Michel de Bonnecorse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel de Bonnecorse
UNESCO History, Départ donné par DDG du Raid automobile Paris-Pékin - UNESCO - PHOTO0000002685 0001 (cropped).tiff
Fonctions
Ambassadeur de France au Maroc
-
Henri de Coignac (d)
Frédéric Grasset (d)
Ambassadeur de France au Kenya
-
Jacques Leclerc (d)
Michel Rougagnou (d)
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Michel de Bonnecorse Benault de LubièresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Michel de Bonnecorse (né Michel de Bonnecorse Benault de Lubières) est un haut fonctionnaire et diplomate français né le à Chiré-en-Montreuil.

Famille[modifier | modifier le code]

Michel de Bonnecorse est né dans une famille de haute bourgeoisie originaire de Provence[1], issue de Balthasar de Bonnecorse (v. 1650), consul de France au Caire[2]. Michel de Bonnecorse est le fils posthume de Bertrand de Bonnecorse-Lubières, mort pour la France.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École nationale d'administration (promotion Turgot, 1966-1968)[3], Michel de Bonnecorse est chef de la mission française de coopération au Sénégal de 1978 à 1982, puis à Madagascar de 1982 à 1985. Il est ensuite chef du service des affaires générales à la direction des affaires économiques et financières du ministère des Affaires étrangères.

Il est directeur général adjoint de l'UNESCO en 1987.
Il est ambassadeur au Kenya de 1990 à 1993, représentant de la France aux Nations unies à Genève, ambassadeur au Maroc de 1995 à 2001, puis en Suisse.
Il est conseiller du président Jacques Chirac à l'Élysée, chef de la cellule « Afrique » présidentielle, de 2002 à 2007.

Il est admis à la retraite de la diplomatie en 2006. En 2009, il devient conseiller pour l'Afrique de l'armateur CMA-CGM [4].

Affaire Borrel[modifier | modifier le code]

Elisabeth Borrel, veuve du juge Bernard Borrel, mort en 1995 à Djibouti dans des circonstances non élucidées (Affaire Borrel), a porté plainte avec constitution de partie civile le contre Michel de Bonnecorse pour « pression sur la justice ». Cette plainte a pour objet une déclaration au journal Jeune Afrique dans lequel il indique : « Contrairement à ceux qui préjugent de l'assassinat de Bernard Borrel sur ordre des autorités djiboutiennes, je préjuge, moi, qu'il s'est suicidé. »

Cette plainte est instruite par les juges Fabienne Pous et Michèle Ganascia, déjà en charge depuis d'une information judiciaire sur ces mêmes faits, à la suite d'une première plainte visant l'ex-porte-parole du Quai d'Orsay Hervé Ladsous, ambassadeur de France en Chine. Le , les juges tentent de perquisitionner le bureau à l'Élysée de Michel de Bonnecorse et la cellule «Afrique», mais la présidence leur en refuse l'accès en invoquant la séparation des pouvoirs [réf. nécessaire].

Le , les juges perquisitionnent le domicile parisien de l'ex-conseiller présidentiel, dans le XIVe arrondissement, et des enquêteurs perquisitionnent simultanément dans sa résidence secondaire, située dans les Bouches-du-Rhône. Les magistrates saisissent notamment son carnet personnel [réf. nécessaire].

Autres affaires[modifier | modifier le code]

En 2007, une plainte pénale a également été déposée à l'encontre de Michel de Bonnecorse par le juriste et universitaire Charles Debbasch.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Marie Dioudonnat, Le Simili-Nobiliaire-Français, ed. Sedopols, 2012, p. 134
  2. Famille de Bonnecorse : *Louis de Bonnecorse (1666-1731), était consul de France en Orient. *François de Bonnecorse (v.1760), était commandant des Îsles à Port-Cros (Var). *Gabriel de Bonnecorse-Lubières (1825-1900), était conseiller à la Cour d'Appel d'Aix, substitut du Procureur. *Frédéric de Bonnecorse-Lubières (1860-1940), ESM Saint-Cyr, Promo. Kroumirs (1880-1882), était chef de bataillon, officier de la Légion d'honneur, décoré de la croix de guerre 1914-1918. *Bertrand de Bonnecorse-Lubières (1898-1840), ESM Saint-Cyr, Promo. Drapeaux de l'Amitié Américaine, capitaine dans la 2e Brigade Motorisée, Mort pour la France, le , à Sainte-Austreberthe (Pas-de-Calais).
  3. LesBiographies.com, « LesBiographies.com - moteur de recherche biographique », sur lesbiographies.com (consulté le ).
  4. Site internet.

Article connexe[modifier | modifier le code]