, etc. Pour lui, une œuvre n'est pas une finalité, mais la ponctuation d'un processus ouvert et en progression constante. Il peut ainsi revisiter des œuvres antérieures pour les actualiser ou les réinterpréter.

Principales productions[modifier | modifier le code]

Shared Propulsion Car consiste en une vieille voiture dont le moteur a été remplacé par un système à pédales. Elle a été présentée à Exit art (New York) et à Toronto. Une vidéo de l'artiste montre un policier arrêter la voiture lors d'une sortie dans les rues de Toronto.

Black Whole Conference consiste en un groupe de chaises fixées les unes aux autres par les pattes, de manière à produire une sphère. Elle fait partie de la collection du Musée d'art contemporain du Val-de-Marne.

Overflow a été présentée à en 2008. Elle consiste en une chute d'eau dévalant par la fenêtre, dans les ruines de l’ancienne chapelle de la prison centrale de Toronto.

La maîtresse de la Tour Eiffel a été créée pour l'évènement la Nuit Blanche à Paris en 2009. Il s'agit d'une boule disco de 7,5 m de diamètre, couverte de 1000 miroirs et suspendue par une grue à 60 mètres dans les airs au-dessus de l'Assemblée nationale dans les Jardins du Luxembourg. Les dimensions de cette boule ont battu le précédent record du Guinness[6].

Majestic a été présentée comme projet satellite de la Biennale de La Nouvelle-Orléans en 2011. Elle prend la forme d'une étoile faite à partir de lampadaires tombés lors de l'Ouragan Katrina. En 2012, la sculpture a été acquise par le Musée des beaux-arts du Canada grâce à une donation des mécènes Donald et Beth Sobey[7].

Blowback (2013), sculpture constituée de deux canons dont les bouches sont reliées l'une à l'autre par un long tube recourbé (Musée d'art contemporain de Montréal).

Art public[modifier | modifier le code]

L'Arc, monument en hommage à Salvador Allende, parc Jean-Drapeau

Révolutions[8] est une sculpture représentant un escalier en forme de boucle installée à l'extérieur de la station Papineau à Montréal depuis 2003.

Monument[9] est une sculpture installée dans un parc de Winnipeg en 2009. Elle réinterprète le thème classique du drapé en représentant deux personnages fantomatiques debout sous un drap.

L'Arc[10] (2009) est un monument en hommage à Salvador Allende situé à Montréal sur l'île Notre-Dame, dans les jardins des Floralies[11].

Mehr Licht[12] est un projet de sculpture qui a remporté le concours d'art public du Bundestag en 2011 et qui sera installée dans la nouvelle aile du Parlement à Berlin en 2014.

Interlude, télévision avec un vrai feu, devant le pavillon Pierre-Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec, inauguré en 2016.

Expositions[modifier | modifier le code]

Une liste non exhaustive des principales expositions de l'artiste :

  • 2022 :
    • « Les illusions sont réelles », Manif d’art 10 – Biennale de Québec, Québec, QC, Canada[13].
  • 2021 :
    • « Dérive », Galerie Blouin division, Montréal, QC, Canada[14].
    • La 5e Biennale internationale d’art numérique (BIAN), organisée par ELEKTRA, Galerie Arsenal, Montreal, QC, Canada[15].
  • 2019 :
    • « THRESHOLDS », Âjagemô art space, Canada Council for the Arts, Ottawa, ON, Canada[16].
    • « Bonne conduite », The Player, Frac Poitou-Charentes, Angoulême, France.
  • 2018 :
    • « La conduite des conduites », Galerie Blouin Division, Montréal, QC, Canada[17].
  • 2017 :
  • 2016
    • « This and that », Galerie Blouin Division, Toronto, ON, Canada[21].
    • « Castles Made of Sand », BMO Project Space, Toronto, ON, Canada[22].
  • 2015 :
    • « La dissipation sur le virage », Galerie Eva Meyer, Paris, France[23].
  • 2013 :
  • 2009 :
    • « La Maîtresse de la Tour Eiffel », Nuit Blanche, Paris, France[29].
    • « Disruption from Within », Plug In, Winnipeg, MA, Canada[30].
  • 2006 :
    • « Michel de Broin; Machinations », Musée national des beaux-arts du Québec, Québec, QC, Canada
    • « Reverse Entropy », Künstlerhaus Bethanien, Berlin, Germany[36]
    • « Réparations », Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa, QC, Canada
  • 2003 :
    • « Damage Control », Museum of Canadian Contemporary Art, Toronto, Canada

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Prix Reconnaissance UQAM 2006. Le talent de faire parler les objets », sur UQÀM (consulté le )
  2. Sobey Art Award, 2007 Sobey Art Award
  3. Musée des beaux-arts du Canada, Les philanthropes Donald et Beth Sobey font don de la sculpture Majestic, de Michel de Broin, au Musée des beaux-arts du Canada, 30 octobre 2012.
  4. « La main du magicien dans la froide lumière du jour », sur www.maclau.ca (consulté le )
  5. « Michel de Broin | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  6. (en) Bryne McLaughlin, « Michel de Broin: Cities of Light », sur Canadian Art (consulté le )
  7. (en) National Gallery of Canada, « Philanthropists Donald and Beth Sobey donate Michel de Broin sculpture Majestic to National Gallery of Canada », sur Musée des beaux-arts du Canada
  8. Révolutions
  9. Monument
  10. L'Arc
  11. « Montréal et la communauté chilienne rendent hommage à Salvador Allende par l’inauguration de l’œuvre d’art public L’Arc de Michel de Broin », sur Collection d'art public de la Ville de Montréal
  12. « Mehr Licht »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  13. Steven Matijcio, Skawennati Tricia Fragnito, Maxime Coulombe et Jonathan Allen, Les illusions sont réelles : Manif d'art 10 : la biennale de Québec = Illusions are real : Manif d'art 10 : the Québec City biennial, (ISBN 978-2-9818169-3-1 et 2-9818169-3-4, OCLC 1267634829, lire en ligne), p. 64-65
  14. (en-CA) « Group Exhibition - Dérive », sur BLOUIN DIVISION (consulté le )
  15. (en) « BIAN 2021 | Michel De Broin », sur Elektramontreal (consulté le )
  16. (en) « Visit Thresholds in the Âjagemô Exhibition Space », sur Canada Council for the Arts (consulté le )
  17. Jérôme Delgado, « «La conduite des conduites»: moins éblouissant? », sur Le Devoir, (consulté le )
  18. « University of Waterloo Art Gallery » Blowback » (consulté le )
  19. « Paysages Bordeaux 2017 » (consulté le )
  20. « Leur moment de 2017: Michel de Broin », sur La Presse, (consulté le )
  21. (en-CA) « Michel de Broin », sur BLOUIN DIVISION (consulté le )
  22. « Castles Made of Sand », sur castles-made-of-sand.ca (consulté le )
  23. « GALERIE EVA MEYER, 75003 Paris, MICHEL AUBRY, STEPHANE BÉRARD, Werner BÜTTNER, MICHEL DE BROIN, GOIFFON & BEAUTÉ, SÉVERINE HUBARD, JAN KOPP, MAN RAY », sur galerieevameyer.com (consulté le )
  24. Daniel Sherer, Michel de Broin, (ISBN 978-2-551-23579-7, 2-551-23579-0 et 978-2-551-25379-1, OCLC 830078589, lire en ligne)
  25. « Michel de Broin », sur MAC Montréal (consulté le )
  26. (en-US) « Oh, Canada | MASS MoCA », sur massmoca.org, (consulté le )
  27. « Fetisch Auto | Museum Tinguely Basel », sur www.tinguely.ch (consulté le )
  28. « confort moderne », sur www.confort-moderne.fr (consulté le )
  29. « La 8e Nuit Blanche attire 1,5 million de promeneurs », sur LExpress.fr, (consulté le )
  30. (en-US) « Michel de Broin: Disruption from within | September 19 to November 21, 2009 », sur Plug In ICA, (consulté le )
  31. John K. Grande, « Nothing Is Lost, Nothing Is Created, Everything Is Transformed », Vie des Arts,‎ , p. 8-9 (lire en ligne)
  32. « scotiabank nuit blanche », sur www.ccca.ca (consulté le )
  33. « Acclimatation - 21 novembre 2008 - L'ŒIL - n° 608 », sur Le Journal Des Arts (consulté le )
  34. National gallery of Canada, « DÉ-CON-STRUCTIONS »
  35. (en-US) « Michel de Broin. Machinations », sur Galerie de l'UQAM (consulté le )
  36. (en-US) « KB | Michel de Broin » (consulté le )
  37. « Villa Merkel: 17.02. - 31.03.2002 Michel de Broin », sur www.germangalleries.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]